Maryvonne BOILEAU (Verts/Ades) EXPULSE UN ÉTRANGER IRRÉGULIER…

PATRIMOINE des GRENOBLOIS : E.PIOLLE VEUT BRADER AVANT de PARTIR
GARE : LA PAGAILLE de la DÉPOSE MINUTE

En parallèle à leurs discours dégoulinant sur l’obligation d’héberger tout le monde, aux appels de Montgenévre d’Eric Piolle selon lequel tous ceux qui le décident ont le droit de s’installer chez nous et la collectivité le devoir de les héberger, Maryvonne Boileau Présidente (Verts/Ades) de Grenoble-Habitat et élue chargée de la politique de la ville (!) veut expulser de son logement un Africain dont le titre de séjour n’a pas été renouvelé. De ce fait ce carreleur a été contraint de quitter son emploi et se retrouve dans une situation de loyers impayés.

E.PIOLLE : DES DISCOURS et des ACTES …

Il est à Grenoble depuis 7 ans, logé à Teisseire. L’Association Droit au Logement a donc manifesté avec lui devant les locaux de Grenoble-Habitat (DL du 15/3/18) considérant qu’Eric Piolle «parle de solidarité mais ça ne se ressent pas dans ses actes ».

E.PIOLLE EN TOTALE INCAPACITÉ de FAIRE FACE AUX BESOINS 

On le sait Eric Piolle lance des appels d’air aux migrants mais il est dans une totale incapacité de faire face à leurs besoins. Pourtant après le Montgenévre il a encore signé un manifeste selon lequel Grenoble, comme toutes les villes devait être  » le refuge de tous ceux qui en ont besoin ... » ça vous pose en homme de coeur et le bobo peut trinquer tranquille son vin bio devant son feu de bois polluant en l’écoutant.  Mais les collectifs qui gèrent le Patio sur le campus universitaire ont protesté parce que la municipalité leur adressait les migrants dont elle ne sait que faire, alors qu’ils n’ont plus la capacité d’en accueillir.

3 500 PERSONNES DÉJÀ EN ATTENTE D’UN HÉBERGEMENT à GRENOBLE 

3 500 personnes sont en attente à Grenoble d’un hébergement selon les associations. Pourtant même Francis Silvente, directeur du relais Ozanam et président de la Fédération Auvergne-Rhône-Alpes des acteurs de la solidarité (Fnars), reconnaissait  « On ne peut pas dire que l’État ne fait rien. En dix ans, le nombre de places et le budget ont augmenté de 60 %. Mais les demandes se multiplient. » ça se passait aux états généraux du logement organisés par les élus communistes à Echirolles (DL du 17/3/18)

UNE POLITIQUE IRRESPONSABLE QUI INSTRUMENTALISE la MISÉRE HUMAINE 

Un Francis Silvente favorable au  “logement d’abord” (loger les gens et non les héberger). Il devrait en parler à Maryvonne Boileau qui considére que ce ressortissant Africain en situation illégale ressort de l’hébergement et pas du logement en HLM…

Cette politique irresponsable qui instrumentalisé  la misère humaine à des fins de discours politique est probablement ce qu’il y a de pire dans l’expression politique. La girouette S.Gemmani (app PS) se situe dans la ligne de cette totale absence d’éthique de responsabilité dénonçant Macron – qui n’a encore rien fait- parce que «  la question des migrants a été très mal traitée dans ce pays »  (DL du 17/3/18).

UNE NATION CE SONT des FRONTIÈRES et une COMMUNAUTÉ de DESTIN  

Même les plus ignares savent qu’une Nation ce sont des frontières qui permettent de protéger une communauté de destin et un sentiment d’appartenance. Régis Debray a fait leur éloge dans un livre qui rappelle la différence entre « le dedans et le dehors ».

L’OPEN SPACE C’EST LE RETOUR AUX TRIBUS 

Transformer un territoire en auberge espagnole ou en open space dans lequel quiconque le décide peut s’installer c’est mettre en place une société individualiste composée de strates qui s’ignorent, vivent leur culture, leur religion et leurs traditions indépendamment de la terre sur laquelle ils se posent. Cette société multiculturelle c’est le retour des tribus car l’homme a un besoin consubstantiel de protection et d’abri. Privé de ceux de la Nation il en retrouve d’autres. C’est donc aussi préparer les guerres civiles de demain.

POURQUOI FAIRE AUX MIGRANTS UNE PROMESSE QU’ELLE SAIT NE PAS TENIR ? 

En expulsant cet Africain Maryvonne Boileau démontre que la municipalité Piolle applique le contraire de ce qu’elle prône. Elle sait bien en les appelant que les migrants irréguliers n’ont pas les moyens de payer un loyer, parfois même pas l’électricité que V.Fristot (Verts/Ades) leur coupe.  Pourquoi leur faire une promesse qu’elle sait ne pas tenir ?

Elle sait  qu’en demandant la régularisation de quiconque le demande elle ne peut pas faire face en logements, en emplois, en service de santé, d’éducation…  aux immenses besoins qui seraient créés quand on sait que le seul continent Africain comptera 2,5 milliards d’individus en 2050.

LES POSTURES de C.COUTAZ (Verts/Ades) : ÉGO OU INTÉRÊT PERSONNEL 

Elle prouve aussi que les leçons et les postures de Me Claude Coutaz (Verts/Ades) largement étalée dans le Dauphiné (2/3/18) réclamant  « un peu d’humanité « sont au mieux l’exposition infantile d’une image flatteuse de soi au pire l’intérêt personnel  de mettre en valeur un cabinet d’avocat spécialisé dans la défense des étrangers irréguliers. Peut être les deux.

 E.PIOLLE DOIT DÉPASSER L’EGOÏSME de L’IMAGE de SOI 

Il ne faut pas confondre la solidarité que chaque homme digne de ce nom à le devoir de pratiquer à l’égard de chaque personne dans la difficulté quelle que soit son origine, ne pas la confondre avec les choix à effectuer et les décisions à prendre au nom de la collectivité afin que celle-ci survive et conserve un minimum de cohésion. Elle contraint l’élu à assumer des mesures difficiles humainement mais  juste contre-partie de son élection. Il doit dépasser l’égoïsme de l’image de soi au service de l’intérêt général.

 UNE DÉMAGOGIE ÉHONTÉE

En mêlant le niveau personnel et celui de l’élu afin de présenter un profil de générosité et de fraternité source de suffrages électoraux, Eric Piolle, Maryvonne Boileau, Claude Coutaz et quelques autres font preuve d’une démagogie honteuse.

 UN ESPOIR QU’ILS SAVENT NE PAS POUVOIR ASSURER

Son épilogue n’est pas glorieux pour eux que ce soit avec les migrants qu’ils attirent et ne savent ni loger ni intégrer  ou avec l’expulsion de cet Africain de son HLM. Il est surtout terriblement triste pour les victimes auxquelles ils promettent un espoir qu’ils savent ne pas pouvoir assurer.  Il n’y a probablement pas pire bassesse que cette expression politique là.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *