VILLAGE OLYMPIQUE : « JE RENTRE DE 3 SEMAINES de VACANCES… »

« Je rentre de 3 semaines de vacances et j’avais peur de ne pas retrouver le « Grand chaudron Grenoblois »  de l’équipe Piolle » nous écrit un habitant du Village Olympique qui joint des photos à son mail.

Il poursuit:

« Je suis rassuré rien n’a changé :

1- « Mercredi 23 mai vers 23h , séance de racket devant l’immeuble (pourtant jusqu’à maintenant tranquille, mais il faut bien que la délinquance s’étende partout pour satisfaire au souhait de Piolle et Martin  d’une décroissance totale sauf pour la délinquance).

2- « Grenoble passe en boucle sur les chaines info pour le tabassage des CRS à Mistral. Pourtant la grande E.Martin avait pris ce quartier sous sa «responsabilité» pour en faire un quartier de bonheur (d’ailleurs ca marche puisqu’il y a un camp de migrants qui vivent la misère et la violence sur sa « future ZA » laquelle, comme indiqué par le panneau publicitaire, doit voir s’installer des entreprises (exemptées de taxes bien sur)

3-« Une crise d’asthme sévère : un médecin m’a  conseillé de quitter Grenoble dont la pollution s’accroit fortement  du fait de la création de bouchons par le grand stratège circulation Y.Mongaburu que le monde nous envie.

4- « les nids de poule sont toujours là : c’est probablement la nouvelle façon d’inciter  au cyclisme.

5- « Un canapé signalé au fil vert il y a 1 mois est toujours présent (il est vrai que les « guetteurs » des dealers ont besoin de pouvoir s’asseoir pendant leur attente de clients).

6- « une voiture tampon et accidentée signalée depuis plus de un mois toujours présente.

7- « J’ai bien retrouvé aussi mes embouteillages gentiment « offerts » par Mongaburu (Toulon St Egrève 3h pour 350 km, st Egreve Grenoble sud : 1h30 heures pour 15 kms). Sans autres choix que de prendre la voiture puisque les Verts (qui n’en ont que le nom mais aucun esprit) ont dogmatiquement  tout fait pour interdire une ligne TGV directe vers le sud via Valence (préférant donc la pollution des voitures)

8- « Nouveaux tags à l’entrée de Grenoble, mais c’est vrai que c’est le nouvel art Grenoblois (action de C.Bernard une autre visionnaire ?). La culture ayant toujours été l’ennemie des extrêmes gauche pour qui il faut laisser le peuple dans l’ignorance pour mieux l’asservir.

9-« La séance de sport quotidienne « rodéo moto le soir », que cautionne Martin comme elle l’a indiqué lors de la dernière réunion de l’union de quartier (soit disant pour éviter les émeutes !). Elle est juste venu nous expliquer avec son long et monotone monologue  habituel que tout va bien  à Grenoble et que ce qui ne va pas est forcément la faute de l’Etat et des autres mais surtout pas des actions néfastes menées par la mairie et surtout pas par elle-même grande prêtresse de la tranquillité (a-t-elle mesuré le nombre  de décibels dégagés par ces raiders de moto cross en ville ?)

10-etc…

« Sur ce, vivement les prochaines élections qui décideront de mon départ de Grenoble ou pas ……….(comme de celui de bien des gens avec qui je discute) …. » 

LA MUNICIPALITÉ A ENTERRÉ LES PROPOSITIONS du QUARTIER

En 2013 déjà l’évolution du quartier inquiétait une militante de gauche qui avait écrit une lettre ouverte à la municipalité Destot : « pourquoi après 30 ans je quitte le Village Olympique ». Rien n’avait bougé. Depuis lors la dégradation se poursuit, la valeur des biens s’effondre et Eric Piolle continue de pérorer en parlant « d’écoquartier ».

Maryvonne Boileau (Verts/Ades) chargée de la politique de la ville qui était déjà présidente de l’OPHLM sous Destot a enterré les propositions du quartier, notamment la création d’ascenseurs afin d’inciter les anciens à rester pour ne pas aggraver la ghettoïsation. Eric Piolle a exclu le quartier des crédits de rénovation urbaine de l’ANRU. C’est dire.

DU NORD AU SUD LES GRENOBLOIS VIVENT TOUS LA MÊME SITUATION  

Seul les collectifs de citoyens autour d’Alain Carignon ont un projet ambitieux, concret et cohérent pour la revalorisation du Village Olympique.

Du nord de Grenoble au sud en passant par le centre les grenoblois vivent bien la même situation. Elle ne ressemble en rien au discours municipal. Ils ne doivent pas s’excuser de vivre une vie quotidienne insupportable et accepter les remontrances des élus responsables. Bien au contraire. Seule leur mobilisation est de nature à faire bouger Eric Piolle. Mais comme l’exprime cet habitant cela passe aussi par l’engagement pour l’alternance. Chacun doit prendre sa part pour sa réussite.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *