G.COLLOMB LE 28 SEPTEMBRE : LE BAL DES FAUX SEMBLANTS EST ANNONCÉ

Un an et demi avant les dernières élections municipales Manuel Valls venait annoncer que Grenoble devenait une Zone de Sécurité Prioritaire (ZSP). Après un cafouillage sans nom puisque Michel Destot, Jérôme  Safar et Geneviève Fioraso avaient d’abord expliqué que l’insécurité était une « sentiment » à Grenoble, que la délinquance baissait. Si bien qu’il avaient manqué le premier train des villes annoncé par le gouvernement d’alors.

GRENOBLE A DÉJÀ VÉCU ÇA UN AN AVANT LES PRÉCÉDENTES ÉLECTIONS 

En catastrophe avant les élections ils finirent par promettre tout à coup le développement des caméras qu’ils avaient freiné pendant tous leurs mandats, l’armement de la police qui allait arriver… après les élections et ils multiplièrent (trop tard) les coups de mentons.

La Zone de Sécurité Prioritaire (ZSP) (!)  aura produit une délinquance de 63 % supérieure à la moyenne des villes comparables. C’est le bilan Destot puisque le successeur de M.Valls, Bernard Cazeneuve est venu annoncer ce chiffre en janvier 2015, 6 mois seulement après l’élection de Piolle.

LES GRENOBLOIS VONT VIVRE LE MÊME FILM 

Les grenoblois revivent avec effarement exactement le même film ! une municipalité qui a fait exploser la délinquance par ses annonces d’absence de caméras de vidéo protection, son laxisme revendiqué, ses opérations anti police, affichant un mépris pour ces questions et niant l’insécurité. Comme son prédécesseur à l’approche des élections Eric Piolle panique, renie son discours, pose devant des caméras et cite même de faux chiffres démentis par les policiers municipaux.

L.BEFFRE Préfet  « LE PROBLÈME de GRENOBLE, CE N’EST PAS LA POLICE , CE SONT LES VOYOUS »

Lionel Beffre, le Préfet de l’Isère a d’ailleurs encore fustigé récemment sur Place Gre’Net  certaines provocations municipales comme  « cette fresque, montrant Marianne à terre tabassée par les services de police, l’exposition sur des violences policières place de Verdun face à la préfecture, j’avais considéré (…) qu’on pouvait l’assimiler à de la provocation. Il ne faut pas se tromper de combat. Le combat, ce n’est pas les violences policières, le combat c’est contre les voyous. Le problème de Grenoble, ce n’est pas la police, ce sont les voyous. »  On ne peut être plus clair sur le faux combat de E.Piolle.

E.PIOLLE, D.QUEIROS et R.SULLI : « APPRÉCIER LA QUALITÉ de SERVICES de NOS POLICES MUNICIPALES… » (!) 

Comme il y a 6 ans son prédécesseur, Gérard Collomb l’actuel Ministre de l’Intérieur va venir à Grenoble le 28 septembre et on va trouver la cohorte des élus locaux se rassembler sur le plus petit dénominateur commun des discours, le renforcement des effectifs -en 2020 comme par hasard- une police plus ou moins de proximité et le tour sera joué.

Déjà Eric Piolle, Renzo Sulli  (Echirolles) et David Queiros  (St Martin d’Hères), signent un communiqué ensemble (c’est dire ou Grenoble est tombé) qui démontre qu’il ne va rien se passer. Ce déplacement doit en effet être  disent ils « l’occasion pour le ministre d’apprécier la qualité de service de nos polices municipales et qu’il permette de répondre aux besoins du bassin de vie en matière de sécurité publique : renforts d’effectifs, police de sécurité du quotidien, allocation de la prime « zone difficile » aux agents de la police nationale… »  

GRENOBLE AU MÊME NIVEAU QUE ST MARTIN d’HÈRES et ÉCHIROLLES

Sauf que la fable lasse. Sa fin connue. Au bout du compte la délinquance progresse encore partout, s’inscrit dans toutes les fibres de la ville, pénètre son économie. Personne ne peut plus garantir que les postes de policiers créés seront pourvus même avec prime parce que leurs familles elles mêmes ne sont plus en sécurité.

Renzo Sulli le Maire (PCF) d’Echirolles fait des moulinets, St Martin d’Hères et Grenoble sont au même niveau de délinquance. Grenoble les a simplement dépassés devenant une banlieue comme une autre avec sa valeur des biens qui s’effondre, la classe moyenne qui fuit.

LE MAIRE EST LE PRINCIPAL POURVOYEUR de la DÉLINQUANCE

Les caméras de vidéo-protection et les effectifs policiers ne sont qu’un élément d’un ensemble. Le cas d’Echirolles qui a des caméras et une police municipale armée le montre bien : c’est la bétonisation intensive de la ville qui se poursuit, les attributions insensées de logement, l’absence de toute sanction des familles qui commettent des délits afin de préserver le matelas électoral qui sont la cause principale et l’auteur principal est bien le Maire.

A Grenoble l’absence de police et de caméras s’ajoute à une politique identique et produit l’explosion que nous voyons. Les racines de la délinquance sont communes : elles sont municipales.

LE BAL des FAUX SEMBLANTS EST ANNONCÉ

Le 28 septembre prochain parions sur un marché de dupes  qui aura pour objectif de berner les grenoblois : les députés d’En Marche avec Emilie Chalas en tête feront semblant de les avoir défendus. Les élus Grenoblois et de l’agglomération feront semblant d’avoir obtenu quelque chose. Gérard Collomb fera semblant d’avoir donné partiellement satisfaction sur des effectifs théoriques. Eric Piolle fera semblant d’avoir fait un pas dans la bonne direction. Les élus de l’opposition feront semblant de prendre part en jouant les commentateurs d’événements qui leur échappent.

MANQUE LE COURAGE de FAIRE : IL EST DANS L’ALTERNANCE avec  la SOCIÉTÉ CIVILE 

Ces semblants seront des faux. Les mesures concrètes attendront l’alternance. Avec Alain Carignon le collectif de la société civile les a alignées. Elles demandent une analyse sérieuse de la situation sur un temps long, le courage de faire, la capacité d’agir sans faillir. Pas de chance de les trouver dans la comédie habituelle.

Rappelons quelques mesures à prendre proposées par Alain Carignon et les collectifs de la société civile :

« Renforcement de la police municipale, son armement, avec brigades canines et police montée pour les parcs et jardins, caméras de vidéo protection reliées à un PC opérationnel 24h sur 24, captant les numéros minéralogiques des véhicules volés ; mise à disposition par la ville de mini drones en cas de poursuites ;   

« Gratuité des transports collectifs pour les policiers nationaux, municipaux, CRS et militaires ;

«  Critère de tranquillité publique dans l’attribution des logements HLM ;  

« Convocation des parents, amendes et procédures d’expulsion pour toute personne condamnée pour trafic et logée par les bailleurs sociaux ; 

« Sur la base du volontariat habilitation de tous les cadres et gardiens  des bailleurs afin qu’ils puissent dresser procès-verbal ; 

«  Ouverture obligatoire des appartements lors des opérations de l’OPHLM pour la propreté et la salubrité et signalement aux services fiscaux de toute anomalie dans les trains de vie (présence de grosses cylindrées) 

« Suppression de tous les avantages tarifaires facultatifs dans les secteurs culturels, de transports, sportifs à tout grenoblois convaincu d’agression d’agents de la force publique, de sapeurs-pompiers, d’ambulance ou de dégradation volontaire de biens publics ou privés comme l’a mis en application le Maire de Voiron ; 

« Sanction sans lesquelles il n’y a pas d’intégration des familles hébergées par la ville (chalets du Rondeau) dans le cas d’actes de délinquance 

« Arrêt de la bétonisation de la ville premier foyer d’accroissement de la délinquance ; 

« Requalification des quartiers par la règle des 3 tiers : un tiers HLM, un tiers propriétaires, un tiers activités en commençant par y installer le  Maire, les services municipaux et para-municipaux ; 

« Objectif quantifié de sortie de la pauvreté par l’intégration et le travail plutôt que poursuite de la ghettoïsation et de la communautarisation de la ville 

DES FACTEURS TOUS LIÉS ENTRE EUX PRODUISENT CE RÉSULTAT 

« Ces premières mesures associées à une requalification générale (embellissement, propreté) et à la valorisation par des investisseurs privés du patrimoine municipal abandonné doivent inverser la tendance générale à la paupérisation de la population et sa spirale négative : elle  produit le record national de  baisse de la valeur des biens, de l’augmentation des vols avec violence tout en détenant en parallèle les records des impôts sur les ménages les plus élevés de France  des villes de plus de 100 000 habitants et le taux le plus élevé de taxe foncière pour les propriétaires ! Quel bilan.  

« Ces facteurs tous liés entre eux  produisent cette explosion dont les grenoblois assignés à résidence sont victimes tandis que les plus aisés peuvent s’en échapper. « 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *