ÉLARGISSEMENT de A 480 en 2023: E.PIOLLE CHERCHE à RETARDER ENCORE

« En 2023 si tout va bien l’agglomération sera dans la situation dans laquelle elle aurait dû se trouver au début des années 2000 pour ses contournements Nord/Sud et la rocade. C’est mieux que rien » déclare Alain Carignon  dans un communiqué repris par France3 Alpes.

En effet  la commission d’enquête a émis un avis favorable à l’élargissement de A 480. Mais Eric Piolle et les Rouge/Verts grenoblois reviennent à leurs fondamentaux: paralyser le développement au point de continuer à conserver la soufflerie à pollution que constitue le bouchon de A 480: avec la rocade sud il est la première cause de pollution automobile de l’agglomération grenobloise.

E.PIOLLE JUGE LE  » PROJET INSUFFISAMMENT ABOUTI  » 

Ainsi Eric Piolle juge «  le projet insuffisamment abouti «  selon le site d’information Place Gre’Net. Ses amis le bloquent depuis 20 ans. Il veut continuer.

Car  ce n’est pas exactement  » un dossier qui traîne depuis trente ans » comme l’écrit Stéphane Echinard dans le Dauphiné (22/3/18). Alain Carignon nous a rappelé les faits: en 1995 l’autoroute Grenoble-Sisteron était en voie de réalisation, travaux engagés, et l’Etat prenait en charge l’élargissement de la voirie Nord/sud de Grenoble. Il était indispensable avec l’achèvement de l’autoroute. (1)

UN DOSSIER BLOQUÉ DEPUIS 1995 PAR LES ÉLUS de GAUCHE et VERTS/ADES

Le gouvernement Jospin de 1997 -avec l’accord des Députés PS de l’époque MM Vallini, Destot, Migaud –  a décidé d’offrir aux Verts qui faisaient leur entrée au gouvernement avec Dominique Voynet le cadeau de l’arrêt de Grenoble/Sisteron au col du Fau. Conséquence: plus rien sur A 480.

Depuis cette date – 23 ans- l’agglomération grenobloise dirigée par la gauche et les Verts n’a plus jamais sollicité l’Etat dans les contrats de plan pour élargir A 480. Le dossier ne « traine donc pas ». Il a été délibérément bloqué.

UN FINANCEMENT ARÉA EN ÉCHANGE de L’AUGMENTATION des PÉAGES

Ce n’est que le dos au mur, avec l’aide d’un financement privé d’AREA et parce que A 480 est devenu le 7 eme bouchon national (!) et l’une des premières sources de pollution de l’agglomération grenobloise, du fait de la perte d’attractivité,  que ces mêmes élus qui sont aux manettes ont changé de position. Pouvaient ils tenir plus longtemps face aux 100 000 véhicules/jour qui arrivent de Voreppe dans ce goulot?

E.PIOLLE ENGAGÉ à « METTRE FIN AUX PROJETS D’ELARGISSEMENT de A 480 « 

Mais cette volte face s’effectue dans la douleur. Eric Piolle a promis dans ses engagements (!) dont on connait maintenant la valeur «  de mettre fin aux projets d’élargissement de A 480 «  ( N°54). Puis son groupe a voté la convention de réalisation avec AREA qui inclut l’acceptation du prolongement des concessions et l’augmentation des péages.

QUI DIRIGE L’AGGLOMÉRATION DEPUIS 22 ANS ? 

Il n’y a donc pas du tout comme la gauche voudrait le faire accroire une sorte de retard dont la responsabilité serait partagée et une sortie dont elle serait l’auteur. Il y a bien une série de manquements graves à l’intérêt général .

Alain Carignon l’a rappelé dans un communiqué:

«  Qui dirige l’agglomération grenobloise depuis 22 ans sinon les élus de gauche et Verts ? 

« Qui était Vice-Président avant de devenir Président de la Métro sinon M.Ferrari ? 

« Qui a bloqué pour complaire aux Verts et obtenir leurs suffrages tous les élargissements pendant toutes ces années pour ne pas créer « d’aspirateur à voitures « , sinon eux ? 

« Qui a créé de ce fait une soufflerie à pollution sur A 480 puisque ,avec la rocade Sud, ce sont les premières sources de pollution automobile de l’agglomération ? 

« Qui a urbanisé en bordures de ces voiries contrairement aux recommandations des organismes de contrôle de la pollution ? Qui a durablement et profondément affecté l’attractivité de l’agglomération grenobloise et donc l’emploi ? 

V.FRISTOT ( Verts/Ades) :  » EST-CE QU’IL Y AURA DES RECOURS ? » 

Les réponses sont connues. Les atermoiements d’Eric Piolle et les circonvolutions de Vincent Fristot Adjoint (Verts/Ades) ne rassurent pas:  « Est-ce qu’il y aura des recours ? vous le saurez sans doute avant moi (…)  nous, on ne fait pas de la politique politicienne sur ces sujets » déclare ce dernier ( DL du 22/3/18). Quand Vincent Fristot assure ne pas faire de politique politicienne il faut être très inquiet. Raymond Avrillier (Verts/Ades) a déjà déposé des recours. Ils ne se connaissent plus? 

Quoi qu’il en soit les retards ne seront pas rattrapés en 2023 ou plus tard. L’agglomération grenobloise souffre d’une asphyxie générale ( routier, ferroviaire) par rapport à toutes ses concurrentes.

DES PROPOSITIONS INNOVANTES POUR RETROUVER L’ATTRACTIVITÉ du TERRITOIRE

Notre collectif avec d’autres et autour d’Alain Carignon rencontre des partenaires, des experts, des associations pour aboutir à des propositions innovantes permettant de redonner à l’agglomération l’attractivité qu’elle mérite.

( 1) il rappelle qu’en parallèle figurait au contrat de plan 95/2000 les crédits d’études du tunnel sous la Bastille qui n’ont pas été même dépensés pour complaire aux élus Verts/Ades qui siégeaient dans la municipalité Destot et à la Métro…

 

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *