LISTE S.GEMMANI (app PS) : « PEU IMPORTE LE FLACON… »

FÉLIX VIALLET: les HABITANTS RÉCLAMENT des ARBRES
GRAND CHATELET: LES LOCATAIRES ONT FROID AUSSI

On ne se refait pas. Puisque la République en Marche (LREM) ne veut déjà plus de lui Stéphane Gemmani (app PS) a expliqué au DL (5/3/8) qu’il ne roule pas pour elle.

L’ancien thuriféraire de François Hollande -en 2013 il se réclamait « dans la ligne d’Hollande pour le rassemblement de la gauche » (!)- membre de l’équipe municipale de Destot, auquel Grenoble doit tant, candidat sur les listes de J.Safar (PS) puis Conseiller Régional derrière JJ Queyranne et Eliane Giraud (PS), voudrait demeurer dans le groupe PS canal historique à la Région ou il siège et être «En Marche« à Grenoble. Il a en effet refusé de rejoindre le groupe de «En Marche » à la Région…

POURVU QU’ON AIT L’IVRESSE du MANDAT

Car pour lui peu importe le flacon, pourvu qu’on ait l’ivresse du mandat. Il a donc présenté son Grenoble 2020 afin que son existence soit prise en compte. Mais d’ores et déjà il annonce la couleur : « notre idée est de faire une grande coalition, pas de multiplier le nombre de listes. On essaiera donc de trouver des passerelles avec celles et ceux qui ont déjà entrepris des démarches similaires à la nôtre. On est capable de mettre de l’eau dans notre vin… « 

CE SERA AU PLUS OFFRANT

Bref ce sera au plus offrant. D’autant que son « programme » est tout à fait adaptable lui aussi. « Augmenter les effectifs de la police municipale, organiser des états généraux, mener une réflexion sur la vidéo-surveillance,  faire du sud de Grenoble une Silicon Valley des métiers d’avenir… «  ça sent le remplissage à plein nez et ne heurte pas grand monde. D’autant qu’en face il n’y a ni mesures concrètes d’application, ni financement.

QUELQUES GADGETS SUR LA DÉMOCRATIE LOCALE

Quant à la démocratie locale c’est aussi le vide absolu. Il n’est jamais question de rendre le pouvoir aux grenoblois sur des décisions importantes mais de quelques gadgets sans incidence sur la participation réelle des Grenoblois.

En même temps, comme il sait ne pas pouvoir l’être lui-même, il propose de  limiter le mandat du Maire à 3 ans -pourquoi pas un ?- affaiblissant encore l’autorité municipale, renforçant l’impuissance, réduisant la capacité à produire du résultat, tous les moteurs qui alimentent le populisme.

QUELQUE SOIT LE RÉSULTAT des ÉLECTIONS

Mais Stéphane Gemmani a trouvé mieux pour passer de Conseiller municipal qu’il était dans la municipalité Destot  à Adjoint au Maire quel que soit le résultat des élections :  «certains membres de l’opposition pourront être désignés adjoint en fonction de leurs compétences et en dehors de toute logique partisane » explique t il a Eve Moulinier.

A QUI PERD GAGNE

Sa posture sur les migrants le rendrait compatible à gauche et si celle-ci avait besoin de ses voix au second tour elle pourrait très bien accepter ce point de son programme et quelques «  états généraux « de ci de là pour habiller l’alliance. Ainsi  je joue à qui perd  gagne quand même. On imagine le sort de ceux qui l’accompagnent aujourd’hui…

Bien entendu au nom de «  l’idée de construire un projet citoyen ».  Et de cette nouvelle façon de faire de la politique au nom de … la société civile.

IL SE TROMPE D’ÉPOQUE

Ils sont assez nombreux ceux qui se trompent d’époque et pensent que ces galimatias et cette politicaillerie  peuvent susciter une quelconque adhésion et passer inaperçus. Le temps n’est plus au passage entre les gouttes habillé couleur du moment répétant les mots de la saison. Grenoble est à un carrefour de son avenir et ne peut se permettre de continuer à  tricher.

LA VÉRITÉ SUR LE DIAGNOSTIC du BILAN des MUNICIPALITÉS

Comme l’a expliqué Alain Carignon au Dauphiné  , les Grenoblois méritent la vérité. Sur le diagnostic du bilan des municipalités : concernant le vivre ensemble, la pauvreté, l’attractivité, l’emploi, l’urbanisme, la situation financière… Une analyse sans tabou ni faux semblants. Sur les responsabilités. Aucun élu ne peut y échapper. Sur cette base ils méritent des solutions précises, concrètes, courageuses et innovantes.

UNE SYNTHÈSE MOLLE ENTRE L’IMMOBILISME  DESTOT et le DOGMATISME PIOLLE

Evidemment personne ne peut être exclu à priori de ce débat -pas plus S.Gemmani qu’un autre- Mais il faut en accepter la dure loi,  celle de la démocratie. Dans le cas contraire Grenoble ne répondrait pas aux défis qui sont les siens pour sortir la tête de l’eau.

L’objectif des élections municipales n’est pas d’établir une synthèse molle entre l’immobilisme si couteux de la municipalité Destot et le dogmatisme intolérant de la municipalité Piolle afin de se faufiler. Mais de sortir Grenoble de la crise en traçant de Nouvelles Frontières pour la ville .

DES PROPOSITIONS AU NIVEAU des ENJEUX de la VILLE

A ce stade seuls les collectifs de citoyens qui travaillent d’arrache-pied avec Alain Carignon déroulent des propositions qui sont au niveau de ces enjeux. Il faudra beaucoup de courage, de détermination et d’expérience pour les mettre en œuvre. Il faudra la mobilisation des grenoblois qui passe par leur pleine compréhension de ce qui se joue pour eux et pour leur ville et tous ses quartiers.

Tous les hommes de bonne volonté seront amenés à échanger devant les grenoblois et ceux-ci auront à décider de leur avenir.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *