VILLAGE OLYMPIQUE : L’ÉCOLE CHRISTOPHE TURC OUBLIÉE

 

Le dédoublement des classes préparatoires s’est effectué à minima à l’école Christophe Turc du Village Olympique.  Malgré les déclarations répétées sur la priorité au scolaire d’Eric Piolle et de Fabien Malbet (Verts/PG) -toujours la main sur le cœur- la réalité du terrain n’est pas la même.

Ainsi pour créer la nouvelle classe la grande salle de musique a été  divi­sée en deux. Mais en guise de séparation, une simple cloison d’1,80 mètres de hauteur et environ 8 centimètres d’épaisseur a été crée raconte le DL (15/9/18).

« C’ÉTAIT CATASTROPHIQUE, IL N’Y A AUCUNE ISOLATION PHONIQUE »

Lors de la réunion de rentrée, les parents d’élèves ont eu la possibilité de tester cet­te nouvelle installation. « C’était catastrophique, il n’y a aucune isolation phonique ! On entendait tout ce que disait l’autre professeur à côté », s’insurge Djamila Bougrine, une maman d’élè­ve qui a aussitôt écrit un mail au maire. « La cloison ne va pas jusqu’en haut, il y avait un brouhaha incessant, on nous explique que techniquement c’est compliqué. Et, le soir, mon enfant se plaint du bruit. Cette situa­tion ne peut pas durer, nos enfants doivent pouvoir ap­ prendre dans de bonnes conditions. Finalement, c’est pire que si les enfants étaient 28 dans une classe ».

LE VILLAGE OLYMPIQUE TRÈS DÉGRADÉ MÉRITE MIEUX

Les parents d’élèves prévoyaient de faire signer une pétition à la sortie de l’école. Le village Olympique très dégradé mérite en effet que les écoles fonctionnent dans des conditions correctes. C’est le dernier îlot du service public dans le secteur ou la délinquance prend le dessus.

F.MALBET L’ADJOINT (Verts/PG) SE DIT « PRÉOCCUPÉ » (!) 

Comme à son habitude l’Adjoint au scolaire Fabien Malbet bredouille sur son impuissance à traiter les sujets. Il se dit « préoccu­pé par cette situation.« ( !) Nous voilà rassurés. Il se lamente sur les nouvelles classes à créer qui ne sont pourtant que la conséquence de ses choix urbanistiques : la bétonisation de la ville. Il regrette de ne pouvoir installer comme ailleurs des préfabriqués dans les cours de l’école «  trop petites » à Christophe Turc. Comme si les préfabriqués étaient une politique.

MAIS PAS DE STOP AU BÉTONNAGE 

Mais l’idée d’un moratoire de la densification tant que les besoins élémentaires ne sont pas satisfaits ne lui traverse pas l’esprit : écoles, espaces verts, espaces sportifs, de loisirs équipements collectifs qui font défaut…

La majorité Rouge/Verts va continuer à bétonner s’étonnant ensuite des conséquences non anticipées par elle. C’est partout le cas dans la ville, de Hoche à Berriat, en passant par Jean Macé et demain à l’esplanade et Flaubert. Mais peu importe les difficultés des élèves pourvu qu’on ait le flacon de la densification.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *