E.PIOLLE RECRÉE LES PONTS à CIRCULATION ALTERNÉE…

BORNES : ET SI LE CENTRE VILLE FAISAIT COMME VILLENEUVE ?
PROPRETÉ : le SCANDALE DES DÉCHETTERIES FERMÉES

« Plus large, plus lourd, plus moderne «  a titré le DL  (12/5/18) à propos du « nouveau Pont Bergonzoli qui dessert la presqu’ile depuis St Martin le Vinoux « .

On retrouve pourtant le pont de … 1915 à circulation alternée ! Parce que les élus dogmatiques de la Métro ont refusé que les voitures puissent se croiser. Elles devront donc polluer en stationnant à l’entrée du pont en attendant la libération du passage par un véhicule déjà engagé. Le brave Yann Ollivier Maire (PS) de St Martin le Vinoux a affirmé au DL (5/1/17) : « Je me suis bat­tu à la Métro pour qu’on diminue la largeur de la passerelle piétons-­cycles de 40 cm, ce qui aurait permis d’élargir la par­t pour les voitures et de la passer à deux voies au lieu d’une. Mais la Métro n’a pas voulu «. 

LE PONT VA PASSER de 1000 à 5000 VÉHICULES 

Il serait –paraît-il- Vice Président de la Métro aux aménagements (!). C’est dire qui gouverne l’agglomération ce bateau ivre dirigé par les Rouge/Verts grenoblois d’Eric Piolle qui imposent leurs diktats à des élus apeurés. A quoi sert Christophe Ferrari ?

Avec un tablier de 8 mètres de large il était possible de faire deux voies voitures et une piste cyclable confortable. Il suffisait que cette dernière compte  2,90 mètres au lieu de 3,40 ce que demandait le Maire de la commune. On se demande pourquoi il demeure Vice Président de la Métro sinon pour l’indemnité (2 800 €/mois)

Car avant sa fermeture il transitait 1000 véhicules jour et la Métro elle-même annonce qu’on va passer à 5000 au moins. Autant créer de la pollution avec les voitures en bouchons aux entrées du pont ! Pourquoi Grenoble serait elle seule à voir augmenter la pollution. Autant en faire profiter toutes les communes, celles-ci s’inclinant devant la municipalité grenobloise.

L’AGGLOMÉRATION REVIENT à 100 ANS EN ARRIERE 

100 ans après  la création du Pont Bergonzoli la Métro fait marche arrière toute en appliquant des principes qui vont produire le contraire des objectifs affichés. La planète -et pas seulement elle- va souffrir de la lâcheté des élus de l’agglomération.

Les dogmes l’emportent partout alors qu’on croyait la capacité de nuisance limitée à Grenoble. Même la voix de la démocratie, représentée par le Maire de la commune  -et même de leur camp- ne peut plus être entendue. Inquiétant.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *