L.LHEUREUX ( Verts/PG): « Le SENTIMENT d’une VILLE SALE »

JARDIN de VILLE: DÉS LA MATERNELLE
FRESQUE de L'ESTACADE BERRIAT: à L'AIDE
JARDIN de VILLE: DÉS LA MATERNELLE
FRESQUE de L'ESTACADE BERRIAT: à L'AIDE

« Parfois, un banc cassé, la présence de graff peut donner le sentiment d’une ville sale alors que le sol est propre » se défend la malheureuse Lucille Lheureux Adjointe (Verts/PG) à « l’espace public  » dans le DL ( 18/11/17)

Mais quand le banc est inutilisable, couvert de tags et le sol jonché de détritus ? Il s’agit toujours du « sentiment » que la ville et sale ? Un peu comme les 7000 grenoblois supplémentaires victimes d’actes de délinquance par rapport aux villes comparables ont le  » sentiment » que la ville est violente.

Il arrive même que ce  » sentiment » s’inscrive dans leur chair.

On ne peut mieux juger du mépris des réalités de cette municipalité que par les termes qu’elle emploie pour la nier: ces attardés de grenoblois qui constatent que la ville est sale ne savent pas faire la différence entre leur intelligence des situations et leur « sentiment « . Quels benêts pour Lucille Lheureux.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *