L’OBS : « GRENOBLE AUX MAINS des DEALERS »

CHAMPIONNET : UNE "CONDUITE de GRENOBLE" pour E.PIOLLE
L'OBS' : E.PIOLLE CONFIRME QU'ACTIS PERÇOIT L'ARGENT SALE

Le dossier accablant publié par l’Obs sur l’insécurité à  Grenoble va rendre encore plus difficile la tâche de ceux qui défendaient encore Eric Piolle face aux informations de Grenoble, le changement.

L’hebdomadaire de gauche reprend la plupart des faits qui ont été égrenés ici même au fil de l’actualité. Les lecteurs de l’hebdo ont donc appris ce qu’il en était de la situation réelle de la ville: hors norme en matière de délinquance et de violence par rapport aux villes comparables.

CETTE PRISE de POUVOIR de la DÉLINQUANCE EST NOUVELLE à GRENOBLE

Non ça n’a pas été toujours comme ça, à ce niveau, contrairement à ce que voulait faire croire la municipalité Piolle. Cette prégnance dans les quartiers, cette domination, cette pénétration dans l’économie, cette arrogance et pour tout dire cette prise de pouvoir sont nouvelles à Grenoble.

Comme toutes les villes, Grenoble  a toujours connu des affrontements de délinquants  et des bandes mais jamais elle n’avait eu à faire à un front qui n’avance même pas masqué et pénètre tous les rouages de la ville par effet de capillarité.

LES CHIFFRES de la DÉLINQUANCE EXPLOSENT ENCORE 

7000 actes de délinquance de plus que la moyenne des villes comparables en 2015 après 19 ans de municipalité Destot/Safar (PS).

Après 3 ans de Piolle tous les chiffres ont encore explosé : en 2017, après 3 ans d’augmentation, c’est encore + 10 % pour les cambriolages, + 8% de véhicules incendiés, +26% de vols avec violence , + 42 % de vols violents avec arme (source l’Obs du 30/11/17)

L’OBS DÉCRIT LA DISTRIBUTION des RÔLES : LA GUERRE et le CAPITAL QUI FRUCTIFIE

L’Obs décrit parfaitement ces mondes organisés avec d’une part ceux qui font la guerre, organisent leur armée de la petite à la grande délinquance sur un terreau communautariste et ceux qui font fructifier le capital investissant dans les commerces de toute catégorie, le journal révélant ce secret de Polichinelle de multiples commerces qui ne sont plus que des blanchisseries d’argent sale.

ACTIS : l’OPHLM PRÉSIDÉ par E.PIOLLE ENCAISSE L’ARGENT SALE 

Actis, l’OPHLM présidé par Eric Piolle figurant parmi les blanchisseurs puisque le Maire avoue encaisser des loyers en espèces, les majorant de 10% pour tenir compte de l’origine des fonds.

Vincent Monnier le journaliste qui a enquêté reconnaît que des logements HLM sont un abri essentiel de la délinquance: il ne cite pas tous les quartiers concernés, ignore encore que même dans les immeubles mixtes -privé–HLM- les caïds font aussi la loi. Mais il décrit tout de même cette prise en mains.

MAIS QUI DONC ATTRIBUÉ LES HLM DEPUIS 22 ANS ? 

Bien entendu il s’arrête au seuil des responsabilités. Mais qui donc attribue les logements sociaux depuis 22 ans à Grenoble ? Qui les construit ? Qui est Officier de Police Judiciaire en charge de faire respecter la loi et les règlements, de sanctionner les manquements ? L’hebdo de gauche décrit les conséquences mais ne peut pas enquêter sur les causes, cela remettrait en cause trop de vaches sacrées.

QUEL EST LE LIEN AVEC LA BÉTONISATION MASSIVE de la VILLE ? 

En effet, mais pourquoi donc Grenoble connaît elle cette situation exceptionnelle en matière de délinquance et quel est le lien avec la politique municipale de bétonisation massive, de construction disproportionnée de logements sociaux sous couvert de réaliser  une « mixité sociale » qu’on ne voit jamais ?

L’Obs rappelle que du fait des constructions massives elle est une « des grandes villes Françaises le plus densément peuplées  » mais ne s’est pas encore interrogé sur le parallèle entre la densification et le vote. Mais les progrès sont considérables, puisque le déni n’est plus possible. Encore un effort camarade…

LA FRANCE SAVAIT DÉJÀ CE QUE GRENOBLE DEVIENT 

Les pages de l’Obs et sa Une ne font pas de bien à Grenoble. Toute la France sait ce qu’il en est. Mais elle le savait déjà. Les étudiants qui renoncent à Grenoble malgré l’excellence des universités, les logements qui ne trouvent pas acquéreur, la baisse constante de la valeur des biens, le départ des entreprises sur la pointe des pieds, la perte d’attractivité actée dans toutes les études, la fuite de familles de la classe moyenne …. l’information avait déjà circulé plus vite que les journaux  ne l’ont diffusée.

LA MUNICIPALITÉ ROUGE/VERTS MULTIPLIE LES LABELS RIDICULES 

La municipalité Rouge/Verts aura beau multiplier les opérations de com’, passant de la ville en transition aux excès avec Edwy Plenel, empiler  les labels ridicules ne reposant sur rien de sérieux ou de novateur, de « ville amie des ainés« , du patrimoine avec « ville d’art et d’histoire » à  « engagée contre le Sida » (!)  rien n’y fait.

Cette propagande à l’ancienne ne pénètre pas l’entendement des grenoblois aux prises avec les conséquences de la politique municipale et ne passe pas les murs. Elle n’a donc aucun impact sur l’image de la ville.

E.PIOLLE A ÉCHOUÉ à PORTER UN MESSAGE NATIONAL 

Par ailleurs, Eric Piolle, seul Maire Verts d’une ville de plus de 100 000 habitants ne compense pas par une présence médiatique nationale forte. Il a échoué à porter un message national et n’est invité d’aucune émission politique essentielle afin d’y être interrogé comme porte parole du « nouveau » monde qu’il prétend incarner à Grenoble. Chacun a bien compris qu’il s’agit du recyclage laborieux des totalitarismes d’antan.

SA PARTICIPATION à CNEW a ÉTÉ CRUELLE POUR E.PIOLLE 

Sa dernière apparition, dans une émission matinale de CNews mélangeant tous les genres, sur des sujets d’actualité, avec des personnes de qualité diverse,  a produit un effet catastrophique. Elle était cruelle pour lui et son statut : marginalisé, souvent incompréhensible et à côté de la plaque, sans message particulier, il a été humilié et a humilié Grenoble.

Les grenoblois gênés,  mal représentés ont découvert un Maire dont le verbiage ne pouvait en aucun cas délivrer une image valorisante et attirante de leur ville.

PLUS LE DIAGNOSTIC EST PARTAGÉ, PLUS LES SOLUTIONS SERONT ATTENDUES 

Au fur et à mesure que la prise de conscience de ce qu’est devenue Grenoble va être partagée, plus ce diagnostic sera celui  du plus grand nombre, plus les solutions élaborées par Alain Carignon et les collectifs de citoyens qui travaillent avec lui seront entendues. D’ores et déjà les lignes bougent et les politiciens traditionnels avec leurs promesses tous azimuts à l’ancienne, creuses pour ne heurter personne et plaire à tout le monde sont de plus en plus has been.

PLUS QU’UN TIERS DE HLM dans les QUARTIERS

Ce n’était pas un hasard si Alain Carignon et les collectifs proposent de réduire au maximum à 1/3 le nombre de HLM par quartier afin de maitriser le vivre ensemble en appliquant les règles de vie commune, de vendre des HLM afin de sortir une population de la pauvreté et de la dépendance et d’affecter un tiers de l’espace de tous les quartiers à l’activité en commençant par y installer les services municipaux. En premier lieu le Maire et la Mairie à Villeneuve. Il s’agit de rompre et de donner l’exemple.

TIRER à NOUVEAU la POPULATION et GRENOBLE VERS le HAUT 

En créant des poches à taille humaine à gérer, en mixant vraiment les populations et les destinées, en exerçant l’autorité et la sanction, en donnant aux devoirs la même place que les droits, ils veulent à nouveau tirer la population et Grenoble vers le haut. C’est un Grenoble pour tous, à partager qui est proposé pour demain.

LE TEMPS des POSTURES AVANTAGEUSES et des LISTES de PROMESSES VIDES EST ACHEVÉ

Le temps des politiciens qui font des phrases pour surfer sur les difficultés, se servir des victimes en faisant croire qu’ils s’en préoccupent, le temps de la posture avantageuse avec des listes de promesses gonflées de vide, des sempiternels « refus de la stigmatisation » pour justifier l’immobilisme,  ce temps est visiblement derrière nous.

LE RISQUE de la VÉRITÉ AU DÉTRIMENT de la RECHERCHE D’IMAGE 

Avec son analyse sérieuse et documentée, ses prises de position carrées et ses propositions précises travaillées avec les grenoblois et annoncées bien en amont, Alain Carignon et tous ceux qui travaillent avec lui ont démontré leur capacité d’anticipation:  ils ont pris le risque de la vérité au détriment de la recherche de l’image, preuve de leur conviction sincère et de leur dévouement à Grenoble.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *