PLUS QUE 0,5 PLACE de PARKING par LOGEMENT CONSTRUIT

Le » nouveau » plan Local d’Urbanisme va faire passer le taux de création de place de parking par appartement construit à 0,5. C’est Bruno de Lescure ,le Président de l’Union de Quartier Berriat et animateur de « Vivre à Grenoble «  qui a poussé le « coup de gueule «  selon le DL ( 9/6/18): «  ne refaisons pas les mêmes erreurs que par le passé » a t il plaidé évoquant le Plan d’Urbanisme précédent qui date de 2005, déjà instauré par les mêmes élus, puisque Pierre Kermen était Adjoint (Verts/Ades) à l’urbanisme dans une coalition municipale Verts/PS/PC.

ÉLUS VERTS/ADES RESPONSABLES de la BÉTONISATION INTENSIVE

C’est aux élus d’aujourd’hui (Fristot, Boileau, Girod de l’Ain, C.Kirkyacharian … ) et d’hier  (Avrillier, Kermen) mais toujours aux manettes qu’on doit la bétonisation intensive de Grenoble qui s’accentue. Le débat électoral de 2014 a fait l’impasse sur ce fait, polarisé qu’il était sur le dossier Esplanade, les élus Verts/Ades trichant et se faisant une fausse virginité : au final leur projet sur cet espace comporte 900 logements au lieu des 1 200 de Destot mais sur un espace plus restreint et en abattant les 140 platanes de la ceinture verte de la petite esplanade, en supprimant 800 places de stationnement qui permettaient à nombre de salariés de venir travailler à Grenoble.

LE DÉBAT de 2020 SE DÉROULERA SUR DES BASES PLUS SÉRIEUSES

Bruno de Lescure avec « Vivre à Grenoble » était en pointe contre le projet Destot qui a contribué à la chute de Safar, la liste Piolle volant le mistrigri  de la lutte contre la bétonisation à une droite mal représentée qui n’avait pas su dans l’opposition préempter ce dossier.  Le débat de 2020 se déroulera sur des bases plus sérieuses avec des protagonistes plus soucieux de vérité.

0,53 VOITURE PAR HABITANT SOIT 2 VOITURES PAR LOGEMENT 

Appliquer partout dans l’agglomération un coefficient de 0,5 voiture pas logement est un déni de réalité. Les derniers chiffres connus de l’enquête ménages de la Métro montraient au contraire que le nombre de voiture par habitant augmentait légèrement à 0,53. Comme il n’y a rarement qu’un seul habitant par logement on imagine au moins une voiture !

E.PIOLLE AURAIT RENONCÉ à la VOITURE DEPUIS 3 ANS 

A cela les élus vont répétant que 40 % des habitants des villes n’ont pas de voiture. Ce qui est contradictoire avec leur propre enquête ménages.  Comme à son habitude Eric Piolle cite Son exemple annonçant que « depuis 3 ans «  il a renoncé à la voiture. (DL du 6/6/18). Il a mis du temps !   Ce qui est bon pour lui doit être imposé à tous. « je juge absurde cette mise en avant de soi«  a commenté Alain Carignon devant notre groupe,

E.PIOLLE N’EST PAS L’ALPHA et l’OMÉGA des MODES DE DÉPLACEMENTS 

« Comment comparer les besoins de chacun qui varient suivant sa situation. Comparer une personne qui a un mode de vie célibataire, qui aime la marche à pieds, sans enfants à transporter, qui est maître de ses rendez-vous par rapport à un artisan, un commerçant, une profession libérale, un salarié a déplacements multiples, un cadre, un responsable de famille  ou de famille séparée qui doit aller chercher les enfants d’une ville à l’autre … chaque situation est différente ».

Chacun peut être successivement automobiliste, piéton, cycliste, usager des transports en communs. Notre collectif, avec Alain Carignon veut rétablir des possibilités de desserte locale du centre ville et d’accès à la voiture aux côtés de la piétonisation et des voies cyclables protégées.

PLUS ON RÉDUIT LE NOMBRE de PARKINGS OBLIGATOIRES PLUS ON PEUT DENSIFIER

Evidemment plus on réduit le nombre de parkings obligatoires, plus on peut densifier. Le second objectif est là. Tous les projets lancés  par la municipalité Destot et poursuivis par la municipalité Piolle -elle a trompé les grenoblois en s’engageant à les revoir tous-  se réalisent sur ce principe. La duplicité de ces deux forces politiques en matière d’urbanisme démontre parfaitement que l’objectif est seulement électoral : constituer des réservoirs de voix.

Ph de LONGEVIALLE (app PS) a PORTÉ CETTE POLITIQUE 6 ANS 

Au passage, Philippe de Longevialle (app PS) qui s’est fait le malheureux perroquet de cette politique pendant 6 ans dans la continuité des élus Verts/Ades  évoque aujourd’hui « l’alternance » sans la remettre en cause. Il est bien représentatif de cette classe politique locale qui veut faire perdurer un système entre élus interchangeables appliquant le même urbanisme qui appauvrit Grenoble. Car les victimes sont les propriétaires dont la valeur des biens s’effondre. 

« L’ECO-QUARTIER » (!)  de la PRESQU’ILE : 1 M2 D’ESPACES VERTS PAR HABITANT ! 

Tout le monde voit bien les difficultés de « l’éco-quartier » de la Presqu’ile appelé ainsi par antiphrase : il ne compte qu’Un M2 d’espaces verts par habitant. Mais le stationnement est problématique et le parking de 475 places ne suffira pas pour les 15 000 habitants. D’ailleurs pour conserver artificiellement le siège du Crédit Agricole sur le territoire de la commune de Grenoble, au bout de la Presqu’ile, près du Pont d’Oxford (Merci qui ?) lequel  permet l’entrée/sortie facile, Eric Piolle a accordé un parking de… 500 places à ceux qui viendront travailler dans le secteur. La preuve que ces travailleurs qui sont aussi des habitants n’auront pas 0,5 voiture par appartement. Toutes ces palinodies démontrent les mensonges du système.

300 LOGEMENTS SUR L’ILOT RAYMOND à BERRIAT 

Mais le « coup de gueule «  de Bruno de Lescure pourrait aussi faire écho au bétonnage de Berriat qui se poursuit avec obstination. La municipalité est demeurée totalement sourde aux pétitions, exhortations des habitants demandant de réduire la densité : les 300 logements sont en construction sur l’ilot Raymond. Zéro m2 d’espaces verts, de loisirs, sportif, d’équipement scolaires supplémentaires. Pour ces derniers on verra les élus Verts/Ades/PG faire les jolis cœur quand les élèves s’entasseront dans les établissements. Côté nature il suffira d’utiliser le Parc de Marliave proche. (Merci qui ?)

DE L’ILE VERTE à BEAUVERT, le BETONNAGE 

Le bilan est connu. Il a été dénoncé récemment par un architecte qui a lancé un cri d’alarme. Mais la municipalité fait feu de tout bois : le quartier bobo de l’Ile Verte est attaqué à nouveau après les constructions de la rue Blanche Monnier, ce sera le tour de la rue Lachman. Le quartier populaire de Beauvert est visé aussi : les villas HLM dans la verdure vont être détruites pour être remplacées par des immeubles. Partout l’acharnement à défaire ce qui marche.

Tous ces projets ne pourront heureusement se finaliser dans les 2 ans. Si les habitants se battent ils pourront respirer à partir de 2020. Tout repose une fois de plus sur la mobilisation et l’engagement des grenoblois pour leur ville.

 

 

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

5 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *