« INCULPEZ-MOI »: E.PIOLLE A ÉTÉ ENTENDU PAR LA JUSTICE…

MIGRANTS : E.PIOLLE MULTIPLIE LES APPELS D'AIR
VILLAGE OLYMPIQUE : "JE RENTRE DE 3 SEMAINES de VACANCES..."

« Piolle clame sa culpabilité » titrait le DL de mardi. le journal du lendemain : « une enquête est ouverte« . Décidément. A ce rythme de tuiles Eric Piolle va terminer en lambeaux. La ville est au bord de la dépression par les mesures qu’il impose et ses condamnations par les tribunaux s’accumulent.

D’abord condamné à rembourser 4 600 grenoblois du fait des tarifs prohibitifs du stationnement, nouvel impôt caché. Ensuite le tribunal a sanctionné sa fausse « votation citoyenne ».

L.BEFFRE Préfet à E.PIOLLE : « LE DEVOIR D’EXEMPLARITÉ S’ATTACHE à le FONCTION de MAIRE » 

Eric Piolle ayant revendiqué de violer la loi afin de faire venir le maximum de migrants, dans un communiqué (DL du 30/5/18) Lionel Beffre le Préfet de l’Isère  « déplore des propos qui appellent à commettre des infractions ou des actes illégaux, alors même qu’ils sont tenus par un maire auquel les lois de la République confient des responsabilités d’officier de police judiciaire (…) Le devoir d’exemplarité s’attache de ce fait tout particulièrement à la fonction de maire. Le préfet de l’Isère exprime ainsi d’autant plus sa préoccupation que prôner l’illégalité ou cautionner des infractions pourtant condamnées par l’autorité judiciaire n’est pas une conduite anodine”.

Y.MONGABURU (Verts/Ades) : SUSPICION de TRAFIC D’INFLUENCE en FAVEUR de R.MARGUET (Verts/PG) 

Les Rouge/Verts avaient échappé -grâce à un classement effectué par le Procureur de la République, Jean-Yves Coquillat dans l’affaire des vélos- à la suspicion de trafic d’influence de Yann Mongaburu (Verts/Ades) au profit d’un élu de la majorité Raphaël Marguet (Verts/G) directeur général d’une société.

LE MARCHÉ des TUILES ATTRIBUÉ à UNE ASSOCIATION DIRIGÉE par des VERTS 

C’était le Groupe d’Analyse Métropolitain (GAM) qui avait -déjà- soulevé le lièvre. C’est encore ce groupe qui a soulevé dés le départ les conditions douteuses d’attribution du marché de la journée des Tuiles à l’Association Fusées tenue par deux membres des Verts (Pascal Auclair et Marielle Imbert).

Il a déposé deux plaintes contre X, la première dès 2015, pour “délit d’octroi d’avantage injustifié”, estimant notamment que les marchés avaient été octroyés par convention et sans concurrence alors qu’ils y sont soumis puisqu’ils concernaient l’organisation d’événements.

Au passage sur tous ces dossiers il faut noter l’absence criante de l’opposition « officielle » au Conseil Municipal dont ce serait le rôle, qui laisse passer par connivence ou incompétence tous les dossiers qui gênent vraiment Eric Piolle car ils le confondent sur ses pratiques.

E.PIOLLE VA ÊTRE ENTENDU PAR LA POLICE JUDICIAIRE

Selon le DL, le procureur de la République de Grenoble, Jean-Yves Coquillat,  a délocalisé le dossier ne pouvant probablement pas le classer sans suite.

Une information confirmée par le procureur de la République de Valence, Alex Perrin, qui a indiqué qu’une enquête prémilitaire était en cours. Elle aura pour but d’établir si oui ou non le maire de Grenoble s’est rendu coupable de favoritisme dans l’attribution de ces deux marchés publics qui seraient d’un montant de 123 000 euros pour l’édition 2015 de la Fête des Tuiles et de 128 000 euros pour la suivante. Eric Piolle va être entendu par la Police Judiciaire .

DES PRATIQUES DOUTEUSES PERMANENTES

Ces pratiques sont permanentes : afin de pouvoir décider seul de l’attributaire du mobilier urbain Eric Piolle a fixé le montant du marché en dessous du seuil qui contraint de faire passer le dossier dans la transparence d’une commission d’appel d’offres. C’est ainsi qu’Alexandre Moronnoz a été choisi…

C’est la municipalité des copains et des coquins qui se gave plus l’échéance de la fin approche. La multiplication de actes illégaux et même leur revendication ajoutent au climat délétère qui parcourt notre cité. Les élus fuient le contact de la population quand ils ne sont pas officiellement récusés par elle.

« SI E.PIOLLE VEUT UNE VILLE MORTE, IL DOIT ÊTRE MAIRE d’UN CIMETIÈRE » 

Les grenoblois voient s’ouvrir avec consternation ce nouveau feuilleton judiciaire qui ternit un peu plus l’image de la ville -laquelle n’avait pas besoin de cela- et rend totalement inaudible les discours fumeux de la municipalité .

Comme l’a résumé la patronne du Telex Bar avenue Agutte Sembat :  « si Eric Piolle veut être à la tête d’une ville morte, il doit être Maire d’un cimetière » 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *