RECORD NATIONAL de BAISSE de la VALEUR des BIENS

« Le Monde » du 29 juillet publie la carte de France de la valeur des biens communiquée par les Notaires de France portant sur les 950 000 ventes effectuées en France ces 12 derniers mois.

Avec moins 6,4% sur les transactions dans l’ancien Grenoble établi le record National de baisse. Seules 5 villes en France sont orientées négativement telles Amiens ou ST Etienne mais la décote est moindre !

TOUTES LES MÉTROPOLES SONT à la HAUSSE SAUF GRENOBLE 

Par contre toutes les Métropoles attractives sont à la hausse : Bordeaux (+17%) Lyon (+10,5%) Metz (+10,2 %) Rouen (+7,9%) Nice (+4,2%) Nantes (+ 3,9%)  etc…

Malgré l’attrait TGV que Grenoble n’a pas non plus et ne prévoit pas d’avoir (!) « ce ne sont pas les Parisiens qui font monter les prix puisqu’ils ne représentent que 7 % des acheteurs, mais la dynamique propre de la ville » précisent les notaires (Le Monde du 29/7/18)

LE PLAN D’URBANISME des ÉLUS PS/PC/VERTS/ADES a SACRIFIÉ LES ESPACES VERTS 

Il ne semble pas que « la ville en transition » d’Eric Piolle figure dans cette « dynamique ». En réalité depuis le Plan Local d’Urbanisme de 2004 mis en place par une municipalité PS/PC/Verts/Ades et porté par Pierre Kermen Adjoint (Verts/Ades) à l’urbanisme sous des appellations diverses  (éco-quartiers…)  les élus poursuivent une bétonisation sans faille sacrifiant au passage les M2 d’espaces verts par habitant réduits à la portion congrue : sur ce critère aussi Grenoble est devenue la lanterne rouge des espaces verts par habitant.

LES ACQUÉREURS DE BIENS à GRENOBLE SONT SPOLIÉS

Résultat ? le sud de la ville est proprement sinistré et les acquéreurs auxquels les publicités des opérateurs font rêver sont spoliés, trompés sur la fausse mixité sociale. Ceux qui peuvent fuir au début limitent la perte à quelques dizaines de milliers d’€ ce qui est considérable pour des travailleurs qui ont acquis leur bien à la sueur de leur front.
Les autres qui ont eu le malheur de rester sont de véritables « assignés à résidence » comme dirait Piolle. Mais des vrais et à leurs frais : la vente de leur appartement ne leur permettrait de s’installer nulle part ailleurs.

LE NORD de la VILLE EST DÉSORMAIS AFFECTÉ CONSIDÉRABLEMENT 

Et encore nous n’évoquons pas ici la valeur des biens commerciaux qui s’effondre.

A chaque étape depuis Villeneuve dans les années 70 ces réalités ont été rappelées. Rien n’a arrêté la décision de créer des Bantoustans électoraux. Vigny-Musset, de Bonne, hier, la Presqu’ile,  l’esplanade ou Flaubert ( avec 1000 HLM…) demain.

Mais le nord de la ville est désormais affecté considérablement. La chute de la valeur des biens dans les quartiers Haussmaniens est impressionnante. Personne ne sait ou elle s’arrêtera.

LE GRENOBLOIS A ÉTÉ VOLONTAIREMENT APPAUVRI 

Pour comprendre l’appauvrissement des grenoblois il suffit de comparer avec la ville de tête, Bordeaux. Entre 2004 et 2014 la valeur des biens à Grenoble a chuté de 12 %. Le Bordelais s’est enrichi de + 33% dans la même période.
Sur les seuls 12 derniers mois le Bordelais bénéficie de + 17 % et le Grenoblois subit  – 6,4 %.

Cerise sur le gateau le grenoblois paie le taux de taxe foncière le plus élevé de France et l’impôt sur les ménages le plus élevé des villes de plus de 100 000 habitants. Qui peut encore légitimement soutenir une telle politique ?

AVEC CES RÉSULTATS, E.PIOLLE EST DANS UNE IMPASSE

D’autant qu’en parallèle rien ne justifie cet effondrement général. Aucun service particulier, aucun embellissement exceptionnel, aucune qualité de vie enviée.

Plus ces données objectives sont mises sur la table -y compris par des grands médias nationaux- plus Eric Piolle se trouve dans une impasse. Ces discours fumeux sur 2050 ne le disculpe aucunement de ses déboires d’aujourd’hui dont les grenoblois sont les victimes.

A.CARIGNON : « CE N’EST PAS EN FABRIQUANT de NOUVEAUX PAUVRES… » 

Comme l’a exprimé dès le 30 juillet Alain Carignon « ce n’est pas en fabriquant de nouveaux pauvres parmi les membres de la classe moyenne qui ont acquis leur logement par leur travail que la municipalité va sortir les anciens pauvres de leur situation. »

Pour lui « Cette dérive doit être stoppée en tirant à nouveau Grenoble vers  le haut, requalifiant les quartiers par un autre équilibre entre HLM, propriétaires et activités, créant des parcs et jardins, une accessibilité et une fluidité du trafic, des actions fortes pour rétablir la sécurité et la propreté afin qu’au final notre agglomération retrouve son attractivité perdue « 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

3 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *