« LANCEUR » et R.AVRILLIER AU SECOURS D’E.PIOLLE

A Grenoble « Lanceur » fait copain-copain avec le pouvoir. La main dans la main. C’est aux côtés de… Raymond Avrillier (Verts/Ades) considéré comme le parrain de la municipalité par « Libération » que le journal organise une conférence . A … L’Ile Verte du président Gilles Namur, qui s’est manifesté récemment en roue de secours de la municipalité. On est en terrain connu.

ÇA SENT L’ENFUMAGE à PLEIN NEZ 

Ça sent l’enfumage à plein nez. Car officiellement il s’agit de soutenir les « lanceurs d’alerte «. Ils ne sont normalement pas au pouvoir. On retrouvera le représentant local d’Anticor,  Thierry Labelle également membre de la nébuleuse, élu sur leur liste à Echirolles,  puis démissionnaire. C’est lui qui organise des opérations «opportunes » en campagne électorale.

E.PIOLLE N’A PAS RESPECTÉ SES ENGAGEMENTS SIGNÉS avec ANTICOR 

Anticor n’a demandé aucun compte à la municipalité Piolle qui n’a pas respecté ses engagements signés avec forte publicité pendant la campagne électorale sur la représentation de l’opposition dans tous les organismes et la présidence de la commission des finances laissée à l’opposition.

E.PIOLLE TRAITE les LANCEURS D’ALERTE de « MALADES de la PROCÉDURE… » 

Après l’ouverture d’une information judiciaire sur l’attribution d’un marché sans appel d’offres à ses amis politiques, Eric Piolle a lui-même accusé … les lanceurs d’alerte d’être politisés, « malade de procédure, proche de l’adversaire politique qui pourrait avoir cette volonté de faire au prétoire ce qu’il a perdu dans les urnes ». Bien entendu cherchant à les disqualifier selon le système mis en place depuis 40 ans par Raymond Avrillier et Vincent Comparat. C’est dire s’ils sont habilités à en parler.

…OU PORTE PLAINTE CONTRE EUX 

Avec l’Union de Quartier Berriat dont le journal avait fait été de pratiques de corruption la municipalité n’avait pas hésité à utiliser la menace en portant plainte contre les lanceurs d’alerte!  Cours de la Libération la municipalité attaque au portefeuille l’association « Vivre à Grenoble » en lui réclamant 2,3 M€ parce qu’elle conteste un permis de construire!

Par ailleurs la municipalité est aussi sous la menace d’une incertitude sur le classement sans suite des soupçons de trafic d’influence dans un marché de vélos électrique dans lequel  Yann Mongaburu (Verts/Ades) est en cause. Elle vient de voir ses décisions illégales en matière de fausses consultations annulées par le tribunal.

UNE NOUVELLE AFFAIRE AVEC HEWLETT-PACKARD 

Une nouvelle affaire vient d’éclater avec la convention de mise à disposition par Hewlett-Packard du syndicaliste qui a négocié avec Eric Piolle sa très  (on évoque 500 000 €) forte indemnité de départ de la boite. Elle ne fait que commencer et visiblement « Lanceur» ne risque pas d’en être informé.

R.AVRILLIER (Verts/Ades) A LA MANOEUVRE POUR SAUVER le SOLDAT PIOLLE 

La rédaction du «  Lanceur «  sous la plume de Raphael Ruffier-Fossoul reproduit mot à mot les éléments de langage municipaux avec le chevalier blanc Avrillier ! Celui-ci a été Adjoint au Maire (Destot) et Vice-Président de la Métro pendant 13 ans ! A l’issue de cette gestion remarquable les impôts des grenoblois ont augmenté de 10 %, devenant les plus élevés de France des villes de plus de 100 000habitants. Le logement dont il avait la responsabilité comme Adjoint au Maire est l’un des plus graves échecs de la ville.

LA MUNICIPALITÉ DESTOT/AVRILLIER a INDEMNISÉ LA LYONNAISE des EAUX 

Dans l’affaire du contrat d’eau il était dans la majorité qui a … indemnisé la Lyonnaise des Eaux d’un montant de 10 M de F au moment ou une filiale Belge de celle-ci rachetait la société en faillite de son Maire.  Au lieu de ne rien payer à la rupture d’un contrat qu’il dénonçait comme entaché de corruption.

UNE MUNICIPALITÉ QUI PRATIQUE UN NÉPOTISME ÉHONTÉ

Aujourd’hui  la mère de ses enfants, Claire Kirkyacharian (Verts/Ades) est la Première Vice Présidente de la Métro dans une succession familiale qui force l’admiration. Ce ne sont pas des alertes qu’ils se lancent entre eux, mais des postes

Les « détecteurs de failles » qui en trouvent des failles chez Carignon ou loin de chez eux avec Sarkozy n’ont évidemment pas de remarques à faire sur leur propre gestion. Ils en sont juge et partie avec Lanceur..

ANTICOR et ALTERNATIBA SONT des OFFICINES RELAIS 

Anticor de son côté est une officine-relais du systéme avec Alternatiba qui lutte contre les paradis fiscaux. Sa responsable Florence Mahrez a été candidate Verts. Elle multiplie les opérations en associant Eric Piolle sans jamais lui poser de questions sur ses actions à Singapour, ni sur les subventions publiques considérables reçues par l’antenne grenobloise qui ne compte que 10 emplois alors que les bénéfices se font dans le paradis fiscal. Rien sur les contradictions entre les engagements municipaux de ne pas travailler avec des banques qui ont des filiales dans les paradis fiscaux, de refuser les aides aux entreprises qui ont des sièges ou des filiales dans les paradis et la situation du Maire qui en est le symbole contraire ? Pourquoi se gêner puisque Lanceur vient causer d’autre chose.

UNE NOUVELLE PANTALONNADE AVEC « CAUSEUR » COMME INSTRUMENT 

Cette nouvelle pantalonnade est à classer dans la série actuelle des leurres que la municipalité cherche à semer pour cacher sa décrépitude et la colère des grenoblois. Elle est désormais réduite aux acquêts sur le noyau dur, essentiellement les élus Verts/Ades dont Raymond Avrillier et Vincent Comparat sont les patrons (la fille de ce dernier, Laurence, est Adjointe au Maire, sa compagne, Maryvonne Boileau Présidente de Grenoble-Habitat, responsable de la politique de la ville et vient d’évincer l’élue responsable de Villeneuve pour prendre sa place).

UNE FARCE QUI CONFIRME LA CARACTÉRE GROUPUSCULAIRE de CE QUI RESTE de la MAJORITÉ MUNICIPALE 

On imagine « Lanceur », « Anticor » et autres Alternatiba avec une municipalité de droite dans cette situation. On ne les voit pas tout à fait poser à leurs côtés pour étudier avec eux le rôle des lanceurs d’alerte. Cette farce se déroulera à la Maison des Habitants de l’ile Verte rue Blanche Monnier ce mercredi 13 juin. Elle confirme le caractère de plus en plus groupusculaire de ce qui reste de la majorité municipale. Contrainte à des opérations de diversion avec des affidés lesquels ont perdu en route toute crédibilité.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

2 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *