TRONÇONNEUSES de PIOLLE: Bd CLEMENCEAU, LE RETOUR !

Liquider tout le Bd Clemenceau n’a pas suffi, les tronçonneuses de Piolle y ont encore abattu deux arbres en bordure du parc Paul Mistral. Cette haine municipale des arbres semble n’avoir pas de fin, tout doit y passer et même plutôt deux fois qu’une ! C’est bel et bien le triste sort qui a été réservé au Bd Clemenceau, en 2014 pour commencer, et récemment pour continuer. Les grenoblois n’en finissent pas de découvrir chaque jour l’étendue de la tromperie électorale qui se cachait derrière le mot écologie.

>>> LE DOSSIER – La municipalité et les arbres : une haine grenobloise

arbres clémenceau
Massacre à la tronçonneuse du Bd Clémenceau en 2014

La municipalité s’était engagée à planter 5000 arbres et d’évidence elle pourrait y parvenir puisqu’elle plante des cure dents ce qui ne présente pas trop de difficultés. Par ailleurs – toujours sa tromperie – elle n’a pas indiqué si dans ce chiffre elle compte les remplacements des abattages.

Ni évidemment comparé les cure dents qu’elle plante aux arbres centenaires que visiblement elle abat avec une joie mauvaise.

>>> ALLER VOIR E Piolle tronçonne dans tous les parcs

Par exemple  à De Bonne le plan d’urbanisme de Pierre Kermen (Verts/Ades) a impliqué d’abattre tous les platanes centenaires qui agrémentaient la caserne (sauf 4).

 

Le parc Pompidou ( 5,5 hectares) réalisation de la municipalité Carignon
Le parc Pompidou ( 5,5 hectares) réalisation de la municipalité Carignon

Alain Carignon à Reynies-Bayard – une autre caserne – avait imposé que tous les platanes servent de base au futur parc Pompidou (5,5 hectares) qui fait aujourd’hui le bonheur des Grenoblois. Pendant ses deux municipalités la ville a gagné près de 20 hectares de parcs et jardins. Un patrimoine fabuleux.

En effet cette haine des arbres et des jardins n’a pas été partagée par toutes les municipalités: c’est seulement depuis une vingtaine d’années que les élus PS et Verts sous le joug d’un plan d’urbanisme ultra densificateur se sont livrés à cette destruction systématique.

Désormais les grenoblois n’ont plus que 14 ,6 m² d’espaces verts par habitant contre 31 m² pour la moyenne des grandes villes !

 

stop la piollution

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *