SEULS LES TAGS au NOM de E.PIOLLE SONT EFFACÉS

« Extraordinaire !
« Cela fait 2 ans que j’informe régulièrement le maire  des dégradations (ordures jetées sur la voie publique, tags divers (dont anti-police), dégradations des mobiliers et des rues dans lesquelles pour certaines d’entre elles on ne peut même plus passer en vélo pour cause de nombreux « nids de poule » ou de risques d’agressions  pour défaut de caméras et/ou de simple entretien  entre autres raisons, et surtout je demande de nettoyer le site Allibert ! image représentative du cadre de vie dans une entrée majeure  de Grenoble.

« JE N’AI EU QUE LE MÉPRIS du SILENCE de M.PIOLLE »

« Je n’ai eu comme réaction que le mépris du silence de  Mr Piolle  à qui peu importe que nous (surtout les contributeurs fiscaux) vivions dans un environnement sale et violent. Par contre il suffit que je repère un tag dans lequel le maire est mis en cause et  tout de suite on me demande ou il se trouve (je suppose pour aller l’effacer car comme par hasard il y a un budget et du personnel  lorsqu’il sagit de la mise en cause de celui-ci) »

E.PIOLLE VEUT SAVOIR IMMÉDIATEMENT OU EST LE TAG SUR LEQUEL  SON NOM FIGURE

Ce Grenoblois nous adresse la copie du mail qu’il a envoyé au Maire et la réponse immédiate le jour même  (17/1/18) qu’il a reçu de Raphaël Revel du cabinet du Maire lui indiquant « qu’Eric Piolle a bien reçu la photo ce matin ». Le Maire s’inquiète de savoir ou est le Tag ou son nom figure! « pourriez vous me préciser l’adresse » demande Raphaël Revel .

La Mairie est mobilisée séance tenante au cas ou le Grand Timonier, le Guide Suprême serait mis en cause par un tag dans la ville.

LUNDI LE SEUL NOM d’Eric PIOLLE ÉTAIT DÉJÀ EFFACÉ

Lundi 22 notre grenoblois usager du vélo est passé devant le 26 rue de Stalingrad et constaté que les services municipaux sont passés à l’action dans un délai jamais vu en matière d’entretien de la ville . Mais pour bien marquer qu’il s’agit seulement de s’attaquer au crime de lèse majesté, ils n’ont effacé que le nom de « Piolle », laissant le reste du Tag !

Précisons, comme le montre l’image,  qu’au nom du Maire n’était accolé aucun caractère injurieux . Peut être était ce même un admirateur ?

« JE VOUS RAPPELLE L’ADRESSE de l’EX  SITE ALLIBERT : Avenue ESMONIN »

Un peu énervé par cette célérité sélective ce grenoblois ajoute : « puisque vous semblez disposé à « nettoyer » la ville je vous rappelle l’adresse de l’ex site Allibert : Avenue Esmonin « . En effet Eric Piolle a annoncé qu’il n’affectait pas les moyens pour nettoyer les restes de la verrue, les gravats et saletés accumulées à cet endroit sous les fenêtres des habitants.

LES SERVICES MUNICIPAUX SONT MOBILISÉS AU SERVICE D’UN HOMME 

Jamais la municipalité ne répond aux habitants et les laisse s’user en démarches, rappels et mails sans retour. Jusque là certains espéraient qu’avec le nom de  » Piolle  » sur un tag , un nettoyage serait effectué. Ils viennent de constater que le lavage n’est que partiel et ne concerne que le Guide a protéger.

Mais surtout après les services municipaux mobilisés afin de recruter les grenoblois pour qu’ils assistent aux voeux du Maire, cette nouvelle affaire montre que l’ensemble de la ville est placée au service d’un homme au détriment des Grenoblois. Les élus de la majorité ont totalement disparu du paysage, sommés de se taire car seule la parole d’ Eric Piolle est digne d’être entendue.

UNE DÉRIVE INSTITUTIONNELLE GRAVE QUI S’ACCENTUE

Cette dérive institutionnelle grave s’est accentuée ces dernières semaines avec le lancement de sa campagne électorale sur fonds publics. L’abus du 50 eme anniversaire des JO pour présenter ses voeux pour la 7 eme fois au Palais des sports ( 20 000 € annoncés) le 31 janvier crée un malaise : les JO ont été ouverts le 6 février, date  qui rendait les  voeux et l’intervention de E.Piolle impossibles. Eric Piolle a préféré tricher pour pouvoir instrumentaliser l’événement à son profit.

E.PIOLLE DOIT DESSERRER L’ÉTAU, RELÂCHER LA BRIDE 

Les Grenoblois de quartiers aspirent à retrouver un fonctionnement normal de la ville, avec la fin d’un pouvoir personnel et d’une communication centrée sur un seul homme malheureusement pas providentiel. E.Piolle doit desserrer l’étau qui conduit à des fautes impardonnables,  relâcher la bride qu’il tient serrée aux élus, donner la possibilité aux services publics de répondre aux besoins de la population avant les siens propres. Il ne pourra pas tout verrouiller à son service jusqu’à la fin du mandat.

 

 

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *