ARBRES : Le SQUARE VILLEBOIS RASÉ à SON TOUR

La tronçonneuse d’Eric Piolle est passée mercredi dernier au square Villebois pour abattre deux grands arbres en parfaite santé. Ce petit square est situé au croisement du chemin de Villebois et du chemin du Commerce, au nord du quartier Abbaye-Jouhaux.

E.Piolle avait déjà doublement sévi cet automne à deux pas de là, Bd Gallieni  et parc Paul Mistral. La semaine précédente il avait détruit le dernier espace vert du quartier Abbaye/châtelet avec une efficacité qui force l’admiration. Car il s’agit de bétonner le secteur puisque Actis qu’il préside construit même un HLM dans l’enceinte du stade de la rue de Washington a révélé un riverain…

LA MUNICIPALITÉ OPPOSE SES BRINDILLES AUX GRANDS SUJETS ABATTUS 

ça n’empêche pas la municipalité de continuer à communiquer sur le solde entre arbres abattus et plantés. Ainsi  » au cours de la saison hivernale 2017-2018 ce sont 807 arbres qui ont été plantés, contre 128 arbres abattus selon Place Gre’Net. .  Qui précise tout de même que les nouveaux « arbres »  « nécessiteront, toutefois, plusieurs années avant d’avoir le même impact sur l’environnement que ceux qui ont été abattus. »

En effet les brindilles plantées n’ont aucun rapport avec les grands sujets abattus. Ce qui vient de se passer square Charles Silvestri est éloquent à cet égard. Mais partout c’est la même hécatombe: bd Gambetta, rue Lesdiguières, quai de France, rue Durant Savoyat…

M.DESTOT AVAIT AFFICHÉ  « LA VÉGÉTALISATION DU BÉTON » (!)

La verdure disparait tellement de la ville que la municipalité communique sur la « végétalisation » du béton. Cette politique avait été affichée par Michel Destot (PS) en fin de mandat effrayé par les 6000 logements supplémentaires construits en 6 ans sans pratiquement de parcs supplémentaires.  Il n’avait pas envisagé de bétonner moins pour éviter d’avoir à végétaliser.

« UN GRENOBLE PLUS VERT et PLUS HUMAIN » 

En 2013 déjà la littérature Piollesque d’aujourd’hui était utilisée :  Grenoble se trouvait ainsi qualifié de « laboratoire urbain «  par l’excellent « Maisons et Appartements » parce qu’à l’angle de la rue de Lionne et de la Madeleine un architecte annonce planter un arbre, installer un banc et une fontaine ! » Alexandre Chemetoff « a en effet imaginé un Grenoble plus vert et plus humain » écrivait le journal.

E.PIOLLE COMMUNIQUE SUR LA PLANTATION d’UN ARBRE rue Gabriel PÉRI 

Exactement la fête organisée par E.Piolle rue Gabriel Péri avec forces affiches et panneaux pour la plantation d’un arbre au milieu d’un jardinet. Sauf qu’en 2018 c’est grâce à un « budget participatif » que cette végétalisation a lieu.  Ou bien il se fait photographier lors de la plantation de… 10 arbres place Grenette au moment ou il  goudronne les emplacements des superbes cerisiers du japon abattus pour rien place de la gare. Jusqu’à quel niveau vont ils prendre les grenoblois pour des imbéciles ?

LES PLACES de METZ, Paul VALLIER, CHAMPIONNET… DEVRAIENT ÊTRE VÉGÉTALISÉES DEPUIS 2014 !

« Tout devrait commencer dans les rues Lafayette, République et Philis de la Charce, dans l’hyper centre mi-juillet. Prévu dés févier 2014 le second chantier concernerait (conditionnel NDLR) les places de Metz, Vallier et Championnet. Et le troisième, lancé en juillet 2014 (!) les places de l’Étoile et Condorcet et rue Vicat » écrivait  Nathalie Ruffier dans la revue « Maisons et Appartements » en juin 2013

D’ailleurs «pas de doute Grenoble ose la métamorphose pour offrir une qualité urbaine plus humaine « (!) concluait elle.

LA MUNICIPALITÉ PIOLLE S’INSCRIT DANS UNE SORDIDE CONTINUITÉ

Pas de doute que la municipalité Piolle s’inscrit dans une sordide continuité : au lieu d’assumer cette bétonisation folle qui doit conduire encore à l’abattage de 140 platanes – toute une ceinture verte- de l’esplanade pour construire les 900 logements, elle communique sur le vert, les arbres et fixe des leurres.

GRENOBLE : MOINS de 12 M2 d’ESPACES VERTS PAR HABITANT CONTRE 48 M2 dans les GRANDES VILLES

Mais le terrible résultat s’inscrit dans les chiffres : il restait 12 m2 d’espaces verts par habitant en 2014 à Grenoble et ce chiffre est encore descendu avec la poursuite de la création de quartiers avec 1 M2 d’espaces verts par habitant comme la Presqu’île. En France, selon le palmarès UNEP, la moyenne dans les grandes villes est de 48 M2 d’espaces verts par habitant. Vous avez dit lutte contre la pollution?

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *