ITW PLACE GRE’NET : A.CARIGNON, UNE PERCÉE à la MACRON ?

Christiane AYACHE " LE SEUL à DÉPASSER LES CLIVAGES"
LE SUD de GRENOBLE ABANDONNÉ

« Entre la liste d’extrême gauche de Piolle et la droite d’Alain Carignon, il y a un large espace pour nous»  répète  Jean­ Pierre Arrayo le délégué LREM 38 entouré des parlementaires et de très peu de citoyens ( DL du 7/7/18). Visiblement les éléments de langage sont fixés. Mais il est étrange que, censés incarner la démarche novatrice d’Emmanuel Macron qui a bousculé les pronostics en  dépassant les clivages et cassant les codes,  ceux qui sont censés l’incarner localement tiennent un discours de boutiquier.

Il y a aurait donc un fonds de commerce à acquérir, une part de marché. A lire les propos des responsables de LREM38  sur la  » double étiquette » , les alliances à concocter on a la forte impression de plonger dans l’ancien monde.

Le contraste avec l’interview d’Alain Carignon sur site d’information Place Gre’Net et les propos de quelques membres de la société civile interrogés est frappant.

Frédérique Pierrot-Mondoloni, commerçante et présidente d’une union commerciale du centre-ville explique «Je vois ma ville se détériorer et manquer de “peps” parce qu’on ne peut pas accéder à la ville, parce qu’elle est sale et qu’il y a un gros, gros problème d’insécurité. Nous avons besoin de quelqu’un qui connaît la ville, capable d’en reprendre les rênes et de créer des ateliers de travail tout de suite»

F.PIERROT-MONDOLONI, Présidente d’une Union COMMERCIALE : « A.CARIGNON SAIT OU ÇA COINCE » 

Pour cette Grenobloise, c’est très clair, «on ne peut pas laisser des amateurs gérer cette ville parce que l’on voit où ça nous a menés ! », fustige-t-elle. Pour elle, « Alain Carignon a conscience de tout ça, il connaît bien la ville pour l’avoir gérée et il sait là où ça coince »,

Alain Carignon ne répond pas autre chose en jugeant de son côté  “Je suis le seul à être opérationnel pour le redressement dont Grenoble a besoin. Ce sans atermoiements et sans temps perdu » .

A.CARIGNON BOUSCULE L’ORDRE ÉTABLI COMME MACRON …

Et si, paradoxalement,  la véritable candidature qui épouse la démarche électorale à succès de Macron, celle qui bouscule l’ordre établi, n’était pas celle de la société civile portée par Alain Carignon ? Par la méthode, par la dynamique, par l’ouverture, le refus des clivages et la priorité donnée aux solutions, le plus ancien des candidats ne devient il pas le plus moderne ?

N’avait il pas déjà frappé avec le dossier sur l’intelligence artificielle 2 jours avant le Président de la République lui-même?

… ET TRACE SA ROUTE  EN S’ADRESSANT DIRECTEMENT AUX GRENOBLOIS 

Avec lui les collectifs  tracent leur route indifférents aux concurrents, s’adressent directement aux grenoblois, ne recherchent pas les combinaisons . Ils vieillissent tout le monde dont Olivier Véran, un produit du système PS local .

Mais à la différence d’Emmanuel Macron en chute dans l’opinion, confronté aux questions régaliennes qu’il ne peut pas trancher pour être demeuré dans le flou, Alain Carignon a imposé son réquisitoire de vérité dans le débat public grenoblois .

Ainsi LREM répète désormais l’antienne acceptée par tous :   » le territoire  mérite mieux en termes d’attractivité du territoire, de développe­ment économique, du vivre ensemble, de sécurité, de co­hésion sociale, de propre­té, etc. »

F.HUGELÉ ( LREM) ETAIT VICE PRÉSIDENT de la  MÉTRO… à l’ATTRACTIVITÉ 

Mais , compte tenu de la présence d’Olivier Véran , le Député alors PS qui a accompagné toutes les municipalités Destot , les marcheurs ne peuvent ni dater, ni désigner les responsabilités et ne proposent aucune mesure pour en sortir. A la Métro les amis d’Olivier Véran géraient avec les Rouge/Verts grenoblois. Jusqu’à sa candidature aux législatives en 2017  ,un actuel LREM, Fabrice Hugelé était même Vice Président chargé de… l’attractivité du territoire, alors grand défenseur de la municipalité Piolle.  Que l’on sache la disparition de l’agglomération des radars nationaux ne date pas non plus de l’arrivée de l’actuelle municipalité : une certaine Geneviève Fioraso, n’est elle pas une ex Première Vice Présidente de la Métro?

LE DISCOURS DE CARIGNON SUR LA SITUATION de GRENOBLE DÉSORMAIS PARTAGÉ

Le discours de Carignon sur la situation réelle de Grenoble est désormais partagé par tout le monde. Il y a encore 2 ans il était le seul  -et vertement critiqué y compris par l’opposition municipale officielle-  à décrire l’évolution de Grenoble conduite par les municipalités Destot et Piolle et ses conséquences dramatiques pour les grenoblois. Rappelons nous les tentatives de faire taire la critique car dresser le bilan revenait à faire du « Grenoble-Bashing« , les sourires entendus de la classe politique locale qui se retrouvait entre elle et se confortait de bises en bises pour ricaner sur ce trublion…

Depuis lors la quasi-totalité de la ville a rejoint l’essentiel de son analyse et les opportunistes politiques font désormais des périphrases sur ses annonces. Tant mieux.

A.CARIGNON « SI JE SUIS CANDIDAT CE N’EST PAS POUR VIVRE SUR les PROBLÈMES MAIS POUR LES RÉSOUDRE »

Alain Carignon répond  d’ailleurs sur Place Gre’Net : « il ne s’agit pas de remplacer un dogme par un autre, un parti politique par un autre. La situation de la ville est grave. Elle est en voie de déclassement, de paupérisation, son économie est en panne, elle perd des emplois, elle n’est plus attractive et ce sont ces défis qu’il faut relever. Ils doivent l’être par une équipe municipale représentative qui doit dépasser les clivages. Dans cette future équipe, les mouvements politiques, s’ils sont représentés, le seront de façon ultra-minoritaire. L’essentiel, pour nous, ce sont nos propositions. Notamment à travers ce que la presse a appelé le big bang municipal, qui consiste à reconquérir les quartiers par la présence des services publics que nous installerions. Nous serons ainsi les seuls à proposer des solutions véritables pour que la Ville résolve enfin ses problèmes. Si je suis candidat, ce n’est pas pour être élu sur les problèmes et vivre dessus c’est pour les résoudre«  .

F.ZARIOH VICE-PRÉSIDENT de l’AJA VILLENEUVE : L’ENGOUEMENT de la CANDIDATURE CARIGNON 

Farid Zarioh l’ex gardien de but de l’AJA Villeneuve, actuel dirigeant du club, explique bien de son côté l’engouement que suscite la candidature Carignon et sa démarche volontariste, hors de tout positionnement politicien et qui ne récuse personne.

«J’ai été bercé pendant des années par Alain Carignon. J’ai une quarantaine d’année et j’œuvre dans le milieu associatif depuis près de vingt-cinq ans où il a toujours été très présent »,  confie Farid Zarioh, conducteur de transport en commun habitant des quartiers sud de Grenoble à Place Gre’Net.  Actuel dirigeant du club il  explique bien de son côté l’engouement que suscite la candidature Carignon et sa démarche volontariste, hors de tout positionnement politicien et qui ne récuse personne. « Je suis de tout cœur avec lui pour ces élections municipales. C’était un maire de terrain, voilà ! Je suis de la Villeneuve et c’est une personne qu’on voyait régulièrement dans le quartier. Chose que -que ce soit l’actuelle municipalité ou l’ancienne de Destot- on ne voit plus ». Et de corriger. « Ah si !, se souvient Farid Zarioh, on les voit juste avant les élections et après on ne voit plus personne ! », déplore-t-il. Ce d’autant plus « qu’ils promettent alors des choses mais ne tiennent pas parole ». 

LES ÉLUS de la MAJORITÉ et de L’OPPOSITION ONT ADMIS à RECULONS la SITUATION de GRENOBLE

En misant immédiatement sur les solutions  Alain Carignon  n’a pas laissé le temps du rattrapage. La classe politique locale est ringardisée. Elle a admis à reculons la réalité de la situation de Grenoble et ne sait pas en tirer les conséquences.

A reculons parce qu’au pouvoir ou dans l’opposition depuis 20 ans aucun élu ne l’avait dénoncée avant qu’Alain Carignon et les collectifs de citoyens qui l’accompagnent ne la décrive implacablement.  Incapable d’en tirer les conséquences car l’ampleur des solutions à mettre en oeuvre les dépassent. Cette victoire culturelle en annonce d’autres. Elle est même le préalable aux victoires électorales.

A.CARIGNON « IL FAUT EN FINIR AVEC LE BLABLABLA et les MESURETTES »

Du fait de son âge, de son itinéraire, de  ses expériences heureuses et malheureuses Alain Carignon n’a pas peur. Les grenoblois le ressentent en profondeur et connaissent ses acquis : ils lui font confiance pour tirer vite Grenoble vers le haut.

« Tout le monde a bien compris que le magma local, tel qu’il vit depuis une vingtaine d’années, n’était pas en capacité de relever les défis de Grenoble du fait des personnes qui l’animent. Il faut aujourd’hui changer de braquet, on ne peut pas continuer le blablabla, les mesurettes avec du vide, de l’inaction et de l’immobilisme. Ce nouveau souffle c’est la société civile qui s’engage et qui l’incarne pour traiter ces questions au fond » répond d’ailleurs Alain Carignon à Place Gre’Net.

« LES GRENOBLOIS VONT SORTIR LES SORTANTS »

Ajoutant en réponse à Olivier Véran le Député (Ex PS) :  « Le temps des campagnes de disqualification de l’adversaire pour continuer la petite politique entre amis qui fait tant de mal à Grenoble est derrière nous. Les Grenoblois vont sortir les sortants ».

Pour Alain Carignon : « Il faut une vision, un cap, une équipe, un animateur au niveau des défis et du pragmatisme et de l’efficacité au niveau des actions. Nous sommes les seuls à réunir ces différents ingrédients et tous ceux qui nous rejoignent démontrent que les Grenoblois le comprennent de plus en plus. Ceci étant, ces mêmes Grenoblois qui se tournent vers l’avenir sont en train de tourner la page de la municipalité actuelle et de la classe politique locale qui anime la vie politique d’une manière extrêmement décevante. Désormais, avec une équipe jeune et représentative, je veux mettre l’expérience et le courage au service de Grenoble. Par ailleurs, l’échec de la municipalité Piolle est désormais patent. Elle a montré son mépris des femmes et des hommes en ne leur apportant aucune considération, en ne leur manifestant aucune empathie. »

« TOUTE VIE à DES HAUTS et des BAS » 

Interrogé sur sa condamnation Alain Carignon y répond toujours avec franchise : « J’ai commis des fautes, j’ai payé pour ces fautes. J’ai donc une expérience du bien et aussi du mal. J’en ai tiré les conséquences. Je pense que ces expériences malheureuses et aussi heureuses de ce que nous avons construit à Grenoble et que personne ne conteste produisent un ensemble, l’expérience d’une vie. Je les mets au service du Grenoble en difficulté d’aujourd’hui pour construire avec la société civile grenobloise les solutions dont la ville a besoin. Toute vie a des hauts et des bas et l’important est, chaque fois, d’en tirer les conséquences et l’expérience qui permettent d’être meilleur demain qu’on ne l’a été hier. » 

LES GRENOBLOIS ONT BIEN COMPRIS QU’IL S’AGIT d’UN ENGAGEMENT AUTHENTIQUE 

En bousculant le calendrier, en refusant le marketing et les sondages pour établir un casting, en cassant les codes selon lesquels il ne faut pas se dévoiler tôt, ne pas faire connaître son programme et ceux qui l’incarnent car l’électeur se décide de plus en plus tard, Carignon est le plus « macroniste  » des candidats car il ne fait rien comme dans le monde d’hier. Ce faisant il a évidemment pris de l’avance mais surtout engrangé un atout considérable qui n’a pas de prix: les grenoblois ont bien compris qu’il donnait tout parce que son engagement  est authentique, sincère , entièrement tourné vers les solutions à mettre en oeuvre pour la ville avec les Grenoblois.

Source : article Alain Carignon : “Je suis le seul à être opérationnel pour opérer le redressement dont Grenoble a besoin” | Place Gre’net – Place Gre’net

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *