GRENOBLE STREET POURRIE: de Sainte Claire à Notre Dame (épisode 7)

Une dégradation tous les 4 mètres, c'est le record ! Deux fois plus que cours Berriat. Où ça ? Dans l'hyper centre. Il y a 400 mètres d'un bout à l'autre des places Sainte Claire et Notre Dame. Un parcours qui peut s'effectuer en suivant le chemin du tramway ou en passant par les rues Pierre Duclot ou Auguste Gaché. Un parcours attristant sur l'ensemble duquel on dénombre une bonne centaine de tags, donc un tous les 4 mètres en moyenne !
GRENOBLE STREET POURRIE !: Notre Dame | Sainte Claire
GRENOBLE STREET POURRIE !: Notre Dame | Notre Dame (place)

L'ESPACE LE PLUS DÉGRADÉ C'EST LE CENTRE VILLE

L'espace le plus dégradé (avec Berriat) est celui des quartiers du centre ville : Centre Ville, Notre Dame, Championnet, Saint Laurent, Préfecture, Gare, boulevards Jean-Jaurès et Gambetta. Nous avons pris 2900 photos au centre ville, ce qui représente un nombre de tags bien supérieur encore puisque beaucoup d'entre elles en montrent plusieurs d'un coup. Les zones à ultra haute densité de dégradations sont l'hyper centre, Championnet, Saint Laurent.
GRENOBLE STREET POURRIE !: Notre Dame | Pierre Duclot
GRENOBLE STREET POURRIE !: Notre Dame | Auguste Gaché
À l'inverse de ce qu'ils avaient imaginé, tous nos photographes ont constaté la même chose : les zones dites "sensibles" et leur proximité sont infiniment moins dégradées que le centre ville. Seule exception à cette règle : la place Saint Bruno.

IL N'Y A PLUS AUCUNE LIMITE !

C'est aussi on centre ville qu'on voit qu'il n'y a plus la moindre limite ! Les tags sont partout, absolument partout : sur les rideaux de fer des magasins, les portes des immeubles, les volets en bois anciens, les façades des immeubles y compris historiques, les plaques des rues, le mobilier urbain, les stations de tramway, les murs en pierres, les statues, les vraies peintures, les arbres, etc À Grenoble rien, strictement rien ni personne n'est épargné ! Tout est tagué. Et ça continue !

POURQUOI LE NOM GRENOBLE STREET POURRIE ?

Nous avons été critiqués pour notre nom, que nous n’avons pourtant pas choisi par gaieté de cœur, bien au contraire. Voici donc une clarification. Ce nom, c’est la réalité que tout le monde voit à Grenoble, dite avec les mots des tagueurs. Street (rue) vient de street art. Pourri (junk en anglais) est revendiqué par le business SpaceJunk de la rue Génissieu. C’est un mot approuvé par la municipalité puisqu’elle les subventionne. Grenoble Le Changement nous a proposé de montrer une rue chaque semaine. Nous les remercions pour le support qu’ils offrent à notre initiative et nous vous disons à la semaine prochaine. BERNARD COHRIN. >>> ALLER VOIR à Grenoble il est interdit d'interdire
GRENOBLE STREET POURRIE !: Carte postale
   

Add a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.