ALTERNATIBA, ATTAC… SOLIDAIRES du MAIRE ACTIONNAIRE à SINGAPOUR

Après Benoit Hamon pour terminer l’année universitaire, Eric Piolle redémarre avec la caravane d’Attac, d’Alternatiba qui occupent l’espace public grenoblois avec des facilités que d’autres n’obtiennent jamais. D’ailleurs Eve Moulinier précise dans le DL d’aujourd’hui ( 22/8/18) : Annick Cou­pé et Sébastien Bailleul les organisateurs ont cité  » le soutien de la Ville et de la Métropole » qui justifie leur présence à Grenoble. On n’en doute pas…

« Le Dauphiné » a annoncé par trois fois ces manifestations qui bénéficient donc d’une sorte de label officiel avec le soutien des collectivités et de l’université.La « contre-culture » à ceci de particulier à Grenoble : elle est installée au centre de l’institutionnel, elle est dominante, elle est celle de tous les pouvoirs politiques, médiatiques, mais s’exprime toujours avec le vocabulaire des opprimés !

E.PIOLLE : « LES CYNIQUES LARGUENT LES AMARRES »

En effet l’université d’ATTAC qui se déroule jusqu’au 26 août est évidemment « rebelle et citoyenne ». Rappelons la signification d’ATTAC : « Association pour la taxation des transactions financières et pour l’action citoyenne ». Ça tombe bien à Grenoble.

Eric Piolle est totalement en phase. Il se classe lui-même  dans un communiqué parmi « les militants des biens communs » et s’oppose aux « cyniques, peu nombreux mais puissants qui font sécession  se déclarent offshore et refusent d’être solidaires aujourd’hui et demain du reste de la communauté (…) Les cyniques larguent les amarres et, grâce à la dérégulation,  veulent se débarrasser du fardeau de la solidarité. Ils se construisent une forteresse VIP réservée aux premiers de cordée ».

CE MILITANT DES BIENS COMMUNS CONDAMNÉ POUR LICENCIEMENTS ABUSIFS 

Ce militant des biens communs  a fermé des bibliothèques contrairement à son engagement N°110  de les « maintenir et  les developper », il est sous le coup d’une ouverture d’une information judiciaire pour favoritisme dans le dossier des marchés publics accordés à des membres du comité de soutien sans appel d’offres, a été condamné pour licenciements abusifs et des procédures sont engagées encore sur nombre de ces  dossiers y compris par des membres de sa liste.

« DONNONS NOUS LES MOYENS DE LA VICTOIRE PAR LES URNES » (!)

Mais ça ne l’empêche pas de dégouliner de bons sentiments, d’étaler une confiture sirupeuse  à la face du monde.  Sa déclaration publiée avant l’arrivée d’ATTAC et d’Alternatiba quitte toutefois assez vite les hauteurs pour encaisser tout de suite les dividendes. En difficultés à Grenoble avec des alliés qui ont appris à le connaitre, Eric Piolle voudrait que ce coeur qui saigne au malheur des autres soit immédiatement récompensé : « N’accumulons plus le rendez-vous électoraux manqués, lance t il pathétique, nous avons plus le temps de nous diviser (…) Donnons nous non seulement les moyens de la victoire dans les urnes, mais surtout, ensuite de la victoire collective ».

APRÉS AVOIR TRAITÉ JL MÉLENCHON de « CAPORAL de FORTERESSE »

Bref, réélisons-le et tout le monde en profitera ; « Nous militants des biens communs (!) devons nous rassembler sans attendre » appelant les Verts, le groupuscule de Benoit Hamon, la France Insoumise et même… le PCF dans un tweet à se rassembler derrière Lui. Après avoir traité Jean-Luc Mélenchon de  » caporal de forteresse« , présenté des candidats aux législatives contre les siens (et échoué), moqué les élus PCF en maintes circonstances. Au fur et à mesure que l’échéance approche Eric Piolle n’a plus que sa réélection en tête.

LES PANTALONNADES SE SUCCÈDENT SUR LE DOS DES PERSONNES EN DIFFICULTÉS 

Il avait déjà lancé à l’assaut Maryvonne Boileau et Claude Coutaz dans une précédente opération survie, les « communs Métropolitains » il y a deux ans. ça dégoulinait déjà autour du premier dossier «  Notre premier rendez­-vous portera sur la “question des fractures sociales sur le territoire”, car cette réalité est criante sur l’agglomération et parce que, lorsqu’on est de gauche, on ne peut pas s’y résoudre » (!). Après 23 ans de pouvoir et 2 ans de réflexion supplémentaire ils n’ont rien produit. Il s’agissait alors de tendre la main au PS. Ces pantalonnades successives en disent long sur leur mépris des personnes en difficultés  pour eux seulement de la chair à canon électoral.

F.MAHREZ (ALTERNATIBA) EST UNE ASSOCIÉE de la MUNICIPALITÉ

Mais ces jours-ci, se trouvera t il chez Alternatiba ou chez Attac « un militant des biens communs » pour interpeller Eric Piolle ?  L’animatrice d’Alternatiba, Florence Mahrez est une associée de la municipalité, elle a été candidate Verts aux élections départementales. Son association bénéficie de facilités hors du commun en ce qui concerne l’espace et les moyens publics: jardin de ville, stationnement des voitures rue Hector Berlioz  alors qu’il est interdit, mise à disposition de la Maison de l’International…  En échange elle conduit à Grenoble des opérations de com anti-banques, anti-finances sans jamais mettre en cause Eric Piolle.

E.PIOLLE A SIGNÉ SUR L’HONNEUR LE COLLECTIF ROOSEVELT S’ENGAGEANT AU BOYCOTT des PARADIS FISCAUX 

Pourtant celui-ci qui a aussi signé le collectif Roosevelt s’engageant sur l’honneur à boycotter les paradis fiscaux est actionnaire à … Singapour. Le même homme qui a fait figurer parmi ses engagements de Maire que la ville ne travaillerait pas avec des banques qui ont des sièges dans les paradis fiscaux est actionnaire d’une société qui fabrique des logiciels de sécurisation financière vendus à des banques offshore comme il l’a lui-même reconnu, cynique,  au DL en juillet 2014 : »dans ce métier il faut  aller là ou sont les clients ».

DÉNONCER L’EMPRISE des BANQUES et ÊTRE HEUREUX de LEUR VENDRE DES LOGICIELS POUR PROFITS 

D’ailleurs ceux qui avaient lavé la vitrine d’une banque pendant la campagne afin de « nettoyer la finance » et inauguré une rue BNPParibas pour dénoncer l’emprise des banques avaient omis de préciser que la société dont E.Piolle est actionnaire disait fièrement la même année 2014 dans un communiqué être « heureuse d’annoncer que son logiciel Risk Engine Mur (WRE)  a été retenu par une division de BNP Paribas » …

UNE ANTENNE LOCALE de 10 SALARIÉS QUI A PERÇU 2 M€ de SUBVENTIONS PUBLIQUES 

Enfin et surtout le plus gros scandale est le subventionnement à hauteur de 2 M€ de l’antenne grenobloise de la société sur fonds publics pour moins de 10 salariés sur place alors que les bénéfices se font à Singapour. Au risque de l’écoeurement rappelons l’engagement N° 59 affiché pour les grenoblois : « les aides directes à l’économie privée seront conditionnées à des critères d’utilité sociale et de conditions environnementales et sociales d cela production (!). Cela signifie que seront analysés prioritairement les conditions de travail, l’effet sur l’emploi, la non sous-traitance,  l’absence de dividendes (re sic) la non présence dans les paradis fiscaux… » N’en jetez plus.

LA MAJORITÉ MUNICIPALE PIÉTINE TOUTE SA MORALE AFFICHÉE 

Tous ces faits sont avérés, établis et pourtant parmi ATTAC ou Alternatiba et autres acteurs non violents, apparents gentils membres il ne s’en trouve à ce jour aucun pour interpeller Eric Piolle et se poser la question de la caution apportée à une majorité municipale qui couvre de tels agissements. S’agit il d’organisations totalement fermées sur le modèle de l’extrême gauche locale ?

Car Eric Piolle ouvre cet après midi l’université  en toute impunité. D’ailleurs soutenue aussi par la Métropole (!) Christophe Ferrari ( PS repenti) n’était pas annoncé  au programme. C’est dire la politicaillerie qui se cache derrière l’affichage des bons sentiments. Mais il a été invité aussi à l’ouverture: chez Attac, finalement, qui paie parle…

Une majorité municipale qui n’a pas non plus respecté ses engagements de transparence signés avec force publicité avec Anticor, autre officine à son service. ça fait vraiment beaucoup pour ces universités « rebelle et solidaire » et ce « tour de France » si sympathique d’Alternatiba.

F.TARANTINI : « IMAGINONS ALTERNATIBA ou ATTAC AVEC UN MAIRE de DROITE DANS CETTE SITUATION » 

Dans un communiqué qui développe certains de ces éléments,  François Tarantini pose la seule question qui dérange, permettant en un mot de juger de l’authenticité de ces opérations :  » imaginons Alternatiba ou Attac à Grenoble avec un Maire de droite dans cette situation ? » 

A la date ou nous écrivions ces lignes  aucun média n’avait d’ailleurs repris sa question….

NB Attac organise une réunion intitulée « Stop aux grands projets inutiles, bien vivre dans un monde soutenable »
Jeudi 23 août – 14 h 30 sur le thème :  « Pourquoi bétonner la terre plutôt que de la cultiver et d’y préserver la biodiversité ? » En liaison avec  Georges Oudjaoudi (Verts) Attac organise une opération contre le projet Neyrpic.  Il n’y aura rien contre l’extension de Grand Place, le bétonnage de L’ile Verte, de la Presqu’ile, de l’esplanade et des 140 platanes qui doivent y être abattus… Rien d’ailleurs sur le bétonnage général de Grenoble ou subsiste moins de  12 M2 d’espaces verts par habitant. Pour Attac et Alternatiba ,mieux vaut regarder ailleurs.

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *