3500 PERSONNES EN ATTENTE D’UN HÉBERGEMENT D’URGENCE

PRESQU'ILE : Alain CARIGNON FAIT MONTER LA TEMPÉRATURE
JP TROVERO ( PCF/FONTAINE) VISÉ PAR LE PARQUET NATIONAL FINANCIER

3 500 personnes seraient dans le besoin d’un hébergement d’urgence à Grenoble selon un état des lieux dressé à Sciences Po. C’est ce qui ressort du travail effectué  par « Un toit pour tous » et quatre étudiantes d’un Master Amandine Carreira, Charlotte Imbert, Carole Laurent, Chloé Lemercier et rendu public le 13 février dernier.

LES MIGRANTS SE GROUPENT PAR NATIONALITÉ, RELIGION à CAUSE de l’HÉBERGEMENT

Pour la totalité de Isère ils ont dénombré 3 190 places d’hébergement alors que 6 521 personnes sont dans le besoin. De ce fait ils constatent que «  la priorisation des personnes vulnérables, comme les femmes enceintes et les enfants, mène à l’exclusion de toute une partie de la population exilée des programmes d’hébergement et de logement, faute de place » et qu’ » en l’absence de solution de logement décente, les migrants se regroupent par âge, nationalité, langue, sexe ou religion « (Place Gre’Net)

IL FAUDRAIT UNE VISITE des QUARTIERS COMMUNAUTAIRES

On imagine ce qu’ils diraient si cette priorisation n’avait pas lieu. Quant au regroupement par communauté il faut être singulièrement aveugle ou ignorant  pour l’attribuer seulement à l’absence « de solution logement décente ».  Les étudiantes devraient visiter des quartiers Grenoblois aux logements décents pour comprendre que les regroupements par affinités se poursuivent.

LA SÉCURITÉ MATERIELLE GARANTIE à TOUS 

Toujours selon Place Gre’Net « les jeunes femmes ont insisté sur la nécessité de séparer la question migratoire de la question de l’hébergement, le préambule de la Constitution de 1946 disposant que « [La nation] garantit à tous […] la sécurité matérielle ». À tous donc, et pas uniquement aux citoyens français. «

LES DROITS de L’HOMME ET du CITOYEN 

Voilà que lorsqu’il s’agit de « droits » la Nation revit. C’est bien le seul moment.  Parce qu’il n’est jamais question des devoirs à l’égard de cette même Nation. Or bien avant le préambule de 1946 il y a la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen » qui n’a pas séparé l’un et l’autre. Ces droits de l’Homme en effet s’adressent au citoyen ou qui aspire à le devenir. Être accueilli sur notre sol est conditionné par la décision de celui qui reçoit -une Nation n’est pas une auberge Espagnole- et par le choix de personnes qui ont  le désir de devenir « citoyen » avec tout ce que cette qualité implique d’adhésion à nos valeurs.

Les DIRIGEANTS de L’UNIVERSITÉ ENVISAGEAIENT de FERMER L’ACCUEIL à NOËL…

Rappelons aussi que la sécurité matérielle n’est pas assurée à tous les Français sur le territoire national. On demeure donc dans l’incantatoire et le « Y a qu’a «. Les dirigeants de l’Université eux-mêmes avec le Patio s’étaient ridiculisés en désirant fermer l’accueil aux migrants pour protéger les vacances de Noël ! Ils démontraient que des considérations très prosaïques pouvaient entrer en ligne de compte dans la gestion des migrants.

L’APPEL DU MONTGENEVRE SE FINIT LAMENTABLEMENT AU PATIO 

Eric Piolle (Verts/PG) a fait de même avec son appel du 18 juin du Montgenèvre  ouvrant ses bras, les portes de Grenoble à l’accueil de tous les migrants, relançant sans cesse les appels d’air, bien conscient qu’il est incapable d’y faire face. Même les collectifs qui gèrent le Patio ont protesté parce que la  municipalité leur adressait les migrants dont elle ne sait plus que faire. En échange elle avait fait porter des surplus de la cantine scolaire qui ne correspondent pas au goût de ces regroupements communautaires exigeant une nourriture plus relevée. Ils ont donc refusé ce cadeau. Un bon début d’intégration.

O.VÉRAN (LRM) SUR E.PIOLLE: « J’AI VU CES ÉLUS LES PIEDS DANS LA NEIGE FACE CAMÉRAS… » 

Même le Député LRM (ex PS Hollande) Olivier Véran a moqué Eric Piolle : « J’ai vu ces élus qui, les pieds dans la neige, font la leçon au président de la République en face de caméras » (DL 28/2/18). Perdre toute éthique de responsabilité est en effet lamentable pour des élus mais Olivier Véran a fait preuve de cette absence plus souvent qu’à son tour.

ON EST PASSÉ de 192 « MINEURS » en 2015 à 13 00 en 2017. COMBIEN en 2018 ? 

L’Afrique comptera 2, 5 Milliards d’habitants en 2050 et la France peut annoncer qu’elle assurera la « sécurité matérielle » à tous ceux d’entre eux qui décideront de s’installer sur son territoire ?

Le seul chiffre de ceux qui se déclarent mineurs explose puisque nous avons aussi -et heureusement-  l’obligation humaine de les accueillir : malheureusement une population adulte, délinquante se joint à eux et abuse de cette «niche ». En 2015, 192 jeunes se déclarant mineurs étrangers sont arrivés, 723 en 2016 et en 2017  autour de 13 00. En 2018 ?

MÊME P.LÉVY Pdt de l’UNIVERSITÉ RECONNAIT QUE LE TERRITOIRE EST EN DIFFICULTÉS

L’agglomération grenobloise se paupérise à grande vitesse, la valeur des biens chute, 5 quartiers sont en dessous du seuil de pauvreté et une grande partie de la ville vit déjà de l’économie souterraine, bat des records de délinquance et les mafias progressent infiltrant l’économie réelle. Des quartiers entiers souffrent, de Hoche à Jouhaux,  en passant par le centre ville. Même Patrick Lévy le Président de l’Université reconnaissait les difficultés.

C.FERRARI (PS) ANNONCE 36 000 CHÔMEURS « un chiffre qui augmente depuis 10 ans « 

Christophe Ferrari le Président (PS) de la Métro annonçait (DL du 18/2/18) que « la métropole enregistre encore plus de 36 000 demandeurs d’emploi. Un chiffre qui ne cesse d’augmenter depuis dix ans » tellement nos élus politiques locaux appartenant au PS aux Verts/Ades et au PC qui gèrent l’agglomération depuis 22 ans, sont brillants.

LA GÉNÉROSITÉ DÉGOULINANTE NE FAIT PAS UNE THÈSE 

Les Masters devraient être plus sérieux si on veut délivrer des diplômes de valeur. La seule générosité dégoulinante en bandoulière type plateau télé ne fait pas une thèse. Pour des sujets de cette gravité nombre de paramètres doivent être pris en compte par ceux qui assument une responsabilité collective.

LA PRISE EN COMPTE de L’INTERÊT GÉNÉRAL 

Notre solidarité personnelle à l’égard d’un migrant, d’une personne à la rue doit être sans limite car il s’agit de la fraternité humaine. Chacun d’entre nous, s’il est sincère, sait bien qu’il pourrait faire mieux. Mais le représentant du peuple doit prendre en compte l’intérêt général.

LA FRONTIÈRE ENTRE LE DEDANS et le DEHORS 

L’irresponsabilité suprême consiste à appeler à l’accueil de tous et à réclamer de » l’Etat » les moyens d’y faire face. Aucun pays au monde ne le peut. Il n’existe plus de sentiment d’appartenance à la même collectivité et au même destin si la frontière symbolique entre le dedans et le dehors est abolie. Régis Debray l’a remarquablement établi dans son « éloge des Frontières ».

SANS AUTORITÉ de la TRANSMISSION  L’HUMILITÉ des IGNORANTS S’EFFONDRE 

Et si à Sciences Po comme partout dans l’enseignement on commençait à lire et à étudier avant de donner des leçons ? Si des  enseignants refusent d’assumer la transmission qui leur confère une autorité, ou si celle-ci est remplacée par du militantisme, c’est aussi l’humilité des ignorants qui s’effondre. On lit le résultat à livre ouvert.

Source : article Hébergement des exilés en Isère : un sombre état des lieux dressé à Sciences Po | Place Gre’net – Place Gre’net

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *