EYBENS : LA CO-PRÉSIDENTE de E.PIOLLE DANS LA TOURMENTE

PLUS QUE 0,5 PLACE de PARKING par LOGEMENT CONSTRUIT
MATHEYSINE : "E.PIOLLE N'EST PAS LE BIENVENU"

Francie Mégevand la Maire (extrême gauche) d’Eybens est la co-présidente d’Eric Piolle à la Métro : ils dirigent tous les deux le premier groupe de la majorité qui impose ses décisions à Christophe Ferrari (PS repenti) lequel les applique comme un petit Toutou tenu en laisse.

C’est ainsi que Grenoble est petit à petit asphyxiée et paralysée, son économie détruite, ses emplois perdus et voit la pollution augmenter.

Mais ça craque aussi à Eybens ou la férule et les trahisons de ses engagements par Francie Mégevand font aussi des dégâts en interne. Comme à Grenoble  deux anciens  piliers de la majorité eybinoise (l’un en tant que conseiller municipal, l’autre comme co­présidente d’“Eybens démocratie”, l’as­sociation qui a accompagné Francie Mégevand à la victoi­re aux municipales), Belka­cem Lounès et Özlem Ragusi font désormais “bande à part” selon le DL (16/6/18)  « Ils sont déçus, et ne s’en ca­chent pas » explique Isabelle Calendre la journaliste.

« COMMENT PEUT ELLE SE REGARDER EN FACE ? »

«Nous nous sommes investis avec elle, pendant la campa­gne, sur cette question du res­ pect des électeurs… et du non­ cumul des mandats. Elle avait toujours dit qu’elle n’accepte­rait pas de vice­-présidence Métro. Quand on l’a su, on est tombés à la renverse ! Com­ment peut­-elle ensuite accep­ter ce poste et se regarder en face ? Nous, nous souhaitions qu’elle abandonne l’un de ses mandats, mais elle a refusé….» racontent les deux élus.

LE JEU BIAISÉ de « la POLITIQUE AUTREMENT  »

Ajoutant: «C’est plus profond. Peu à peu on nous a mis devant le fait accompli … Nous avons le sen­timent que le maire veut tout contrôler, tout savoir (…) C’est ce que l’on repro­chait à Marc Baïetto lors du précédant mandat, or Francie Mégevand se réinstalle dans ce même schéma…»

Et d’enfoncer le clou qui rappelle bien ce que vivent les grenoblois : «Avec la nouvelle équipe, il s’agissait de faire de la politi­que autrement (…) Mais on s’est aperçu que le jeu était biaisé. On était exclus des débats. Donc à la dernière AG de l’association, une petite dizaine de membres (sur 40 environ) sont partis…»

« LES VRAIS CITOYENS ONT QUITTÉ EYBENS DÉMOCRATIE »

Selon eux, « les vrais citoyens, ceux qui étaient à l’origine de la campagne, ont quitté “Ey­bens démocratie”. Il ne res­te que des élus, et leurs époux/épouses. Le problème, c’est la contradiction entre le discours de démocratie participative qui est pré­sentée aux habitants, et l’ab­sence, justement, de démo­cratie participative au sein de l’équipe municipale…. ».

« ON S’INSCRIT DANS LA LOGIQUE D’EMPÊCHER LA RÉÉLECTION de F.MEGEVAND » 

«Avant, on discutait, main­tenant le maire dit “C’est comme ça que ça va se pas­ser”, et voilà. Les élus sont en retrait, pour nous, le débat, les échanges, sont importants. Il ne faut pas déroger à nos règles initiales»

Désormais «on s’inscrit dans une logique pour empê­cher la réélection de Francie Mégevand, pour que ce genre de situation ne se renouvelle pas…»

LES ÉLUS FIDÈLES à LEURS PROMESSES ROMPENT AVEC LE MAIRE

Ça ne vous rappelle pas quelque chose ? Partout la tromperie des faux engagements n’aura pas tenu une saison. A Eybens comme à Grenoble les élus fidèles à leurs promesses et qui ont une éthique ont décidé de rompre avec le Maire. Beaucoup d’entre eux, comme le notent aussi Belka­cem Lounès et Özlem Ragusi se contentent de rester chez eux. A Grenoble le phénomène est d’une grande ampleur : ne demeurent que quelques élus excités ou claniques (ou les deux) auprès d’Eric Piolle. Ce qui n’arrange pas sa situation.

LES ÉLUS GRENOBLOIS VONT ILS RESTER CO-COUPABLES AVEC Éric PIOLLE ? 

Mais l’explosion de la majorité municipale Rouge/Verts d’Eybens, après celle de Grenoble ou deux élus ont fait de même, alors que des procédures judiciaires sont en cours rendent l’avenir de ces coalitions bien sombre. La mise en cause d’Eric Piolle pour favoritisme dans les marchés publics accordés aux amis sans appel d’offres ne peut pas être sans conséquence. On voit mal tous les élus continuer à se taire et à demeurer solidaires -donc co-coupables- de ces procédés nauséabonds.

Décidément Erwan Lecoeur l’homme de communication limogé depuis, qui avait conçu la campagne d’Eric Piolle « comme une série télé « n’ avait pas anticipé que le mandat en serait les épisodes noirs.

 

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *