« J’AI L’ESPOIR de VOIR GRENOBLE REVENIR à CE QU’ELLE ÉTAIT » (P.Henry, Metteure en scène)

E. PIOLLE DÉLIVRE LE PERMIS DE TAGUER
COEUR DE VILLE, CIMETIÈRE DE METROPIOLLE

«Grenoble, c’était une ville de théâtre et de danse, mais aujourd’hui, les maisons ont du mal à fonctionner », constate Pascale Henry, auteure et metteure en scène (DL du 1 /6/18). Après que la municipalité ait décidé de prendre en mains la programmation du Théâtre municipal, du 145 et du Théâtre de Poche l’échec est patent.

C.BERNARD (Verts/Ades) AURA ÉTÉ UNE CALAMITÉ

Le secteur culturel est sinistré aussi. La malheureuse Corinne Bernard adjointe (Verts/Ades) aura été à la culture ce que son collègue Raymond Avrillier aura été en son temps comme Adjoint au Logement : une calamité. Choisie pour appliquer docilement des décisions prises par d’autres, elle a fait preuve d’un zèle dogmatique qui a heurté tout le milieu coupant le souffle et les ailes de tous ceux qui espéraient un peu d’air de la nouvelle municipalité.

A LA FIN DU MANDAT E.PIOLLE CHERCHE à GAGNER du TEMPS 

A l’orée de la fin de son mandat la municipalité Piolle ne cherche pas à ouvrir les portes de l’initiative mais à meubler le temps qui lui reste par des artifices. Ainsi une « mission » aurait été chargée de réaliser « l’état des lieux » du milieu artistique ! Après les épisodes contre MC2, du Tricycle, des festivals supprimés … le champ de ruine est connu. La remarque selon laquelle « les équipements sont sous exploités et la signalétique est faible«  est un peu courte pour résumer les raisons de la déception et de la désespérance.

APRÉS AVOIR CHASSÉ les ARTISTES, E.PIOLLE VEUT « LEUR DONNER LES CLEFS » (!) 

Bernard Garnier, membre du collectif Troisième Bureau consacré au théâtre contemporain, avait regretté avec tous les pétitionnaires  ce choix de municipalisation des deux lieux : « Quels sont les résultats de cette reprise ? Eh bien, on a moitié moins de lever de rideau sur les deux théâtres. » (Le Petit Bulletin 31/10/16).

Maintenant  -s’abstenir de rire- après avoir chassé les artistes de la direction de ces théâtres voilà qu’il est proclamé  « Il faut donner les clés de la maison aux artistes ». (!) Pour la dernière saison municipale ,celles du Théâtre de Poche et du Théâtre 145 seraient confiées à des artistes. Tout ça pour ça ? Eric Piolle qui secondait Corinne Bernard a présenté cela sans honte apparente, sans excuses aux artistes durement frappés à l’arrivée de la municipalité .

IL VA D’ABORD RÉDIGER UN CAHIER des CHARGES 

Ce dernier tour de passe-passe -qui démontre combien Eric Piolle est aux abois-  a été grandement tempéré par David Aparicio, chargé des secteurs théâtre et danse de la Ville de Grenoble :« Nous n’en sommes qu’aux prémices. Nous vous présentons notre ambition. Il faut maintenant rédiger un cahier des charges. » (Place Gre’Net 3/6/18)

Avec les Rouge/Verts la musique est connue. Dans tous les secteurs ils définissent  pendant des mois les conditions dans lesquelles « on »  va décider…Les élus de la droite locale sont totalement contaminés eux-mêmes par ce système qui a pour objectif d’écoeurer toute bonne volonté et d’éviter de décider. En l’occurrence pas besoin d’être grand clair pour comprendre qu’il s’agit de tenir jusqu’à l’échéance municipale. Les gros sabots sont de mise.

GRENOBLE A ÉTÉ LA VILLE DU FOISONNEMENT des THEÂTRES et de la DANSE

Pourtant les membres de la mission ont lâché le cri du cœur devant Eric Piolle selon le DL :  « J’ai l’espoir de voir Grenoble revenir à ce qu’elle était, et qu’on puisse mettre en avant cette folle chose que sont les arts, destinés à l’autre, à l’humain »a lancé Pascale Henry metteure en scène. En effet Grenoble a été une ville de foisonnement du théâtre et de la danse , a vécu un moment ou le Maire et ses Adjoints à la culture étaient des passionnés de cette diversité , de cette création ou les compagnies se multipliaient . Un moment ou MC2 était forte et le théâtre municipal dirigé par Guy Sisti refusait du monde, un moment ou se créait le Théâtre 145, le Théâtre de Poche, Sainte Marie d’En Bas, le 145, le Rio  ou une compagnie s’installait à Villeneuve à l’espace 600 et au Village Olympique au Théâtre Prémol.

C’ÉTAIT LE TEMPS de la MUNICIPALITÉ CARIGNON 

C’était le temps de la municipalité Carignon. Celui ou Grenoble ouvrait une salle des musiques nouvelles avec le Ciel  – que la municipalité Piolle a failli fermer !- construisait une salle de spectacles, le Summum, qui aurait besoin d’être refaite 25 ans après.

Car depuis ces années Grenoble a vécu  un long étiolement que la municipalité Destot a accompagné vendant même un Théâtre, le Rio. La prise de parole de Jérôme Safar (PS) sur le sujet est donc peu crédible. La municipalité Piolle de son côté a brutalement verrouillé dès son arrivée. Derrière le rideau, Olivier Bertrand (Verts/ades) et le clan Avrillier/Comparat ont réglé leurs comptes à tout ce qui bougeait. Corinne Bernard ne comprenant pas tout.

METTRE FIN A UNE BUREAUCRATIE MUNICIPALE à FRONT de TAUREAU 

Les collectifs de citoyens qui travaillent avec Alain Carignon à l’alternance de 2020 entendent renouer avec la ville du Théâtre , de la danse, de l’art vivant, de la création. Mettre fin à cette bureaucratie municipale à front de taureau qu’Eric Piolle a mis en place afin de museler la création. Comme d’habitude ses mots creux sonnent comme des anti-phrases et sont tellement déconnectés de sa politique que plus personne ne peut même l’écouter : « Les artistes interpellent le monde et se mettent en danger. Ils ont bien souvent une vie précaire et ce sont aux acteurs publics de sécuriser les parcours des artistes » a ânonné  Eric Piolle ( DL du 1/6/18) devant une Corinne Bernard béate.

A.CARIGNON  » LA CHANCE D’AVOIR des ARTISTES DOIT ILLUMINER NOTRE REGARD » 

Mais ces formules sans âme et sans conviction ne remplacent pas la véritable écoute, l’empathie et l’enthousiasme que doit soulever chez un élu la présence d’un artiste qui veut se mouvoir et s’exprimer dans sa ville. Comme le dit Alain Carignon « cette chance doit illuminer notre propre regard et le devoir des élus est de tout mette en oeuvre pour que le créateur exprime le meilleur de lui-même »

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *