COURS BERRIAT, L’HÉCATOMBE…

E.PIOLLE : " Moi qui habite cours Jean Jaurès..."
VITRINES BRISÉES...
E.PIOLLE : " Moi qui habite cours Jean Jaurès..."
VITRINES BRISÉES...

… se poursuit , malgré les déclarations apaisantes de Christian Offmann , Président de Label’ville ( DL du 3/12/17) aux côtés de Yann Mongaburu (Verts/Ades). Cours Berriat les fermetures suivent les fermetures et les panneaux à louer, à vendre ou bien  » aux enchères  » se succèdent. Ceux qui se déplacent dans d’autres villes ne constatent pas de phénomène de cette ampleur ailleurs. Ou peut être à Limoges, à Clermont-Ferrand ou au Mans, des villes auxquelles – jusque là- Grenoble n’était pas comparée.

Evidement la création de 24 000 M2 de surface commerciale à la porte de Grenoble, à Neyrpic, devrait achever le commerce Grenoblois, le premier mort étant le centre commercial de la caserne de Bonne déjà en difficultés. Mais les élus qui l’ont créé gèrent ensemble l’agglomération depuis 22 ans. Les élus communistes y compris. Eux qui créent le centre commercial de Neyrpic. Désormais la Métro a « compétence » sur l’urbanisme et les mêmes ne peuvent rien? Alors qu’il s’en aillent….

Est-ce opportun en parallèle de fermer l’accès à Grenoble par l’avenue Agutte Sembat au moment ou les automobilistes n’auront qu’à faire demi tour pour aller se garer au parking du futur centre commercial Neyrpic à quelques centrales de mètres ?

On le constate les élus actuels PS/Verts/PC  sont responsables de la situation et du refus de solution pour endiguer les catastrophes. Cautionner leur politique n’est pas de bonne augure pour obtenir des changements.

Grenoble connait bien un situation hors norme en matière de délinquance, ceci est désormais reconnu par tous les acteurs. A quand la même constatation sur l’attractivité commerciale de la ville?  Seule la lucidité et un diagnostic partagé permettent de mettre en oeuvre des solutions différentes des politiques suivies jusque là et qui conduisent aux difficultés: part du logement social , grenoblois à faculté contributive, embellissement, propreté, sécurité,mixité des accès… les solutions sont connues et proposées par les collectifs de citoyens.

Le premier devoir des acteurs du secteur est de les soutenir pour avoir une chance qu’elles soient mises en oeuvre.

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *