BORNES : ET SI LE CENTRE VILLE FAISAIT COMME VILLENEUVE ?

Depuis un an des habitants de Villeneuve ont décidé qu’ils pouvaient stationner à l’intérieur du quartier. Ils ont saboté le système de commande de la borne de façon à le rendre difficilement réparable. Et les employés qui ont tenté ces dernières semaines de venir le remettre en route ont exercé comme on dit pudiquement leur « droit de retrait ». Le tout dans une Omerta digne des Républiques de l’Est à la belle époque…

Les voitures en stationnement partout dans le quartier ne sont victimes d’aucune contravention. Il s’agit d’une République auto-gérée. Elle démontre que lorsque les citoyens prennent le pouvoir ils ne suivent pas les préceptes des Rouge/Verts grenoblois. Pourtant à Villeneuve ou des voitures brûlent parfois -comme ailleurs- on prend peur aux risques que la population court s’il fallait évacuer des immeubles entiers en cas d’incendie.

E.PIOLLE IMPOSE LES BORNES de FERMETURE AVANT LA FIN des TRAVAUX 

Tandis qu’au centre ville, alors que les travaux de fermeture de la ville qui handicapent tout le monde sont prolongés jusqu’à fin décembre 2018 à minima, Eric Piolle a décidé d’imposer par anticipation la pose des bornes. Comme s’il n’aurait pas été plus judicieux d’attendre la fin des travaux afin de laisser de la souplesse de fonctionnement à un système qui se met en place. Une bêtise à front de taureau gouverne la ville.

Non seulement la municipalité laisse faire, mais contrairement au centre ville, elle crée à Villeneuve, en parallèle à la galerie, le long de la voie tram, une voie d’accès voitures qui n’existait pas !  Exactement ce que réclament les habitants et les commerçants du centre ville afin de préserver la mixité des accès tout en limitant celui des voitures.

Ce qui se crée galerie de l’Arlequin est supprimé avenue Agutte Sembat. Un peu comme Eric Piolle impose la décroissance à Grenoble en permettant l’installation de 24 000 M2 de surfaces commerciales à St Martin d’Hères.

A constater ces expériences opposées qui prouvent que la municipalité est un bateau ivre, on se demande quand les habitants et les acteurs de l’économie grenobloise vont ils décider de prendre aussi le pouvoir dans le centre ville ? En effet Eric Piolle n’impose ses dogmes qu’aux faibles. On n’a jamais vu Lucille Lheureux (Verts/PG) face aux habitants de Villeneuve installer son mobilier urbain sur l’espace public.

Les cages de bois à la Ceauscecu ne dureraient pas ou seraient d’une autre utilisation. Ces contradictions épuisent les grenoblois et les mettent de plus en plus en colère. Ils ont bien compris que la suffisance des mots cachait l’absence de toute autorité excepté pour ceux qui demeuraient dans la légalité.

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *