DÉMOCRATIE LOCALE : LA PANTALONNADE S’ACHÈVE 2 ANS AVANT LA FIN

ALERTE à la LA SUPPRESSION des ESPACES VERTS
L.MICHEL/RONDEAU : LE COMMERCE SINISTRÉ PAR VOLONTÉ MUNICIPALE

Eric Piolle aura tout essayé pour maintenir l’apparence des « conseils citoyens… indépendants » (CCI) cette création qui avait pour objet d’obstruer la démocratie directe, de tuer les Unions de Quartiers, de semer le citoyen afin de l’épuiser et de rendre impossible toute question gênante.

Lors du conseil municipal de lundi la majorité Rouge/Verts  a usé et abusé de Annabelle Bretton « citoyenne engagée dans les CCI » censée apporter une crédibilité totalement effondrée. Il ne demeure qu’une poignée d’affidés à la municipalité pour maintenir jusqu’à la fin du mandat le squelette d’un pantin. Tiendra t elle encore 2 ans ?

APRÉS AVOIR PASSÉ UN AN SUR LES STATUTS, 4 ANS APRÉS LEUR CRÉATION, UNE NOUVELLE « CHARTE »…

4 ans après leur création, après avoir passé un an sur leurs statuts (!) les CCI étaient à nouveau à l’ordre du jour du Conseil Municipal pour élaborer une nouvelle charte

C’est toujours ça de gagné pensent Eric Piolle et Pascal Clouaire (Verts/PG) qui fatiguent la galerie avec leurs procédés éculés. Pendant ce temps ils sont certains qu’aucun des problèmes qui se posent avec acuité, aucune de leurs décisions unilatérales ne peuvent être posés ou contestés par cet intermédiaire.

AUCUNE QUESTION DES GRENOBLOIS N’A PU FRANCHIR LES BARRAGES

Le niveau d’impôt par rapport aux services, la propreté urbaine, l’embellissement promis, l’insécurité, la mort du commerce et les pertes d’emplois, l’abattage des arbres, la bétonisation de la ville à l’esplanade, à Flaubert... rien de tout cela ne peut affleurer puisque Annabelle Bretton parle de la nouvelle charte et que les élus en débattent deux heures.

DES EX MEMBRES de la MAJORITÉ DÉNONCENT le « PHAGOCYTAGE » 

Comme d’habitude la véritable opposition est venue de ceux qui connaissent le mieux les pratiques d’Eric Piolle et ne craignent pas des les dénoncer : Guy Tuscher et Bernadette Richard-Finot élus sur sa liste mais qui ont quitté la majorité après la trahison de ses engagements ont clairement annoncé que ces CCI « avaient été phagocytés par la majorité municipale » c’est à dire infiltrés en particulier par les Verts/Ades du clan Avrillier/Comparat spécialistes des coups tordus. Ils sont la voix de son Maitre et posent les questions décidées par le Maire lui-même. Il ne reste plus que 40 personnes dans tout Grenoble pour maintenir cette virtualité.

LES CCI POSENT DES QUESTIONS DÉCIDÉES PAR LE MAIRE 

Il suffit de rappeler que le Maire a été interrogé par les CCI sur la légalisation du cannabis, la rapidité de la mise en place des autoroutes à vélos, un atelier de réparation de vélos à l’Orangerie et que les CCI ont organisé une exposition anti-police place de Verdun afin de prouver que la délinquance dans les quartiers était causée par les contrôles de police.  A l’heure ou les grenoblois sont victimes d’une violence qui dépasse toutes les bornes.

LA « CITOYENNE » Annabelle BRETTON ACCUSE LES ÉLUS D’OPPOSITION 

Une démocratie locale digne des démocraties populaires. Acculé Eric Piolle a même contrevenu à toute règle démocratique de fonctionnement du Conseil municipal. Il a redonné la parole à « la citoyenne » Annabelle Bretton pour répondre aux conseillers municipaux d’opposition. Afin que ce soit la voix du peuple qui condamne ces élus, la majorité se contentant d’appliquer la sentence. La guillotine a été heureusement supprimée. Si Guy Tuscher a protesté  solennellement, Matthieu Chamussy n’a exprimé qu’un « malaise » devant ce déni patent de démocratie et ces méthodes ignominieuses. C’est dire…

E.PIOLLE : « IL FAUT QUE L’INFORMATION SOIT DE LA PROPAGANDE… » 

A propos des dysfonctionnement de la nouvelle école Jean Macé qu’il récuse comme toutes les réalités qui le dérangent, Eric Piolle a produit de l’anti-phrase qui définit bien sa méthode pour dénoncer ses opposants : « il faut que le complot rode, que l’information soit de la propagande et que de lourds secrets soient masqués » a t il affirmé  (DL du 27/3/18) En effet Gre’Mag par exemple est « une rédaction indépendante, un journal d’information, de débats et de controverses municipales, loin de la propagande municipale … » (engagement N°13)

LE CLAN AU POUVOIR N’EST PAS DANS LES NOUVEAUX-NÉS de la POLITIQUE

En effet également, le clan au pouvoir à Grenoble n’appartient pas aux nouveaux-nés de la politique. Il n’en est pas à son premier rot. Raymond Avrillier et Vincent Comparat non élus siègent dans l’instance restreinte ou se prennent toutes les décisions municipales. On comprend pourquoi aucune des problématiques concrètes des grenoblois n’est prise en compte, pourquoi la dimension économique et de l’emploi est totalement ignorée.

LES ELUS ÂNONNENT LES ELEMENTS DE LANGAGE 

La plupart des élus ânonnent les éléments de langage et les slogans ridicules comme on le constate avec leurs tweets qui se terminent tous en ce moment par « on avance » (!). La municipalité étant en effet paralysée à la fin de son mandat, dans une impasse sur maints dossiers, contestées sur la plupart, il faut imprimer dans les cerveaux un slogan contraire. Ces comportements groupusculaires immatures et sectaires isolent encore plus la majorité municipale. Ainsi Kheira Capdepon (Verts/Ades) elle-même « pure » créature du système opaque pense qu’en envoyant un tweet rendant hommage à « Annabelle, une citoyenne engagée » la « remerciant pour votre témoignage de la démarche…  »  elle peut rendre crédible cette mascarade.

LA MASCARADE A AFFAIBLI ENCORE LA PARTICIPATION CITOYENNE 

La pantalonnade de la démocratie locale à la Piolle s’achève 2 ans avant la fin du mandat. Les Rouge/Verts grenoblois auront fait beaucoup de mal à la participation citoyenne, écoeuré nombre de Grenoblois, affaibli encore la crédibilité de la vie publique. Les efforts à faire pour redonner confiance seront importants.

DES REFERENDUMS TRANSPARENTS POUR RETROUVER LA CRÉDIBILITÉ

Comme l’ont proposé Alain Carignon et les collectifs de citoyens qui travaillent avec lui cela passe par la consultation claire et transparente, contradictoire, des grenoblois sur les grands dossiers. Avec un vote qui ne ressemble pas à un saut d’obstacles et  ne comporte pas des barrières infranchissables qui le dénaturent au départ.

Bref de renouer avec la démocratie locale et mettre fin au temps des faussaires.

 

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *