Victor HUGO: A.BACK (ext gauche) BRANDIT LA PHOTO QUI MENT

La photo fournie au DL par A.Back ( ext gauche) montre des arbres qui ont poussé et cache les abords sur lesquels tout le projet repose Face à la vague d'indignation qui a saisi les Grenoblois devant le massacre de la place Victor Hugo à la tronçonneuse, Eric Piolle (Verts/PG) a finalement envoyé ( tardivement) Antoine Back un Conseiller municipal ( extrême gauche) en défense dans le "Dauphiné Libéré" (21/1/16). Le choix du vecteur réputé pour être l'un des spécialistes en enfumages est déjà un mauvais signe.Il existe des Adjoints au Maire responsables de l'espace public dont c'était le rôle. Ils n'ont pas osé défendre l'indéfendable? >> republicains38.fr/championnet-a-grenoble-a-back-vertspg-promene-les-habitant Antoine Back produit une photo tronquée de la future place Victor Hugo avec des arbres qui n'ont évidemment pas encore poussé.

LE MONTAGE CACHE les ABORDS du TERRE PLEIN CENTRAL

Mais surtout le montage cache le véritable projet de la municipalité qui est de fermer la place au stationnement sur les deux côtés ou cela était encore possible et à l'accès voiture. Pas de chance pour A.Back : EPiolle l'a confirmé en présentant son projet d'interdire les voitures à partir de Lyautey: « une piétonisation permettant de créer une continuité entre la zone piétonne et la place Victor­ Hugo, ainsi que des rues adjacentes. » sera créée a t il expliqué ( DL du 22/1/16) En ne présentant que la surface centrale de la place, Antoine Back prétendra mentir seulement par omission.
La place Victor Hugo arborée telle qu'elle fut
La place Victor Hugo arborée telle qu'elle fut

RESTREINDRE ENCORE l'ACCESSIBILITÉ de la VILLE

La véritable raison de l'abattage des marronniers est à rechercher plutôt dans cette décision prise en toute opacité et jamais discutée par personne de restreindre encore l'accessibilité de la ville.

Les ARBRES ETAIENT " DÉPÉRISSANTS "

Pour la défense d'Eric Piolle, le Conseiller Municipal prétend que les marronniers "étaient malades." Mais pourquoi donc le mot "maladie" n'était pas inscrit sur l'affiche qui annonçait très tardivement l'abattage en utilisant simplement les mots "les marronniers existants sont dépérissants et fragiles techniquement". (?)
La propre annonce de la ville parle de marronniers "dépérissants et fragiles m
La propre annonce de la ville parle de marronniers "dépérissants et fragiles mécaniquement "

RÉPONDRE à une ACCUSATION QUI N'A PAS ÉTÉ PORTÉE

Enfin fidèle aux méthodes des Rouge/Verts, Antoine Back utilise les grosses ficelles consistant à répondre à une accusation qui n'a pas été portée: «Contrairement à ce qui a été écrit sur Facebook ou Twitter, je peux vous assurer qu’aucu­ne autoroute à vélo ne va pas­ser au milieu de la place ! Et qu’il n’y aura pas non plus de grand parking souterrain" . (DL du 21/1/16)

SÛR QUE LA MUNICIPALITÉ NE VA PAS CONSTRUIRE de PARKING!

Evidemment  l'autoroute à vélos passe avenue Agutte Sembat . Personne n'a jamais prétendu que les cyclistes allaient traverser la place! Ce n'est pas non plus pour construire un parking souterrain que la municipalité Piolle veut supprimer le stationnement place Victor Hugo....
Le si triste spectacle qui a ému les Grenoblois
Le si triste spectacle qui a ému les Grenoblois

UN COUP de FORCE de la MUNICIPALITÉ

Toujours cette grossièreté  dans l'argumentation qui prend les Grenoblois pour des imbéciles. N'empêche ce coup de force de la municipalité, mal défendu, s'ajoutant aux protestations qui montent des Eaux Claires, de la rue Casimir Brenier, de l'esplanade quant à la fausseté de la "co-construction" pèse lourd dans la perte de crédibilité d'Eric Piolle. >> grenoblecomment-la-municipalite-piolle-tue-la-democratie-locale Les Grenoblois ne laisseront pas défigurer leur ville en se laissant faire.
3 Comments

Add a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *