E.PIOLLE MET les INSOUMIS et les VERTS DEVANT LE FAIT ACCOMPLI

« Oui » il se représente aux municipales a annoncé Eric Piolle à des jeunes de 14/15 ans… (DL du 30/7/18). Il ne risquait pas d’être interrogé sur son bilan, ni sur les dossiers brûlants de Grenoble.

D’ailleurs à cette occasion les « jeunes » ont appris avec admiration qu’il avait été licencié et au chômage. C’est pas tout à fait ça puisque un gros chèque, tenu confidentiel, a été versé à l’intéressé et que l’intermédiaire syndical qui a accompagné la transaction devait être mis récemment à la disposition du cabinet du Maire par Hewlett-Packard.

LES JEUNES GRENOBLOIS VEULENT « des ENDROITS TRANQUILLES POUR ÊTRE ENTRE NOUS »

Quant au « chômage » justement c’est la période qui a permis l’investissement dans un paradis fiscal, à Singapour. Pour les « jeunes  » ça n’existe pas.

Après un tour de vélo et un pique-nique dans le parc Paul Mistral avec l’association HOPE abritée à la Chaufferie (l’un des lieux repris directement en mains par la municipalité , ceci explique t il cela ?)  il était aisé à Eric Piolle de répondre aux préoccupations exprimées par ces « grenoblois ». Quelles sont elles ? « Il faudrait que les transports soient gratuits. » Ou « Ce se­rait cool d’avoir des endroits tranquilles, pour être entre nous. »

Bien entendu il est question des contrôles au faciès et de la large satisfaction de voir plus de vélos en ville... Avec une absence de démagogie qui est sa marque de fabrique (!), Eric Piolle en tire cette conclusion « ce qui me frappe, c’est que leurs pro­positions sont semblables à celle que l’on retrouve dans un cadre plus institutionnel ».

SA TACTIQUE POLITICIENNE DEVRAIT SE RETOURNER CONTRE LUI 

Aucun rôle pédagogique, aucune mise en perspective, aucune instruction civique minimale : Eric Piolle voudrait réitérer l’opération des « 120 engagements » qui s’adressait aux consommateurs. Sauf que ceux-ci deviennent des citoyens quand ils mesurent combien ils ont été grugés.  Et 6 ans auront passé

On comprend qu’il aurait du mal à  annoncer sa candidature  devant des grenoblois informés des dossiers de la ville, devant la presse ou en présence de l’opposition. Il faudrait répondre à des questions aussi précises que triviales sur ses engagements et son bilan.

LES VERTS TRÉS CRITIQUES SUR L’ALLIANCE avec B.HAMON 

En confirmant qu’il est en campagne Eric Piolle confirme également l’analyse de Denis Bonzy (Expriméo) selon laquelle « à  Grenoble : la compétition semble s’ouvrir sur une base tripartite : Eric Piolle / Alain Carignon / Emilie Chalas. Ce sont les trois forces naturelles en présence. » 

Mais évidemment en l’annonçant au creux de l’été Eric Piolle met surtout  le Parti de Gauche d’Elisa Martin et de ses amis, la direction des Verts très critique sur son alliance avec Benoit Hamon, devant le fait accompli. Ici encore la tactique politicienne devrait se retourner contre son auteur.

TRÉS SÉVÈRES CONTRE L’HOMME et SA POLITIQUE 

Les forces politiques qui l’ont soutenu en 2014 et sont très sévères aujourd’hui sur l’homme et sa politique observaient une certaine retenue publique afin de préserver la cohésion majoritaire jusqu’à la fin du mandat. En ouvrant les hostilités Eric Piolle libère la parole publique de chacun et les contraint à se positionner sur son renouvellement.

E.PIOLLE A PORTÉ DES COUPS TRÉS DURS à JL MELENCHON 

On voit mal le parti de Gauche des Insoumis poursuivre avec un Maire qui a porté les coups les plus durs contre Jean-Luc Mélenchon à des moments clefs, y compris aux élections législatives. Du côté des Verts il n’est pas question de se réduire encore par une alliance privilégiée  avec le groupuscule de Benoit Hamon.

REFUS de L’HÉGÉMONIE du CLAN FAMILIAL AVRILLIER/COMPARAT (Verts/Ades) 

De toute façon le refus de l’hégémonie de fait exercée par le clan familial Avrillier/Comparat avec les élus Verts/Ades dominants, organisés pour occuper les postes clefs, est devenu lui aussi incontournable. Plus personne ne veut revivre sous ce joug infernal et sectaire qui aura été un facteur clef de l’échec du mandat.

LE NIVEAU de RÉPONSES PEUT TROMPER DES ADOS….

Mais la personnalité même d’Eric Piolle, ses foucades, ses approximations, ses affirmations quasi messianiques totalement hors sol, son dogmatisme appliqué au mépris des grenoblois ont creusé un fossé lui aussi infranchissable y compris pour de nombreux élus de sa majorité qui n’attendent que la fin pour s’égayer dans la nature.

Le Grand Timonier a créé lui-même les conditions météorologiques de  températures politiques caniculaires à la rentrée au sein même de sa coalition. Le niveau de réponses qu’il apporte à Aubin Kibira Président et à l’association Hope qui peut tromper des ados ne suffira pas avec des citoyens engagés…

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *