CENTRE COMMERCIAL NEYRPIC : E.PIOLLE DOIT LE STOPPER

A la Mairie de Grenoble vendredi personne n’a demandé à Bertrand Veau un Maire citoyen (!) de Tournus en Bourgogne pourquoi il avait été candidat à la tête de son agglomération (battu) afin d’empêcher la création d’un centre commercial en périphérie de sa commune.

Et pour cause. A Grenoble le Maire, Eric Piolle est le co-président du premier groupe de la majorité de la Métro, les membres de sa majorité municipale trustent les responsabilités (Claire Kirkyacharian, Klauss Habfast, Yann Mongaburu, Christine Garnier…) et l’agglomération à compétence sur l’urbanisme. Il dispose donc de ce pouvoir d’agglomération que Bertrand Veau voulait conquérir pour empêcher le projet

ACCÉS de MILLIERS de VOITURES, STATIONNEMENT…

Cerise sur le gateau le centre commercial que le Maire (PCF) de St Martin d’Hères, David Queiros veut installer sur le site Neyrpic est à l’opposé de la politique affichée par l’exécutif de la Métro et tous les élus grenoblois qui les imposent sans ménagement à la ville-centre: absence d’accès voiture, autoroutes à vélos,  pas de stationnement… tout ce dont les 24 000 M2 de surface commerciale bénéficieront à 4 stations de Tram de Grenoble.

LES DIFFICULTÉS du COMMERCE GRENOBLOIS NE SONT PAS DUES AU CENTRE COMMERCIAL NEYRPIC 

Mais comme à son habitude et malheureusement sans contradiction de fond Eric Piolle réunissait des intervenants extérieurs afin de faire haro sur le centre commercial Neyrpic pour souder les commerçants derrière son panache blanc. Ainsi les difficultés de l’économie grenobloise  grenobloise ne sont pas dues aux mesures de la municipalité, à la fermeture de la ville et aux messages anxiogènes délivrés sur les accès mais à l’ouverture du centre commercial Neyrpic en…  2020. Ça justifie de ne rien faire sur rien aujourd’hui ? 

QUARTIER RUE de STRASBOURG : 25 COMMERCANTS EN DIFFICULTÉS SUR 45 

La ficelle est un peu grosse. Un commerçant qui assistait la semaine dernière à l’assemblée de l’Union Commerciale du quartier de la rue de Strasbourg (pas le plus défavorisé) a recensé 5 commerçants qui ne prennent plus de salaire, 20 qui se paient au salaire minimum, la totalité qui enregistre une baisse de chiffre d’affaires,  sur 45 commerces. Grenoble vit une situation hors normes par rapport aux autres villes et la politique municipale en est la première responsable.

LES GALERIES LAFAYETTE NE PARTENT PAS POUR L’INSTANT 

Vendredi Tony Gilles, directeur opérationnel des Galeries Lafayette a été rassurant : malgré la baisse du chiffre d’affaires enregistrée après la fermeture de Grenoble, la locomotive du centre ville n’envisage pas de le quitter pour l’instant. Le fait que les Galeries Lafayette ne partent pas a donné lieu à une communication de victoire de la municipalité Piolle. C’est dire le niveau ou elle place ses ambitions.

FAVORISER LA MIXITÉ des DÉPLACEMENTS 

Le recours le plus efficace pour redorer l’attractivité commerciale de Grenoble consiste à en favoriser l’accès par une mixité des déplacements (transports collectifs, vélo, marche à pieds et voitures), par une communication qui ne soit plus punitive pour les automobilistes (vignettes, pollution, stationnement…).

E.PIOLLE A LE POUVOIR D’EMPÊCHER LE PROJET NEYRPIC 

Secondement s’agissant du centre commercial Neyrpic,  MM M .Piolle  (Verts/PG) et Ferrari (PS),  cadors auto proclamés de la transition écologique, ont tous pouvoirs pour empêcher un des membres de leur majorité de réaliser un projet capitalistico-consumériste à l’opposé de leur accord de gouvernance de la Métro. Il suffit de le vouloir.

ILS ONT VIRE F.HUGELÉ (PS) POUR MOINS QUE ÇA 

Ils se sont bien séparés de Fabrice Hugelé , le Vice Président (PS) pour la seule raison qu’il avait sollicité l’investiture législative de Macron. C’est plus grave que d’attirer des milliers de voitures, de pousser à une consommation effrénée, d’anéantir le prétendu projet de « coeur d’agglomération »?

Les élus communistes peuvent demeurer dans la majorité, conserver leurs postes de Vice Président, y compris l’élu de St Martin D’Hères ?

D.QUEIROS (PCF) ROMPT AVEC LE PROGRAMME et LA MÉTRO NE FAIT RIEN ? 

Eric Piolle ne peut il pas menacer de rompre le contrat majoritaire puisque celui-ci est déchiré par une décision politique à l’opposé de ce que la coalition avait promis de faire ? Bien entendu il le peut. De ce fait il pourrait empêcher le centre commercial de Neyrpic de voir le jour. L’urbanisme est maintenant de la compétence de la Métro.

Comme à son habitude la municipalité Piolle choisit de biaiser, de tricher, d’organiser des réunions afin de désigner des cibles hors elle même. Il se trouve toujours quelque « idiots utiles » pour accompagner la tromperie. Ce sont les premières victimes de ce qui a été engagé à Grenoble et ce seront les premières de se qui se prépare à St Martin d’Hères,  si Eric Piolle ne décide pas enfin de le stopper.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *