ROMS AU RONDEAU : 116 000 € de DÉPENSES de FONCTIONNEMENT en 2 MOIS

DIÉSEL EN 2019 : POUR CIRCULER UN GYMKHANA ENTRE les RÉGLEMENTATIONS
GRENOBLE DEVENUE LA 6 ÈME VILLE LA PLUS EMBOUTEILLÉE

Dans le cadre de sa décision de rendre « inconditionnel  » l’hébergement des étrangers en situation irrégulière la municipalité Piolle (Verts/PG)  a notamment installé vingt­ deux chalets (dix de 45 m2 et douze de 12 m2) pour un coût de  200 000 € sur l’aire des gens du voyage au Rondeau à Grenoble.

En face ont été  im­plantés les sanitaires, les dou­ches, un espace cuisine et un espace commun pour les ani­mations (coût : 30 000 €). Pourquoi pas si la municipalité avait décidé que ce serait sa part d’une charge à répartir et à condition qu’en même temps elle donne un suivi des résultats en termes d’intégration, d’emploi, de scolarisation et d’adhésion aux valeurs de la République. Notons que « l’opposition » municipale n’a jamais demandé de comptes à ce sujet non plus.

6 ÉTUDIANTS ONT ETE ATTAQUÉS EN 3 MOIS PAR des ADOLESCENTS du CAMP

La seule fois ou certains de ces  habitants hébergés par le contribuable ont malheureusement défrayé la chronique a été dramatique : en 3 mois 6 étudiants ont été attaqués violemment selon le même mode opératoire à savoir en étant suivis le soir dans le Tram au moment ou ils rentraient sur le campus a révélé le DL (9/6/16). Chaque fois roués de coups, frappés systématiquement au visage alors qu’ils étaient à terre. Deux victimes sur 6 ont perdu connaissance et ont subi un traumatisme crânien. Grâce à la vidéo surveillance qui subsiste encore dans le tram la police a pu identifier des suspects dont deux adolescents qui rentraient le soir après leurs forfaits pour rapporter leur butin au camp du Rondeau ou ils vivent.

La municipalité n’a jamais daigné communiquer sur les conséquences qu’elle en a tiré pour les familles hébergées ? Qu’en est il des « droits » si souvent affichés aux frais du contribuable et des devoirs totalement ignorés ? Elle n’a pas fait savoir si elle avait adressé ses excuses aux parents de ces étudiants ?

LES HABITANTS N’ONT PAS PROGRESSÉ EN 2 ANS EN RESSOURCES PROPRES

Aujourd’hui sur un document que nous avons pu lire les dépenses de fonctionnement mensuelles des 22 chalets ne semblent pas se réduire, bien au contraire. Les familles installées n’ont pas progressé depuis 2 ans en matière de ressources propres. L’objectif étant pourtant de les rendre autonomes car elles n’ont pas vocation à passer leur vie dans une situation de dépendance, sous l’arrosoir des fonds publics. Le devoir et l’honneur des élus est de les conduire vers la citoyenneté complète.

70 000 € DE DEPENSES de GARDIENNAGE EN DEUX MOIS 

Au contraire. Comme le démontre le relevé les dépenses de gardiennages celles-ci sont de plus en plus élevées.Près de 70 000 € en deux mois. Il faut en effet renforcer la sécurité afin d’arbitrer les différents de vie collective et protéger les protagonistes. Nous sommes capables de comprendre que la socialisation soit un apprentissage à condition que celle-ci progresse. Ici aussi les moyens doivent donner des résultas. Car il est tout de même choquant que les grenoblois soient abandonnés face à une délinquance dont la municipalité Piolle se lave les mains affirmant que ce n’est pas de sa responsabilité et que par ailleurs elle assure une situation privilégiée à un petit groupe en lui apportant définitivement la sécurité . Certains de ces membres, sous cette protection, pouvant même agresser des grenoblois.

En face des chalets du Rondeau,au 214 du cours de la Libération  un homme âgé de 56 ans, qui dormait dans son arrière-boutique , hi-fi “Axiom”, est mort d’asphyxie parce que l’établissement voisin du sien a été incendié dans le cadre d’un règlement de comptes. Le gardiennage dont les occupants des chalets bénéficient en face aurait sauvé une vie.

LA « TRANSITION ÉNERGÉTIQUE » N’EST PAS POUR TOUT le MONDE

A lire les feuillets que nous avons eu sous les yeux toutes les dépenses sont à la charge du contribuable. Mais aussi des dépenses de réparation d’évier, de menuiserie, de wc, le lave linge, de produits d’entretien qui sont très élevées. Les notes d’électricité (environ 25 000 € sur 2 mois ) et d’eau (prés de 15 00 €) semblent prouver que la transition énergétique n’est pas imposée à tout le monde. Rappelons que sur la Presqu’ile tout l’hiver Eric Piolle et Hakim Sabri Président (Verts/Ades) de la compagnie de Chauffage ont fait geler les habitants d’un HLM en limitant leur température à 17 °.

DES LANCEURS d’ALERTE S’INQUIÉTENT de la FACTURE 

Ces documents circulent parce que ceux qui les voient passer depuis 2 ans se décident à devenir des lanceurs d’alerte. Ils ne peuvent demeurer silencieux et couvrir des abus.

Bref une facture de 116 532 € de frais de fonctionnement pour deux mois à la charge du CCAS de la ville. A l’année de l’ordre de 700 000 €. Là encore en face de la dépense sur laquelle la municipalité Piolle ne communique pas, faudrait il dresser le résultat obtenu pour ces familles accueillies sur le sol bienveillant de la France ?

LA DÉMAGOGIE ÉCOEURANTE de la MUNICIPALITÉ PIOLLE 

Quel discours est tenu à  tous ces malheureux roms qui occupent aussi les trottoirs de Grenoble ? Ont ils vocation a être eux également logés, dans quelles conditions et où ?  Quel contrôle sur les mafias, les gangs, l’exploitation des enfants ?

La démagogie écoeurante de cette municipalité évidemment généreuse avec l’argent du contribuable conduit à des tensions et à un climat malsain. Grenoble peut et doit prendre sa part à la solidarité mais encore faut il la définir et l’encadrer. Ne pas tricher en informant les grenoblois des efforts et des résultats. Se comporter en adulte avec ceux qui sont accueillis en leur fixant des objectifs partagés et un aboutissement à cette période d’assistance.

L’ÉTHIQUE de RESPONSABILITÉ LUI FAIT DÉFAUT

Il manque une éthique de responsabilité aux élus Rouge/Verts de Grenoble qui jouent les jolis coeur et montrent aux caméras leur meilleur profil pour faire vibrer la corde sensible dont ils n’ont pas le monopole. Les victimes sont connues : les migrants reçus qui n’apprennent rien de la société dans laquelle ils devraient s’insérer. Les grenoblois qui subissent quotidiennement les conséquences de ces appels d’air. Les contribuables qui sont les plus imposés de France et doivent régler la note de cette gabegie incontrôlée. Un bilan social et financier désastreux.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Un commentaire

Répondre à Pigeon Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *