« ÉCO QUARTIER » de la PRESQU’ILE: 1 M2 D’ESPACES VERTS PAR HABITANT

DE PLUS EN PLUS D'INNOCENTS TUÉS LORS des RÉGLEMENTS DE COMPTES
PATRIMOINE des GRENOBLOIS : E.PIOLLE VEUT BRADER AVANT de PARTIR

Les génies grenoblois qui font entrer Grenoble dans le XXI eme siècle n’ont probablement pas réussi à faire un calcul simple concernant  » l’éco-quartier » de la Presqu’ile .Si on prend l’hypothèse haute pour la surface de l’espace vert qui est promis  (1 hectare, c’est à dire 10 000 m2) et l’hypothèse basse pour le nombre d’habitants (10 000), on arrive à 1 m2 de vert par habitant, c’est à dire 12 fois moins qu’en moyenne à Grenoble.

ILS ONT PRESQUE INVENTÉ LE PRINCIPE D’ARCHIMÉDE

MM Piolle, Fristot, Mongaburu et Madame Boileau ont pourtant presque inventé le principe d’Archimède si on en croit les gazettes locales. Mais cette arithmétique simple leur échappe.

Un quiz devrait s’ajouter : sachant que Grenoble compte 160 000 habitants et que les espaces verts ont été réduits à 12 M2 par habitant de combien les 10 000  (ou 15 000 ) nouveaux habitants de la presqu’ile avec 1 M2 d’espaces verts réduiront-ils la moyenne de la ville?

LES « ÉCO-QUARTIERS » CUMULENT LES PROBLÈMES

Facile. Mais cette bétonisation intensive et ce mépris affiché pour la qualité de vie des habitants inquiètent de plus en plus.D’autant que les  » éco-quartiers  » cumulent les problèmes. Ils sont l’autre nom  d’une bétonisation que les élus n’osent pas assumer. Les problèmes de l’isolation ratée à cause de procédés coûteux et inefficaces. Les locataires du HLM Polaris ont gelé tout l’hiver dans leur appartement et faisaient chauffer l’eau chaude dans des casseroles pour prendre leur douche. L’immeuble avait été inauguré en grandes pompes par Eric Piolle qui a même fait état d’un prix de l’architecture pour le bâtiment …

LES RUES SONT ENVAHIES de VOITURES

Les rues sont envahies de voitures qui cherchent en vain à stationner . Un autre phare de l’humanité , qui promène son expertise de Djakarta à Istanbul,Yann Mongaburu ( Verts/Ades) ayant expliqué que les 70 000 déplacements/jour supplémentaires engendrés par le quartier d’ici 2030 ne produiraient AUCUN déplacement/voiture supplémentaire.

M.TAVEL et P.KERMEN (Verts/Ades)  PRENNENT les GRENOBLOIS POUR DES IMBÉCILES

ça n’empêche pas les dithyrambes de se poursuivre. Avec le Dauphiné, Place Gre’Net s’extasie. Pensez donc des commerces s’installent avenue des Martyrs en bordure d’un secteur qui draine par ailleurs 15 000 actifs. Mais pour Franck Izoard, directeur de projets de la Sem Innovia, « C’est du jamais vu ! ».

On se demande jusqu’à quand Maud Tavel la présidente (Verts/PG) , Pierre  Kermen (Verts/Ades) le directeur général vont prendre les grenoblois pour des imbéciles. Les commerces qui s’installent ne le font pas pour les 1 500 habitants actuels. Et la pharmacie qui arrive est un transfert du centre ville qu’elle a fuit malgré les « promesses » municipales sur la future place Victor Hugo ou elle était installée.

LE TRANSFERT du CRÉDIT AGRICOLE RESSEMBLE à CEUX du FOOT

« Sans compter que de nouvelles entreprises vont prochainement s’installer sur le secteur Oxford, voisin de Cambridge, avec leurs bataillons de bouches à nourrir. 700 salariés emménageront dans le nouveau siège du Crédit agricole cet été » poursuit Place Gre’Net.  On le sait Eric Piolle a entériné la négociation Destot pour empêcher le Crédit Agricole de quitter Grenoble: le siège ne voulait plus demeurer dans une ville inaccessible et un quartier insécure.

LE SIÉGE ACQUIS PAR LA VILLE EST LOUÉ à la BANQUE…

Pour qu’artificiellement il demeure sur le territoire de Grenoble ce terrain en bordure du Pont d’Oxford directement relié l’autoroute lui a été vendu. Il a reçu l’autorisation d’un parking de 500 places ( dans un quartier sans déplacements/voitures supplémentaires ) et son siège actuel à Malherbe a été acquis 8 M€ par la ville qui le loue à des conditions avantageuses au Crédit Agricole jusqu’à son installation sur la Presqu’ile!

ça fait pas mal pour ceux qui dénonçaient l’emprise des banques dans le quartier en inaugurant une rue BNPPARIBAS à Jean Macé.  C’est un transfert dont le coût ressemble celui des grands clubs de foot. Pour empêcher l’humiliation de ce départ qui confirmerait l’état de la ville et cacher la perte d’attractivité, E.Piolle sort le gros carnet de chèques.

LE CLOS des FLEURS à  » L’INCONVÉNIENT d’ÊTRE ENCLAVÉ… » 

Mais à peine achevés les opérations révèlent leurs maux:  » livré en totalité en 2013  » reconnait  Place Gre’Net le Clos des Fleurs de 520 logements «  présente, il est vrai, l’inconvénient d’être enclavé, coincé entre la voie ferrée, la rue Durand-Savoyat et l’Isère. Sa supérette de 800 m2 n’a pas tenu le coup bien longtemps.
Parce que les immeubles de la Presqu’ile entre l’avenue des Martyrs et les voies de chemins de fer ne sont pas enclavés?

« Après cette expérience malheureuse, on travaille à faire revenir du commerce », déclare Maud Tavel, présidente de la Sem Innovia à propos du Clos des Fleurs . Mais les « expériences malheureuses  » en la matière  s’accumulent en passant par Villeneuve , Vigny-Musset et demain la Presqu’ile.

COMBIEN RESTE T-IL de M2 D’ESPACES VERTS PAR HABITANT ? 

Il serait interessant de bénéficier des chiffres actualisés à 2018 du nombre de M2 d’espaces verts par habitant?  En 2014 on était -selon la municipalité-  à 14 M2. Mais dans ce chiffre des terrains bétonnés comme l’hôtel OKKO à Hoche figuraient encore en espaces verts. On le sait le parc Hoche va encore être amputé d’environ 4000 M2 par la construction d’une école non prévue lors de la construction des 1 200 logements dans le quartier.

6000 logements ont été construits dans le seul dernier mandat Destot. Depuis la municipalité Piolle poursuit la bétonisation avec un stakhanovisme qui force l’admiration : que ce soit sur la Presqu’ile , à Berriat, à l’esplanade, à Flaubert, cours de la Libération…

Rappelons que « l’engagement « N° 78 d’Eric Piolle promettait un plan  » refusant la densité à tout prix comme elle est pratiquée aujourd’hui » et  » l’engagement  » N° 80 promettait, lui, de « remettre à plat tous les grands projets urbains «  dont  «  la presqu’ile, Flaubert, la rénovation de Villeneuve… » 

C’est Pinocchio tellement il est menteur. Mais ce cynisme froid porté par un clan sans scrupules , selon lequel les promesses sont faites pour se faire élire et n’engagent que ceux qui les reçoivent, est en train de se retourner contre la municipalité.

Selon les chiffres du palmarès UNEP, dans les grandes villes , les habitants bénéficient de 48 M2  d’espaces verts par personne. Alors Grenoble ce sera combien à la fin de la municipalité Piolle: 14, 12 ou 10 M2 ?

Une certitude: les grenoblois de la presqu’ile eux sont mal chauffés, n’ont pas de parking, sont  serrés contre les voies de chemin de fer. Et ils disposent d’un M2 d’espace vert pour chacun d’eux.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *