LA TROMPERIE EN MARCHANT…

Le panneau annonçant que le vénérable Antoine Back (Verts/PG) ferait l’honneur à ses ouailles du quartier de venir les voir le…  10 octobre est toujours présent fin décembre. Le « diagnostic en marchant » a officiellement pour objet de lister ce qui cloche. On imagine que l’élu a vu à côté du panneau les tags qui dégradent les jardinières de l’estacade  entre le cours Berriat et la Gare…

Sauf que 3 mois après, le panneau annonçant la venue du sublime élu est toujours là et les tags aussi.

En installant ses beaux panneaux de com’ partout et en les laissant la municipalité Piolle veut faire pénétrer dans la partie disponible du cerveau des grenoblois qui passent devant,  qu’elle est proche d’eux. Avec la multiplication des panneaux elle veut imprégner l’idée que les élus sont toujours en train de se balader pour diagnostiquer avec les citoyens ce qui est à corriger.

Entre septembre et décembre Antoine Back sera venu une heure mais 4 mois de panneaux  » diagnostic en marchant quartier centre -gare  » induit en erreur…

Sauf que, malheureusement pour la municipalité , le « diagnostic » ne changeant rien, l’effet est négatif, son procédé se retourne contre elle . La ville est toujours aussi sale, dégradée et les panneaux qui se multiplient dans les rues pour faire accroire à une « concertation » sont les seuls à être propres! La propagande est le seul domaine qui fait l’objet de toutes les attentions de la municipalité Piolle. Même la Métro y met ses moyens. 

Cette méthode choque de plus en plus de grenoblois qui voient de leurs propres yeux au quotidien le contraste entre la publicité et la réalité de leurs rues. Elle se retourne contre Eric Piolle qui ferait mieux de freiner la com’ et d’accélérer les solutions…

13 décembre 2017

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *