« GRAND ORAL » et POLLUTION: « NON, M.PIOLLE LES COURBES NE SONT PAS FAUSSES… » (E.Akoun maitre de conf’)

PISCINE Jean BRON : Les DERNIERS ARBRES ABATTUS
E.PIOLLE LIMOGE AUSSI E.LECOEUR, SON DIRECTEUR de la COM'

«C’est faux, c’est faux Mademoiselle. Vous devez faire attention car cela s’appelle une fake news» a répondu Eric Piolle, bondissant de sa chaise,  à une étudiante qui avait osé faire mention des courbes publiées par Air Rhône Alpes, l’organisme officiel de contrôle de la pollution, lesquelles montrent sans conteste possible son augmentation suite à la fermeture de Grenoble.

Avec l’aplomb et le cynisme dont il est capable, Eric Piolle a affirmé que des fausses courbes avaient été publiées et diffusées. Faisant une leçon  de morale, de professionnalisme à l’étudiante afin de la décrédibiliser jouant au professeur expérimenté qui remettait à sa place l’apprentie naïve et insolente.

« UNE FARCE ANNUELLE » SELON le GAM 

Cela s’est passé mardi soir lors du « Grand Oral » de Sciences Po organisé afin qu’aucune question qui fâche vraiment ne soit abordée et qu’on demeure entre soi. Une « farce annuelle » comme l’a qualifiée le Groupe d’Action Métropolitain (GAM). Mais toute mécanique même bien huilée peut connaitre des grippages. D’autant que certains étudiants voulaient conserver un peu de crédibilité. Et des professeurs ne peuvent pas non plus dévaloriser l’Institut d’Etudes Politiques de Grenoble en cautionnant totalement des mascarades. Cela peut avoir un impact sur la valeur des diplômes.

LES ÉLÉMENTS DE LANGAGE RÉPÉTÉS PAR LA MUNICIPALITÉ EFFONDRÉS 

Il était tout de même impossible aux organisateurs d’empêcher toute question d’actualité et de laisser traiter de « fake news » les courbes officielles de la pollution grenobloise. « Non, M.Piolle les courbes ne sont pas fausses » a du préciser  Emilie Akoun  Maitre de Conférences puisqu’elles « proviennent de Air-Rhône-Alpes ». Bref tous les éléments de langage répétés par la municipalité (Y.Mongaburu devant la Métro, Samuel Mennetrier, présent, qui a  lancé un faux observatoire de la qualité de l’air)  afin de décrédibiliser la réalité s’effondraient.  Ce ne sont pas des fake news.

UNE SOIRÉE AU SERVICE de la MAJORITÉ MUNICIPALE ….

Même si Emilie Akoun a confirmé que  si les courbes étaient justes, l’interprétation qu’il pouvait en être donné pouvait être discutée. Ce que dans un premier temps nous avions attribué à  Romain Rimbaud par un défaut de mémoire du déroulé de la réunion.Il n’en demeure pas moins établi que les  courbes elles-mêmes ne peuvent être fausses.

 » C’EST PEU DIRE QU’Eric PIOLLE N’A PAS COMPLÉTEMENT CONVAINCU SON AUDITOIRE » ( Place Gre’Net) 

Cette soirée qui met devant le Maire un public non informé des questions municipales, en l’absence de journalistes questionneurs, en l’absence d’une opposition qui présente des alternatives,  était formatée au service de la majorité municipale. Pascal Clouaire, cadre de Sciences Po et Adjoint (Verts/PG) est probablement à l’origine de cette organisation. Mais elle n’a toutefois pas tourné à l’avantage du Maire car le réel ,une fois encore est le plus fort. Il n’y  a plus de cadre ou le Maire puisse se protéger des effets de sa politique.

 » C’est peu dire qu’Eric Piolle n’a pas complètement convaincu son auditoire » en a  d’ailleurs conclu le site d’information indépendant Place Gre’Net.  

E.PIOLLE et L.LHEUREUX EXPLIQUENT que les RÉUNIONS AVEC LES COMMERCANTS SE PASSENT TRÉS BIEN…

Eric Piolle et Lucille Lheureux ont tranquillement expliqué aux étudiants que la fermeture de Grenoble se passait très bien, les réunions avec les commerçants et les Unions de Quartier aussi ! Aucun étudiant n’étant membre d’une Union de Quartier ou commerçant ça tombe très bien.C’est l’avantage du format….

E.PIOLLE PEUT TENIR un « DÉBAT » SANS ÊTRE CONSPUÉ  ! 

Grâce à cette méthode, le Maire qui ferme des bibliothèques, dont la ville bat des records de violence par rapport aux villes comparables, dont les contribuables paient les impôts les plus élevés de France des villes de sa catégorie, ou les logements ne trouvent plus d’acquéreurs tant la situation est dégradée, dont les conseils municipaux se tiennent sous la protection des CRS, qui abuse des moyens de la ville pour imposer une idéologie provoquant la police par une exposition place de Verdun, invitant Edwy Plenel au moment ou celui-ci  assimile le terrorisme islamique à la défense des musulmans….  peut tenir un « débat » sans être conspué.

Axel GENEVOIS et la DEMOCRATIE :  » CE SYSTÉME N’EST QU’UN SYSTÉME FANTOCHE » 

Même si -tout de même- au moment de l’explication sur la  fausse démocratie participative qui a été mise en place pour semer le citoyen, avec l’exemple des bibliothèques, ils étaient très nombreux à voir rouge: « Les cartons rouges ont d’ailleurs fleuri sur ces questions, » note Place Gre’Net.

« Ce système n’est finalement qu’un système fantoche que vous balayez dès lors que le résultat de la pétition vous est défavorable », pointait face à Eric Piolle,  Axel Genevois, étudiant à Sciences Po Grenoble.

Florent GOUDOU:  » VOUS AVEZ INVENTÉ AU FUR ET A MESURE des CHOSES QUI ALLAIENT DANS VOTRE SENS »

Florent Goudou, maître de conférences à Sciences Po Grenoble ne s’est également guère montré tendre. « Vous avez inventé au fur et à mesure des choses qui tendaient à aller dans votre sens plutôt que d’accepter pleinement le jeu de la démocratie. Vous aviez pourtant un outil simple et lisible et une bonne occasion de tester cet outil et sa robustesse et monter ainsi votre engagement. Vous ne l’avez pas fait et donnez l’impression de filouter… »

Pas plus que Romain Rambaud, professeur de droit à l’UGA. « Il s’agit là d’un éloignement de la philosophie initiale d’un processus qui devait échapper à la main des élus. Or, on réintroduit là le jeu politique. » ( Place Gre’Net) 

Eloïse BRUGALLÉ:  » C’EST L’EXÉCUTIF QUI DÉCIDE  » sur les  QUESTIONS IMPORTANTES 

Éloïse Brugallé, étudiante à Sciences Po Grenoble a pointé du doigt la méthode trompeuse :« Sur les sujets exprimés, on a l’impression qu’il y a la cour des petits – la démocratie participative – et la cour des grands, la vraie politique, où c’est l’exécutif qui décide de la trajectoire des finances publiques, de la refonte du plan de circulation ou de l’attribution des marchés publics ». 

L’une pour tromper le gogo qu’on occupe avec des détails, l’autre ou le clan prend les décisions en toute opacité.  Nous avons expliqué en détail ce qu’il en était de ces faussaires de la démocratie locale. Ils sont maintenant découverts par tout le monde.

E.PIOLLE DÉSIGNE SON ADVERSAIRE : Alain CARIGNON 

E.Piolle a saisi la « perturbation » ( !) des conseils municipaux  qu’on osait lui faire quand même remarquer,  pour attaquer Alain Carignon, désignant chaque fois son véritable adversaire.  En effet, il n’était pas un cas unique puisque les conseils municipaux ont été perturbés quand l’ancien Maire a été placé en détention provisoire. Pourtant à l’époque ils n’ont jamais eu à se tenir sous la protection des CRS.

CE N’EST PAS AU « GRAND ORAL » QUE E.PIOLLE EST SOMMÉ de CHOISIR….

Ensuite comparer  les conséquences traumatiques de la situation d’Alain Carignon à celles de ses mesures à lui signifie deux choses : ou bien que l’affaire Carignon n’était pas grave ou bien que ses décisions d’aujourd’hui sont du même degré d’importance pour les grenoblois . Il faudra choisir.

Mais ce n’était pas au « Grand Oral » qu’il risquait d’en être sommé.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *