VILLE APAISÉE: 10 VOITURES BRÛLÉES à TEISSEIRE…

BIBLIOTHÈQUES: E.PIOLLE RAME
ILS QUITTENT le CENTRE VILLE

Quatre véhicules ont été complètement détruits dans un incendie d’origine volontaire, vers 4 h, mardi  matin, sur un parking situé à proximité du 60 rue Léon-Jouhaux dans le quartier du même nom à Grenoble indique le DL (21/2/18) .
Le feu semble a pris naissance sur un Renault Espace, non signalé volé, avant de se propager à une Renault Kangoo, une Peugeot 306 et une Lancia stationnées à côté.Quelques heures plus tôt, vers 22 h 30, lundi, quatre puis deux véhicules avaient déjà été détruits par deux incendies distincts, survenus quasi simultanément à quelques centaines de mètres de là, sur un parking situé au 9 avenue Paul-Cocat dans le même quartier Teisseire.

DE L’ORDRE DE 70 VOITURES BRÛLÉES PAR MOIS 

Grâce à la ville apaisée d’Eric Piolle notre ville maintient un bon rythme mensuel de voitures brûlées. Bien qu’aucune statistique ne soit publiée – la transparence s’arrête aux informations qui déplaisent- nous avons comptabilisé certains mois de l’ordre de 70 voitures par mois.Nous avons  pu en additionner 23 une seule semaine en lisant le DL.

Le quotidien n’est pas informé de tout visiblement puisque nous publions des images de voitures brûlées que nous adressent des grenoblois qui n’apparaissent nulle part: ainsi dernièrement que Paul Janet. 

RÉDUIRE LES HLM à UN TIERS, INSTALLER des SERVICES et des ACTIVITÉS 

Alors que la municipalité se croise les doigts face à l’évolution des quartiers – où répète ses sempiternels poncifs- Alain Carignon et les collectifs de citoyens proposent des solutions: réduire à un tiers le nombre de HLM à Teisseire, constituer un tiers de co-propriétaires en vendant des HLM et créer des activités dans le troisième tiers en installant le Centre D’information Jeunesse actuellement avenue Agutte Sembat et des services municipaux transportés de l’ancien siège du Crédit Agricole qui serait vendu.

GARDIENS et CADRES MUNICIPAUX HABILITÉS à DRESSER PROCÉS-VERBAL 

Bien entendu  ajouté à l’installation de caméras, du renforcement de la police municipale, des amendes aux familles de delaers et de l’habilitation des cadres municipaux et des gardiens d’immeubles afin qu’ils puissent dresser procès verbal.

Il est en effet possible de conduire une autre politique et d’estimer que 10 voitures brûlées en 48 h n’est pas la vie normale d’un quartier apaisé…

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *