POUR O.VÉRAN (ex PS) C’EST CARIGNON OU PIOLLE

BEAUVERT : LES POUBELLES RAMASSÉES UNE SEULE FOIS PAR SEMAINE
PLUS QUE 0,5 PLACE de PARKING par LOGEMENT CONSTRUIT

« Entre la liste d’extrême gauche d’Éric Piol­le et la liste de droite très dure de Carignon, » … affirme Olivier Véran (Ex PS/Hollandais) dans le DL (24/6/18) il y a un espace à occuper. Les seconds couteaux, S.Gemmani, Ph de Longevialle, J.Safar, M.Chamussy et tous les recalés de l’élection, partisans de l’immobilisme, s’engouffrent dans ce créneau car ils voudraient être élus par défaut. Les boutiquiers raisonnent en part de marché, pas en action. Ils sont là pour se faire élire sur les problèmes à la différence de Carignon, candidat pour les résoudre.

LES COLLECTIFS de la SOCIÉTÉ CIVILE NE SONT PAS La « LISTE de la DROITE TRÈS DURE » (!) 

Les grenoblois, veulent respirer l’air des sommets et aspirent, eux,  à des  projets qui sortent la ville de l’enfer. Ceux des collectifs de la société civile qui se mobilisent ne ressemblent évidemment en rien à la « liste de la droite très dure »(!). C’est même une injure pour eux ,citoyens respectables et sincères, parfois électeurs de… M.Véran. Ces caricatures ne trompent personne. Car il s’agit de grenoblois connus et estimés. Leur engagement a d’ailleurs redonné confiance aux grenoblois.

Les Présidents d’Union de quartiers, d’Unions commerciales, les responsables d’associations sportives des quartiers, les cadres ou les dirigeants du pôle technologique comme un ancien magistrat ou les avocats engagés pour l’alternance n’ont rien de boutefeux.

LE PROGRAMME CARIGNON EST LE PLUS SÉRIEUX et le PLUS INNOVANT

Et ceux qui les rejoignent sont de plus en plus représentatifs de la réalité de la ville. Le mouvement des forces vives se lève et veut prendre son destin grenoblois en mains. il est à l’opposé de tout sectarisme.

Chaque jour qui passe de plus en plus de Grenoblois jugent que les éléments de programme révélés par l’équipe Carignon sont les plus sérieux, les plus innovants et les seuls à répondre aux défis que Grenoble doit relever. Ils contraignent tout le monde à sortir du bla-bla.
Finis les discours répétitifs et les slogans sans solutions dont Olivier Véran –qui a joué au barde du renouvellement d’Hollande avant de rallier Macron- est un modèle.

Car Olivier Véran est sérieusement handicapé. Lui et Geneviève Fioraso sont Députés de l’Abbaye, de Teisseire, de Jouhaux depuis 2007. Ils sont aux manettes de la Métro depuis 1995 et l’ont été de la ville de 95 à 2014. Il ne semble pas que leur politique ait produit des effets miraculeux.

LA NOSTALGIE D’UN GRENOBLE POSITIF QUI GAGNE

Si on peut aisément classer Eric Piolle dans les dogmatiques qui ont asphyxié Grenoble, la nostalgie d’un Grenoble positif et qui gagne (St Micro, le Synchrotron, Le Musée, Grenoble-Valence…) d’une ville embellie, propre, attractive est profondément ancrée chez les Grenoblois.  Elle est incarnée par Alain Carignon qui a fait la preuve pendant ses mandats de son pragmatisme et de son écoute des grenoblois, inégalés depuis. Ce que résume l’ex gardien de but de l’AJA Villeneuve, Farid Zarioh, Vice président du club » chez nous M.Carignon a une très bonne image et nous sommes derrière lui pour 2020 ». Ce n’est pas « la droite très dure »... Ni d’ailleurs François Bernault, magistrat, ancien Président de Tribunal Administratif, Mohamed Ouerghi Chef d’entreprise ou Corinne Pilato assistante maternelle à Beauvert.

UNE ÉQUIPE MUNICIPALE OPÉRATIONNELLE IMMÉDIATEMENT 

Tous ceux qui président ou participent à des Unions commerciales, Union de quartier, tels Frédérique Pierrot, Pierre Jacquier, Jean-Claude Guetat, Sébastien Tomasella  … savent ce que veut dire la diversité des opinions.

Tout le monde a bien compris qu’Alain Carignon est opérationnel pour renverser vite la vapeur dès mars 2020 : avec lui pas de temps d’adaptation perdu, de tromperie et d’atermoiements. C’est un Maire et une équipe municipale en phase avec la ville qui sera en capacité d’agir immédiatement, de maîtriser les services et de délivrer à l’extérieur cette image de ville à nouveau positive. Il n’y aura plus de temps à perdre compte tenu de l’urgence.

En effet « Grenoble a pour vocation de changer de majorité«  comme le constate Olivier Véran.

O.VERAN (ex PS) : « A QUOI CA SERT UNE VILLE SANS VOITURES ALORS QU’ELLES NE SERONT PLUS POLLUANTES ? « 

En effet également comme nous le disons aussi en voulant rétablir la mixité des déplacements  Olivier Véran a raison de dénoncer l’absurdité des ayatollahs locaux : «  À quoi cela sert de faire une ville sans voitures alors que dans quelques années, elles seront toutes à hydrogène et non pol­luantes ? ». Sauf que nous traitons, nous, du transit de l’agglomération grenobloise que M.Véran et Madame Fioraso ont laissé tomber depuis 22 ans pour complaire… aux Verts, qui leur permettaient d’être élus.

GRENOBLE : LES 5 eme et 7 eme BOUCHONS FRANÇAIS APRES Le RÈGNE de M.VÉRAN 

Ce n’est tout de même pas de la seule faute de M.Piolle si Grenoble était devenue la 10 eme agglomération Française pour les embouteillages et bénéficiait  du suprême honneur d’abriter les 5 eme et 7 eme bouchons nationaux ! Que la nouvelle municipalité ait aggravé faisant passer en seulement 4 ans Grenoble à la 6 eme place des agglomération pour les embouteillages, personne ne le nie. Idem pour l’absence de ligne à grande vitesse pour le TGV. Puisque Olivier Véran murmurait à l’oreille d’Hollande, il aurait pu lui parler de notre région abandonnée.

….ET UNE DELINQUANCE de 63 % SUPÉRIEURE à la MOYENNE 

Après 19 ans de municipalité Destot/Fioraso, en 2014, à l’arrivée de Piolle, Grenoble connaissait une délinquance de 63 % supérieure à la moyenne des villes comparables selon son Ministre de l’Intérieur de l’époque. Certes en annonçant la suppression des 20 caméras qui restaient et n’étaient regardées par personne  Eric Piolle est probablement responsable de milliers d’actes de délinquance supplémentaire. Mais il n’y a pas de quoi pérorer pour O.Véran.

LA MUNICIPALITÉ PIOLLE A MIS EN PLACE des OFFICINES

Avec l’entrée en lice d’Alain Carignon le débat de 2020 ne va pas reposer sur les incantations. Les officines des Rouge/Verts n’auront pas de prise sur le réel. Les grenoblois voient bien les faux comptes de tweet en action, les fausses pages facebook (« Grenoble en débat ») créés par les services de com ‘ probablement sur fonds publics qui canardent Carignon ou Véran. C’est gros comme le nez au milieu de la figure. Le camp retranché des élus claniques partagent immédiatement tweets et posts de façon convulsive démontrant le montage. La dérision, la disqualification de l’adversaire ont pour objet de polluer  le débat, d’éviter de répondre sur le bilan. On les comprend. Mais ils ne peuvent pas détourner la colère.

ON NE VA ÉLIRE NI MACRON, NI WAUQUIEZ, NI MÉLENCHON AUX ÉLECTIONS MUNICIPALES

Cette technique n’a pas plus de prise que la posture d’O.Véran consistant à faire croire aux grenoblois qu’ils vont élire Macron, Mélenchon, Bayrou, Wauquiez ou un autre à l’élection municipale. La référence à 2017 ne tient pas. Autant aux élections législatives on donne ou non une majorité au président quel que soit le candidat Député, autant aux élections municipales les citoyens se prononcent sur des solutions, une équipe qui donne confiance et une tête de liste en capacité de mettre en oeuvre ce qu’ils proposent ensemble. Plus on avance en effet, plus le paysage s’éclaircit et moins les grenoblois ont de doutes sur le choix à faire pour eux-mêmes et leur ville.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *