Place Victor HUGO : LA MUNICIPALITÉ SOULÈVE UNE VAGUE de PROTESTATIONS

LA "BÉTONISATION" CRÉE de DANGEREUX ÎLOTS de CHALEUR
FAUX et USAGES de FAUX : Eric PIOLLE S'ENFONCE

Pascal Clouaire et Lucille Lheureux Adjoints (Verts/PG) chargés de faire passer les pilules ont reçu une volée de bois vert de l’Union des Habitants du Centre Ville.

On comprend qu’ils préfèrent les 30 grenoblois qui constituent les conseils citoyens « indépendants », composés de leur comité de soutien et qui ne posent jamais de question dérangeante. Et pour cause : c’est la municipalité qui les rédige !

L’ANNONCE BRUTALE EN PLEINE VACANCES de la PIÉTONISATION de V.HUGO

L’annonce brutale en pleine vacances scolaires que la place Victor Hugo allait être piétonnisée afin que la tâche d’huile piétonnière soit étendue de St Laurent à Championnet a fait l’effet d’une douche froide sur les Grenoblois.

D’abord parce qu’ils ont compris à cette occasion la véritable raison de l’abattage des 19 marronniers de la place qui n’étaient évidemment pas tous -et de loin- malades. Les arbres gênaient les travaux qui vont être entrepris pour 800 000 €. Cela permet aussi de comprendre au passage la pauvreté de ceux engagés place Grenette avec les fils électriques collés aux façades des immeubles : 400 000 € seulement.

L’UNION des HABITANTS : « A AUCUN MOMENT N’A ÉTÉ ÉVOQUE Victor HUGO »

“L’union des habitants du centre-ville (UHCV) aimerait connaître la définition que la municipalité donne aux mots information et concertation, écrivent les membres du conseil d’administration. Depuis plusieurs mois, nous participons à toutes les réunions d’information et concertation de “Cœurs de Ville, Cœurs de Métropole”, celles concernant la rue de République, les rues Millet et Guétal, ainsi qu’au comité de suivi. À aucun moment n’a été évoqué le réaménagement de la place Victor-Hugo. C’est donc avec complète stupéfaction que nous avons découvert ce projet par la presse et appris qu’il nous serait présenté lors d’une prochaine réunion dont nous n’avons jamais entendu parler. Cette façon d’informer et de post-concerter n’est ni ce que nous attendions d’une relation constructive entre municipalité et union de quartier, ni la “démocratie participative” qui avait été promise ». (DL du 22/2/18)

A.BACK (Verts/PG) A PROMENÉ LES HABITANTS de PANNEAU EN PANNEAU 

Antoine Back (VertsPG) qui les promène de panneau en panneau a oublié de leur parler de la place Victor Hugo. Il s’agissait pour la municipalité d’occuper les habitants sur l’emplacement des pots de fleurs afin qu’ils ne posent pas de question sur la décision de fermer Grenoble.

Le DL précise aussi que « Contactés , les commerçants ont, eux aussi, découvert les projets de la municipalité dans notre journal… » 

LE COMITÉ de LIAISON des UNIONS de QUARTIERS a CLAQUÉ LA PORTE AUSSI 

Décidément les ennuis volent en escadrille sur la municipalité Piolle. Tout son savant système de complexification qui avait pour objet de semer le citoyen et maitriser totalement la décision avec quelques affidés vole en éclat. 

Le Comité de Liaison de toutes les Unions de Quartiers a claqué la porte récemment pour dénoncer l’imposture des fausses concertations et le verrouillage par les amis du Maire.

E.PIOLLE DEVRAIT SUPPRIMER le LEURRE des CCI 

A ce stade de blocages si la municipalité avait un once de pragmatisme elle mettrait fin à quelques leurres type « conseil citoyens indépendants » qu’elle a elle même ridiculisés en en s’en servant seulement comme vulgaire répétiteur de la propagande municipale.  

A.CARIGNON : LES GRENOBLOIS DOIVENT ÊTRE CONSULTÉS

L’emblématique place Victor Hugo concerne tous les Grenoblois comme l’a affirmé Alain Carignon dans un communiqué. Il a demandé  que  les grenoblois soient consultés sur son devenir : « Patrimoine collectif des Grenoblois la place Victor Hugo appartient en effet à tous et la municipalité ne peut pas décider seule d’en faire un territoire supplémentaire de privatisation de l’espace public par des minorités ».

AUCUN CHIFFRE SUR LES CONSÉQUENCES de la FERMETURE de GRENOBLE 

Il rappelle que la municipalité refuse d’établir un bilan chiffré sur les conséquences économiques  « de la fermeture de Grenoble et de ses multiples annonces anxiogènes d’écologie punitive et de police des comportements. » 

E.PIOLLE PAIE GLOBALEMENT et EN DÉTAIL L’ABSENCE d’ÉTUDE D’IMPACT 

Eric Piolle paie globalement et en détail sa faute originelle de refus d’une étude d’impact qui aurait permis d’analyser tous les aspects de son projet -y compris la place Victor Hugo- et ses conséquences éventuelles. Le sectarisme  des élus Verts/Ades lui coûte cher.

Choisissant d’imposer brutalement une décision qui ne figurait aucunement dans ses 120 engagements, avançant masqué à de nombreuses étapes comme avec le vrai motif de l’arrachage des arbres de la place  et maintenant sa piétonisation, balayant tous ses engagements de co-construction, il se trouve dans une impasse.

P.CLOUAIRE, V.FRISTOT TOTALEMENT DÉCRÉDIBILISÉS 

« On pense avant tout aux Grenoblois et aux commerçants »  (Place Gre’Net) avait déclaré le malheureux Pascal Clouaire -aussi décrédibilisé que ses conseils citoyens-  au moment de révéler les intentions de la municipalité sur la place Victor Hugo.

ça ressemble à Vincent Fristot (Verts/Ades) avec la concertation sur  l’esplanade qualifiée  » d’escroquerie » par les associations d’habitants et de commerçants.

LE FAUX ENGENDRE UN LONG CHEMIN de CROIX pour les ROUGE/VERTS 

Le faux engendre un long chemin de croix pour les Rouge/verts grenoblois. La note est salée, celle de leurs tricheries, leurs tromperies, leurs anti-phrases qui expriment le contraire de ce qu’ils font et leur instrumentalisation éhontée des membres de leurs comités de soutien ripolinés en « citoyens » acclamant les mesures de la municipalité.

Démagogie vestimentaire et « fun » des mots en superficie avaient pour objet de camoufler toute authenticité et  vérité. Ils voulaient dissoudre toute pensée différente dans leur logorrhée verbale. Ils ont plutôt dissous leur propre crédibilité.

INCAPABLES de S’ÉVADER DU DOGMATISME 

La prise de conscience des grenoblois s’est effectuée par étape et -reconnaissons-le- nous étions bien seuls et caricaturés à le dénoncer dés ses débuts.

Pourtant il n’y avait aucune chance que ceux qui ont baigné dans les cultures totalitaires, qui ont l’habitude des agissements groupusculaires s’évadent de tout dogmatisme pour épouser leur époque avec ses incertitudes et ses espoirs.

ILS UTILISENT TOUS LES MOYENS, MÊME les MOINS RELUISANTS 

Il leur faut la folle certitude  d’incarner le bon, le beau et le juste pour justifier qu’ils utilisent tous les moyens -même les moins reluisants- pour faire le bonheur du peuple même malgré lui. Sans comprendre l’essence de cette sous culture, on ne peut rien comprendre de ce qui se joue à Grenoble pour le malheur des grenoblois.

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

2 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *