UN ÉTUDIANT: 6 ANNÉES de TRAVAIL PERDUES

Les 8000 actes de délinquance supplémentaires par rapport aux villes comparables dont les grenoblois sont victimes, chiffre qu’a rappelé Alain Carignon sur Telegrenoble ce week end n’est pas seulement une statistique. Ce sont aussi des drames humains. Cet artisan grenoblois du cours de la Libération mort asphyxié dans son commerce ou il dormait parce qu’un incendie criminel a été déclenché dans l’établissement d’a côté à l’occasion d’un règlement de compte.

Cet étudiant désespéré qui affiche sur tous les poteaux de la gare de Grenoble  sa grave mésaventure: ces 6 années de travail perdues parce qu’on lui a volé sa valise contenant ses classeurs alors que son examen est dans deux mois….

Ces vols agressifs de portables qui se multiplient. Evidemment de telles  affichettes créent un climat détestable pour les arrivants et donnent une image négative de la ville. Malheureusement c’est la réalité.

Il est possible d’agir. De prendre des mesures en s’attaquant à tous les bouts du problème.  Pourquoi E.Piolle refuse d’en prendre une seule?

15 avril 2018

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *