Jacques WIART (Verts/PG): UNE OPÉRATION de COM’ SUPPLÉMENTAIRE

DEVENIR de L’ANCIEN PALAIS de JUSTICE : Alain CARIGNON DÉVOILE SES PROJETS
MICRO-CAPTEUR : le GADGET FINANCÉ PAR LE CONTRIBUABLE

Jacques Wiart élu ( Verts/PG) de la municipalité Piolle se répand en ce moment avec un « Etat de l’Environnement » publié aux éditions « campus ouvert ». Il semble que l’ouvrage soit assez largement distribué aux décideurs, Unions de Quartiers, associations dans un cadre financier opaque. Qui paie ? Diffusé en 2018 il ne peut être comptabilisé dans les comptes de campagne d’Eric Piolle.

Visiblement cette action entre dans le plan mis en oeuvre pour sortir la municipalité du trou comme en témoignent les déclarations tous azimuts d’Eric Piolle, ses fakes news et son budget réception qui double, passant de 300 en 2017 à plus de 600 000 € en 2018.

Jacques WIART ( Verts/PG) FAIT LE LIEN ENTRE LA PRÉ-CAMPAGNE ÉLECTORALE et SON OUVRAGE

Jacques Wiart lui-même -dans ses multiples interviews-  fait le lien entre le travail effectué sur ces sujets pendant la campagne électorale d’Eric Piolle et son ouvrage d’aujourd’hui.

Mais ce qui est phénoménal dans une démocratie est qu’aucun des commentateurs ne s’interroge de savoir comment un acteur engagé de la politique municipale peut être celui qui en établit le bilan en toute objectivité ! D’ailleurs sur une photo de Place Gre’Net , Chantal Gehin, présidente de la Frapna, et Philippe Zanolla, président de la MNEI sont à ses côtés pour la présentation l’ouvrage.

SI VOTRE BILAN EST BON AVANCEZ à VISAGE DÉCOUVERT 

Distribué par L’Harmattan il est « pionnier par son approche à la fois globale et territoriale », commente l’éditeur.  N’en jetez plus. Toujours cette modestie qui étouffe. D’ailleurs en même temps qu’il se promeut,  il commente « J’ai écrit ce livre au titre d’habitant citoyen, revendique modestement, Jacques Wiart »    (Place Gre’Net). Toujours cette duplicité, cette fausseté qui est la marque de fabrique des Rouge/Verts. « Si votre bilan est bon avancez à visage découvert, n’ayez pas peur, ne trichez pas, »  a t -on envie de leur lancer.

Si RICHARD CAZENAVE AVAIT ÉTABLI UN UN « ÉTAT de L’ENVIRONNEMENT » 

Imagine t on les commentaires si Richard Cazenave, alors Député qui avait en charge les questions d’Environnement dans la municipalité Carignon avait établi un état de l’environnement de la ville à mi-mandat ? Pourtant la municipalité Carignon était plus audacieuse en la matière (tramway, piétonisation d’Alsace Lorraine, acquisition d’une vingtaine d’hectares pour des parcs et des jardins publics, réalisation de la station d’épuration des eaux usées, création de la Maison Départementale de la Nature et de l’Environnement, de l’Institut des Risques Majeurs .. )

LE BÉTONNAGE INTENSIF DEVIENT « le RETOUR de la NATURE EN VILLE… » 

Mais l’avantage pour Jacques Wiart est de pouvoir ainsi répéter les éléments de langage municipaux tel « les collectivités se mobilisent fortement pour le retour de la nature en ville » ( !). Au moment ou le bétonnage de Grenoble soulève de plus en plus d’opposition, ou de plus en plus de grenoblois de tous bords sont horrifiés par la densification de la ville, la suppression de la diversité, des jardins et même d’espèces protégées comme on le voit sur le site Galtier « l’état de l’environnement » de Jacques Wiart est d’une objectivité particulière.

TRAITEMENT des DÉCHETS : « TRÉS MAUVAIS » ( C.Ferrari) « CROISÉE des CHEMINS » ( J.WIART) 

S’agissant du traitement des déchets qui est un échec complet, reconnu même par Christophe Ferrari, le Président(PS) de la Métro selon lequel   «nous sommes très mauvais » (DL 10/11/17) Jacques Wiart estime « qu’on est en revanche à la croisée des chemins » (!). C’est beau les experts indépendants.

LES BOUCHONS, PREMIÈRE SOURCE de POLLUTION,  NE SONT PAS ÉVOQUES 

Bien entendu il n’est pas question des deux principales sources de pollution automobile que sont la Rocade Sud et A 480,  le 5 eme et le 7 eme bouchons Français. Il faudrait se demander pourquoi depuis 20 ans les élus PS/PC et Verts/Ades ont refusé les élargissements afin de ne pas créer « d’aspirateurs à voiture » et ont ainsi inventé une soufflerie à pollution sous les fenêtres des habitants.  Les élus Grenoblois construisant en bordure du bouchon d’A480 contrevenant ainsi aux recommandations de Air Rhône-Alpes, l’organisme de contrôle de la pollution.

Ce ne sont pas des informations qui risquent de figurer dans « l’état de l’environnement dans l’agglomération ». Il était probablement aussi trop tôt ou trop tard pour publier les augmentations de pollution dues à la fermeture de Grenoble du fait des reports de circulation.

Jacques WIART, UN JOUEUR QUI SE FAIT PASSER POUR L’ARBITRE

Les grenoblois doivent demeurer vigilants devant la multiplication de ces opérations de com’. Elles ont seulement pour objet d’éviter tout débat. En se posant en analyste d’une situation Jacques Wiart voudrait faire oublier qu’il est un acteur de celle-ci. Qui a pris des décisions, en a refusé d’autres (une étude d’impact environnementale avant de fermer Grenoble). Il porte une lourde responsabilité personnelle et politique dans la dégradation de la qualité de vie des Grenoblois, notamment comme élu fantôme aux déplacements.

LA MUNICIPALITÉ COURT APRES SES ELECTEURS PERDUS

Ce n’est pas parce qu’il n’a aucune part aux décisions qui sont prises ailleurs en la matière (Y.Mongaburu Verts/Ades) qu’il peut être épargné par le jugement que les grenoblois portent.  Il en est en effet solidaire. Son « état de l’environnement » démontre qu’il est bien intégré dans la machinerie électorale et apporte sa contribution -il est vrai là , »modeste »- à la tentative de réhabilitation politique de la municipalité . Elle court après ses électeurs perdus.

F.T

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *