E.PIOLLE : GRENOBLE « REFUGE POUR TOUS CEUX QUI ONT BESOIN »

Après l’appel du Montgenèvre, Eric Piolle a signé vendredi le manifeste de  Grande-Synthe aux côtés de penseurs aussi ouverts que Pierre Laurent (PCF) ou Edwy Plenel, le Procureur anti-Etat et soutien de Tarik Ramadan. .

Le canal historique des Verts qui se radicalise à proportion qu’il devient minoritaire réunissait tout ce que compte l’ultra gauche pour réaffirmer sa posture idéologique à l’égard des migrants. Il s’agissait d’une convention nationale sur leur accueil.

« A TOUS LES MÊMES DROITS , RÉFUGIÉS, SANS PAPIERS… « 

Il sont décidé que  « nos villes, peuvent devenir des refuges pour tous ceux et toutes celles qui ont besoin d’être mis à l’abri ( …)  pour offrir à tous les mêmes droits, réfugiés, sans papiers ou résidents« . Eric Piolle s’est engagé à délivrer « une carte de citoyenneté à chacun, permettant aux personnes, quel que soit leur statut, de vivre dans nos territoires« .(!)

A GRENOBLE 3 500 PERSONNES ATTENDENT UN HÉBERGEMENT D’URGENCE 

Grenoble compte déjà 3 500 personnes qui attendent un hébergement d’urgence. Eric Piolle envoie les migrants au Patio sur le campus ou l’université a mis un local désaffecté à leur disposition. Les collectifs qui le gèrent ne peuvent plus accueillir ceux que la municipalité lui envoie. Mais peu importe il en veut toujours plus sachant qu’il est dans l’incapacité de les accueillir dignement et encore moins de les intégrer.

LES ÉLUS REFUSENT D’INTEGRER ou D’ASSIMILER 

Selon le manifeste c’est le repli sur soi de la France qui « alimente aujourd’hui la défiance, multiplie les risques politiques, déstabilise les opinions publiques… » Il faut tout de même oser.

Bien entendu Eric Piolle s’appuie sur cette « morale » à géométrie si variable instrumentalisée politiquement. Mais le manifeste va bien plus loin dans la dérive puisqu’il récuse même l’incitation communale à  « s’intégrer voire s’assimiler qui relèvent des prérogatives de l’Etat ».

« POURQUOI ÉXIGER UNE INTÉGRATION DÉFINITIVE ou TOTALE ? » 

Ainsi le migrant économique à qui la collectivité accorde tous les droits n’a même pas à savoir dans quel pays il se trouve, ni connaitre ses valeurs et ses moeurs. Le Maire s’en lave les mains. Le même Maire qui prétend à longueur d’années favoriser le « vivre ensemble ».

D’ailleurs le manifeste demande « pourquoi exiger cette intégration définitive ou totale alors que beaucoup de réfugiés sont en transit« . Les grenoblois n’en connaissent pas beaucoup des transitaires. 

L’AGGLOMÉRATION COMPTE 13 000 DEMANDEURS de LOGEMENTS

Mais encore:  « l’accès à un hébergement ne peut être conditionné au droit à être sur le territoire ». Affirmer cela en même temps qu’on pleure à longueur d’année sur les 13 000 demandeurs de logement en attente démontre bien le cynisme sans fard de la municipalité.

Bien entendu cette démagogie débouche toujours sur la même irresponsabilité à savoir :  « nous proposons que l’Etat assume sa mission et assure les moyens pour créer des solutions d’hébergement ». N’est-ce pas original, innovant et réfléchi ?

UNE SIMPLE JUXTAPOSITION DE COMMUNAUTÉS OU CHACUN SUIT SA COUTUME

En fait ces politiques n’ont qu’un objectif : saper la collectivité nationale afin que notre territoire devienne un simple open space de juxtaposition de communautés ou chacun suit sa coutume, ses racines -car elles existent pour les autres aussi- sa loi religieuse.

L’INDIVIDU N’A QUE DES DROITS et la SOCIÉTÉ QUE DES DEVOIRS 

Contrairement aux apparences et aux déclarations, elles sont à l’opposé de la solidarité. C’est une société individualiste -donc consumériste- qui est dessinée. L’individu n’a que des droits et la société que des devoirs. On retrouve la haine d’Edwy Plenel contre l’Etat pourtant seul garant de l’intérêt général : « la contradiction entre droit des personnes et droit des Etats doit cesser » affirme t il avec Eric Piolle et Yannick Jadot (Verts). C’est donc à l’individu seul de définir ses droits. On mesure l’imbécilité crasse de ce qu’on ne peut même appeler « raisonnement ».

DÉSAGRÉGER LA NATION QUI GARANTI LA PROTECTION des PLUS FAIBLES 

Mais ce nihilisme anarchisant  a pour objet de désagréger la Nation qui a toujours garanti la protection des plus faibles. A Grenoble ces quartiers en déshérence, ces populations abandonnées aux gangs, cette paupérisation générale, ce collège qui brûle,  résultent bien de la perte de tout repère et de tout sentiment d’appartenance.

Or comme ce dernier est consubstantiel à l’homme, la collectivité nationale ou locale qui renonce à l’assumer  est immédiatement remplacée par l’appartenance à la tribu ou la communauté religieuse. Ou les deux.

UN MANIFESTE SIGNÉ AVEC LES PLUS EXCESSIFS DU GAUCHISME VERTS  

En signant le manifeste de Grande-Synthe avec les plus excessifs dans le gauchisme résiduel des Verts, Eric Piolle poursuit dans la destruction de tout lien social. Pourtant ce lien social qu’offre l’appartenance à une collectivité est bien le seul rempart à tous les populismes.

En effet la Nation pluri-ethnique est à l’opposé du racisme. Le nazisme, le communisme n’étaient pas un nationalisme. Le premier un racisme à visée impériale et le second une idéologie totalitaire qui voulait s’imposer au monde.

E.PIOLLE LANCE UN NOUVEL APPEL D’AIR AUX CONSÉQUENCES DÉVASTATRICES 

La France juge à égalité tous ceux qui la composent qu’elle que soit son origine. A condition en effet d’adhérer à ses valeurs, d’en connaitre l’histoire et d’en partager le destin. En s’alignant sur la détestation obsessionnelle de tout Etat d’Edwy Plenel, en renouant 50 ans après avec l’esprit de mai 68 qui a fait tant de dégâts -« le peuple Français n’existe pas »  pour D.Cohn-Bendit-  en lançant un nouvel appel d’air aux conséquences dévastatrices pour le bien commun, Eric Piolle poursuit sa dérive.

Ce n’est pas une bonne nouvelle pour Grenoble. Les grenoblois en sont aussi les premières victimes.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

2 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *