CHAUFFAGE URBAIN : LES TARIFS AUGMENTERONT APRES LES ÉLECTIONS

HIER LES QUAIS EMBOUTEILLÉS COMME TOUS LES JOURS
DIÉSEL EN 2019 : POUR CIRCULER UN GYMKHANA ENTRE les RÉGLEMENTATIONS

Ça tombe. Taxes, impôts verts, stationnement, tarifs des services publics, matraquage des personnes âgées dans les transports en communs. Maintenant le chauffage urbain. Non seulement la municipalité a parfois puni les habitants en les faisant geler tout l’hiver sous prétexte de procédés innovateurs d’économies d’énergie, mais elle annonce des augmentations de tarifs. Déjà Olivier Bertrand élu lui aussi (Verts/Ades) avait camouflé l‘augmentation du prix de l’eau pour 95 % des usagers

LA GESTION d’Hakim SABRI ( Verts/Ades) FAIT des DÉGÂTS 

Seulement échaudée -si on ose dire- par le mécontentement, elle a reporté l’augmentation du chauffage après les élections municipales. Dans une conférence de presse dithyrambique sur eux-mêmes -comme à leur habitude- au détour d’un propos, les élus ont laissé annoncer que les tarifs augmenteraient au moins de 2% en 2020 et encore de 2% en 2024. C’est Thierry Duflot le directeur général de la Compagnie de Chauffage qui a été chargé de l’annonce, avertissant d’ailleurs: « les tarifs ne vont pas baisser ». La brillante gestion d’Hakim Sabri le Président (Verts/Ades) de la Compagnie fait des dégâts.

MOINS BIEN CHAUFFÉ MAIS PLUS CHER 

Mais autant renvoyer ces factures-là au lendemain des élections municipales.  « Le coût du chauffage dans un appartement de 70 m2 revient à l’année en moyenne à 1 160 euros pour un usager raccordé au réseau » selon Christophe Ferrari le Président (PS repenti ) de la Métro. Donc à terme encore une quarantaine d’€ supplémentaires en moyenne de prélevés qui s’ajoutent aux autres augmentations. Pour être chauffé à plus de 17° au moins ?

LA « TRANSITION » REPOSE TOUJOURS SUR LE CONTRIBUABLE ou L’USAGER 

La fameuse « transition » coûte de plus en plus cher au contribuable présuré de plusieurs côtés en son nom. Des  « investissements énormes » en matière d’énergie verte sont annoncés par Hakim Sabri. Afin de faire passer à 85 % en 2022 au lieu de  65 % aujourd’hui la chaleur produite par les ’énergies renouvelables et de récupération. Il est tout de même étonnant que les visions et prophéties de nos élus locaux reposent toujours sur le contribuable ou l’usager.
On pourrait imaginer que leurs capacités d’anticipation si exceptionnelles s’additionneraient à des innovations en matière de financements. Pourquoi pour des résultats aussi probants ne se trouve t il pas d’investisseurs capables de se rémunérer sur les économies générées ?

LA SOCIÉTÉ de E.PIOLLE à SINGAPOUR POURRAIT FOURNIR UN LOGICIEL 

A Singapour il existe une société qui fabrique des logiciels afin de sécuriser les investissements financiers. Ne pourrait elle pas se pencher sur ce cas ?

En même temps elle pourrait aussi donner de précieux conseils à Eric Piolle qui crée les impôts de demain avec un endettement record : en 2015 la capacité de désendettement de Grenoble est passée de 8 années à… 52 ans.

Il est vrai qu’il est le promoteur non suivi jusque là (!) d’une nouvelle comptabilité publique non appliquée à Singapour : celle qui ne prendrait pas en compte certains emprunts !

Source : article La Compagnie de chauffage face aux défis de la densification et du verdissement du réseau | Place Gre’net -Place Gre’net

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *