PHILIPPEVILLE: L’ART PROGRESSE PARTOUT

Aucun quartier n’est épargné par l’expression culturelle et ces tags qui  » veulent toujours dire quelque chose sur la société  » selon la municipalité. Mais déféquer et uriner ne pourraient-ils pas être interprétés eux aussi et être rendus publics? Ici sur la dalle du parking Philippeville mal en point à proximité d’un équipement petite enfance et d’une école, la jeunesse et les parents sont très tôt imprégnés de « culture urbaine ». C’est à dire de non-culture. Car celle-ci mérite d’être hiérarchisée comme toutes les autres et d’ailleurs les oeuvres de Street Art n’ont pas la même valeur sur le marché qui n’est évidemment pas le seul critère….

Laisser penser que tous les gribouillis sur les murs méritent attention, que le non respect de la propriété publique ou privée est un droit , qu’imposer dans l’espace public ses obsessions est une  liberté individuelle … tout ceci est une régression considérable . Son encouragement par la municipalité Piolle en dit long sur son idéologie .

22 juin 2018

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *