LA DÉLINQUANCE GRENOBLOISE FINANCE AUSSI le TERRORISME

MODERNISATION : MÊME SA CO-PRÉSIDENTE JUGE E.PIOLLE RINGARD
E.PIOLLE GOUDRONNE les ARBRES de la PLACE de la GARE

La nouvelle arrestation dans l’agglomération grenobloise de 5 suspects de soutien aux réseaux djihadistes (DL du 15/3/18) pose à nouveau la question dramatique du niveau de la présence de ceux-ci sur notre territoire.

Déjà en 2015  quatre autres hommes proches de la même salle de prière que ceux-ci avaient été interpellés et  mis en examen pour “association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste”.

« LES SOMMES CONCERNÉES S’ÉLÈVERAIENT à PLUSIEURS MILLIERS D’€ »

La délinquance grenobloise finance pour partie aussi le terrorisme. « Les sommes concernées s’élèveraient à plusieurs milliers d’euros, en l’état des investigations » précise le Dauphiné. Personne ne sait dans quelles proportions. La seule certitude est que l’argent ne manque pas puisque 500 000 € avaient pu être immédiatement rassemblés pour payer la caution d’un suspect du quartier…

LA « PETITE » DÉLINQUANCE est L’ÉCOLE de la « GRANDE »

Il n’y a donc pas de « petite » et de « grande » délinquance. La première est l’école de la seconde et elle ne peut s’exercer qu’avec son assentiment. Les mafias grenobloises qui font tirer à la kalachnikov en début de soirée un samedi contre un commerce de la rue des clercs en plein centre ville sont dans la prolongation mimétique des délinquants logés par E.Piolle au titre de Président d’Actis et qui cassent les vitrines du restaurateur de Hoche afin de le menacer.

VOITURES BRÛLÉES, AGRESSIONS VIOLENTES, JETS de PIERRE …

Ces derniers jours dans l’agglomération comme d’habitude des voitures ont brulé (une BMW à Malherbe, 3 voitures quai des Allobroges source DL) un homme a été attaqué au ceinturon place Lavalette à 15 h pour se faire dérober sa carte bancaire, (Dl du 15/3/18) un autre à la même heure au couteau en sortant d’un magasin à Fontaine.  La veille c’était une femme qui se faisait arracher violemment son sac place de la gare à 10h45. Les jets de pierre se multiplient à Villeneuve,  à Jouhaux  (DL du 6/3/18) tandis que  les vols à mains armée contre les bureaux de tabac sont légion (DL 9/3/18).

LE PROCUREUR « N’A JAMAIS CONNU UNE VILLE AUSSI GANGRENÉE et POURRIE »

L’explosion des statistiques rappelées par Jean-Yves Coquillat Procureur de la République qui n’a « jamais connu une ville aussi gangrenée et pourrie » reçoit des applications très concrètes pour les nombreuses victimes.

Mais cette économie de moins en moins souterraine puisqu’elle pèse de plus en plus dans l’économie réelle, faussant la concurrence et les équilibres économiques, est aussi pour une part une source d’alimentation du terrorisme. On retrouve ce mixte de communautarisation, de ghettoïsation, de refus des valeurs de notre République, d’islamisme radical qui se conjugue avec la petite et la grande délinquance et produit ce cocktail explosif dont les grenoblois sont les victimes.

IMPOSER PAR LA FORCE UNE CONTRE-SOCIÉTÉ

Brûler un collège à Villeneuve, un Théâtre au Village Olympique, une salle communale à Mistral pour protester contre l’intrusion de la police (!) est de même nature : il s’agit d’imposer par la force une contre-société sur des bases tribales ou religieuses, de refuser nos principes d’émancipation collective par l’école, la culture et l’application de règles de vie communes que symbolise la police.

LA MUNICIPALITE PIOLLE(Verts/PG) ENCOURAGE IDÉOLOGIQUEMENT

Au lieu de lutter contre tous les aspects du phénomène , la municipalité Piolle (Verts/PG) dans la continuité de la municipalité Destot/Safar (PS) ferme les yeux à minima ou encourage par toutes les politiques y compris par des clins d’oeil idéologiques appuyés.

E.PLENEL, E.MORIN, T.RAMADAN…La RÉCUSATION de l’ÉTAT D’URGENCE

Ainsi les multiples opérations organisées avec le Procureur gauchiste Edwy Plenel, ou le sociologue épuisé Edgar Morin proches de Tarik Ramadan, qui considèrent que l’islamisme radical est une conséquence et pas un totalitarisme en soi qui veut imposer son idéologie au monde, ont démontré une grande connivence avec ceux qui recusent nos valeurs. La journée au Palais des Sports offerte à E.Plenel pour récuser l’état d’urgence après l’attentat du Bataclan est une ignominie qui demeure gravée dans les coeurs. Leur cynisme est à toute épreuve.

LA DÉSIGNATION de la POLICE COMME CAUSE de la VIOLENCE des QUARTIERS

L’organisation d’une exposition anti-police place de Verdun afin de prouver que la violence dans les quartiers est due aux contrôles de police au moment ou la ville est en proie à une montée de cette violence extrême et a un  besoin de policiers en action relève de ce même dogmatisme hors sol. C’est la jonction du gauchisme et de la délinquance : les exactions de « Nuit Debout », encouragé par E.Piolle, démontrent  la similitude de méthodes et la justification de cette violence.

TOUTES LES ORIENTATIONS SOUTIENNENT L’EXPANSION de la DÉLINQUANCE

La politique urbanistique, les attributions de logement, l’absence de sanctions, l’abandon de tous les instruments qui permettraient une coercition, le discours de victimisation qui justifie la délinquance… toutes les orientations de la municipalité Piolle contribuent à soutenir l’expansion de la délinquance.

A.CARIGNON A PROPOSE des SOLUTIONS CONCRÉTES 

Pourtant les moyens locaux existent. Alain Carignon et les groupes de citoyens qui travaillent avec lui les ont proposé. Pas seulement le sempiternel renforcement et armement de la police municipale ou l’installation de caméras de vidéo protection qui vont de soi. Ceux qui proposent seulement ces mesures démontrent leur ignorance ou leur incompétence  face à  l’ampleur du phénomène contre lequel il faut lutter Grenoble

IL FAUT du COURAGE et une VOLONTÉ POLITIQUE

Cela passe par l’organisation intercommunale de la vidéo protection entre les communes volontaires qui décident de créer un syndicat pour la vidéo surveillance 24 H sur 24 reliée à un PC opérationnel en lien avec la police nationale. Qui comprenne la captation des numéros minéralogiques de façon à détecter les véhicules volés.

LA CAPTATION des NUMÉROS des VOITURES VOLÉES 

Ainsi alors que la police court toujours derrière la Porsche volée (DL du 12/3/18) ou bien ne peut pas repérer  la bande qui a opéré 5 cambriolages violents dans une seule matinée  « à bord d’une puissante berline probablement volée » (DL du 12/3/18) la captation des numéros minéralogiques signalant les voitures volées mettrait immédiatement fin à toutes ces agressions.

HABILITER LES GARDIENS D’IMMEUBLES à DRESSER PROCÉS-VERBAL 

Beaucoup d’autres mesures concrètes  figurent dans les propositions d’Alain Carignon qui est le seul à avoir le courage et l’expérience pour mener cette bataille. L’habilitation des gardiens d’immeubles des bailleurs sociaux et des cadres municipaux volontaires des équipements de quartier  à dresser contravention, la gratuité des transports en communs pour les policiers nationaux, municipaux et les CRS figurent parmi celles-ci.

UN CRITÈRE DE TRANQUILLITE PUBLIQUE DANS L’ATTRIBUTION des HLM 

La convocation suivie d’avertissements et d’amendes aux familles dont les mineurs sont déscolarisé ou dont l’identité a été relevée lors d’actions de police contre les dealers. L’introduction d’un critère de tranquillité publique dans l’attribution des HLM.

L’INSTALLATION DES SERVICES MUNICIPAUX DANS LES QUARTIERS 

Un meilleur équilibre du nombre de logements sociaux avec l’installation des organismes municipaux -la mairie en premier lieu- dans les quartiers, la réduction à un tiers de logements sociaux, un tiers de co-propriété (par vente des HLM à leurs occupants) et un tiers d’activités .

Il s’agit de mettre fin à la bétonisation et aux ghettos qui sont une des causes ou l’un des moyens de la délinquance afin de rendre la lutte possible par une réduction de sa surface de jeu.

« PLUS ON ATTEND, PLUS CE SERA DIFFICILE »

Comme l’avait exprimé un grenoblois dans le DL à la suite de la fusillade de la rue des Clercs « plus on attend, plus ce sera difficile ». Avec ces nouveaux éléments personne ne peut savoir si ce terrorisme financé à partir d’ici ne s’installera pas un jour chez nous. Sur tous les plans les municipalités jouent avec le feu depuis 20 ans par clientélisme politique.

Elles arrivent à la fin d’un cycle car nous disposons de tous les paramètres qui démontrent le caractère explosif des conséquences. La politique d’hier ne répond à aucun des terribles défis du Grenoble de demain.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *