ISLAMISME RADICAL: E.PIOLLE SOUTIENT E.PLENEL SUR FONDS PUBLICS

A DEMAIN DE GAULLE ... par Alain Carignon
POLLUTION et EMBOUTEILLAGES: la MUNICIPALITÉ NIE LES RÉALITÉS

La municipalité Piolle n’a rien de moins urgent à financer que l’organisation d’un meeting avec Edwy Plenel et Médiapart à l’ancien Musée de Peinture de la place de Verdun le 2 décembre prochain.
A l’instant ou Edwy Plenel est en pleine dérive gauchiste et fait des islamistes les nouveaux prolétaires à défendre,  cette initiative choque les grenoblois.  Elle pourrait recevoir le même accueil que la provocation de l’exposition anti-police réalisée place de Verdun qui s’est achevée dans la débandade.

MÉDIAPART : « L’ISLAMISME N’EST PAS UNE CHOSE GRAVE »

Edwy Plenel a assimilé la Une de Charlie Hebdo caricaturant  en action -si on ose dire- Tariq Ramadan  à un journal nazi !  » la une de Charlie Hebdo fait partie d’une guerre aux musulmans » a t il ajouté.  Il avait déjà assimilé Manuel Valls à un Ministre de Vichy. Les morts de Charlie sont passés par pertes et profits et comme l’a exprimé un journaliste de Mediapart, Jacques Lindgaard à C.Hebdo «l’islamisme n’est pas une chose grave». Sauf qu’il peut assassiner.

RISS: « PLENEL CONDAMNE à MORT UNE DEUXIÈME FOIS CHARLIE HEBDO, C’EST UN APPEL AU MEURTRE » 

Ce que Riss répond dans un édito de Charlie ce matin : « On peut passer l’éponge sur beaucoup de choses, et penser que parfois les passions font dire des choses excessives et caricaturales. […] Mais cette phrase : ‘La une de Charlie Hebdo fait partie d’une campagne générale de guerre aux musulmans’, nous ne l’oublierons jamais. D’abord parce que Charlie Hebdo n’a nulle envie de faire la guerre à quiconque. Ensuite parce que Charlie Hebdo, tout en affirmant son athéisme et son attachement à la laïcité, respecte le droit de chacun de croire et pratiquer sa religion dans le cadre défini par la République. Mais dans le logiciel Plenel, critique et satire sont métamorphosées en acte de guerre. » 

Plenel, le « Rouletabille de l’information »

Riss poursuit, s’en prenant à Edwy Plenel, « Rouletabille de l’investigation », qui « range sa carte de presse derrière laquelle il se cachait et brandit celle d’un procureur qui envoie à l’échafaud les ennemis du peuple ». Pour le directeur de la publication de Charlie Hebdo, ses propos sont tout simplement dangereux : « Cette phrase […], nous ne la pardonnerons jamais. Car en la prononçant, Plenel condamne à mort une deuxième fois Charlie Hebdo. Cette phrase n’est plus une opinion, mais un appel au meurtre. » 

E.PIOLLE : UNE CONNIVENCE AVEC L’ISLAMISME RADICAL 

Son allié  Eric Piolle poursuit dans les messages de connivence avec l’islamisme radical car la gauche extrême donne une explication sociale au terrorisme ou l’impute aux responsabilités de l’occident, du capitalisme… Elle refuse de regarder ce nouveau totalitarisme des fous d’Allah. Sur fond d’antisémitisme ils ne haïssent pas la France pour son histoire ou sa cupidité mais pour ses libertés et la trop grande place que notre pays  fait à l’autre sexe.

Cette version l’arrange localement puisqu’une symbiose grenobloise entre un communautarisme islamiste  exacerbé, la «petite»  délinquance  et la grande qui a pris le pouvoir et sert de pole ressources,  a produit une contre société autonome avec ses règles, ses lois, son argent. Qui remet de plus en plus en cause l’organisation de la société (imposition d’un mode de vie dans les  transports en communs à l’école ou à l’hôpital…)  et détruit les biens publics porteurs des valeurs d’émancipation (incendies de Théâtre, collège…)

EN PHASE AVEC UNE POLITIQUE de PEUPLEMENT ÉLECTORAL 

Cette guettoïsation de la ville est encouragée par les attributions de logements et le développement inconsidéré des HLM dont Eric Piolle (Actis) et Maryvonne Boileau (Grenoble-Habitat) ont pris personnellement les reines. On mesure à l’abandon des habitants qui veulent vivre une vie  « normale »  qu’il s’agit d’une politique de peuplement choisie.

E.PLENEL et E.PIOLLE : LE DISCOURS DE LA HONTE de GRENOBLE 

Déjà il y a deux ans Eric Piolle et Edwy Plenel avaient été les porteurs du discours de la honte de Grenoble  -avec Raymond Avrillier en souffleur dans la coulisse- après les morts du Bataclan :  un meeting d’une journée au Palais des Sports offert par les  impôts  pour refuser l’état d’urgence. On se souvient de l’émouvante intervention du père de Matthieu de Jarrie -lui-même jeune père de famille d’un enfant à naitre-   mort sous les coups des nouveaux fascistes. Cyniquement Mediapart en avait profité pour conduire ce jour là une campagne d’abonnements préférentiels, promotion commerciale  financée par les grenoblois. C’est dire l’éthique et les principes de ces donneurs de leçons.

F.TARANTINI : « PRIVATISATION de la VILLE AU SERVICE d’UNE IDÉOLOGIE » 

Comme l’a souligné François Tarantini dans un communiqué «Ce nouveau meeting pose encore le problème de la privatisation de la ville au service d’une idéologie et des abus de la propagande : Edgar Morin à l’hôtel de ville en conférence, les rues et places de la ville saturées d’expositions orientées, place de Verdun occupée pour brocarder la police au moment ou les grenoblois sont victimes d’une violence inégalée … tous les moyens publics sont mis en œuvre pour pénétrer le temps de cerveau disponible des grenoblois.

E.PIOLLE A OUBLIÉ QU’IL EST MAIRE de GRENOBLE 

C’est de cela qu’il s’agit dans cette fuite en avant de la municipalité Piolle. Plus elle est minoritaire, plus elle se recroqueville sur un noyau dur, des positions  extrêmes et des méthodes groupusculaires pour occuper l’espace public.

Comme si elle avait oublié en route qu’elle était la municipalité de Grenoble et non pas seulement les 15 élus Verts/Ades de Raymond Avrillier et Vincent Comparat, les élus du Parti de Gauche avec Elisa Martin et la poignée des élus affidés, compagnons de route qui accompagnent malheureusement silencieusement ces manquements aux valeurs qui fondent la République et garantissent la liberté de pensée.

LES FAUSSAIRES NE SAVENT PAS DOMINER LES DÉMONS QUI LES HABITENT 

Alors qu’il est encore officiellement au pouvoir municipal, Eric Piolle est en effet retombé dans le statut qu’il n’aurait jamais du quitter : celui du candidat ultra minoritaire qui a obtenu 1,97 % des voix aux élections législatives de 1997. Un fait qui a été retiré du CV afin de bâtir la fausse histoire qui l’a amené à la Mairie avec 40 % des voix. Mais les faussaires se découvrent eux mêmes parce qu’ils ne savent pas dominer les démons qui les habitent.

L’HYSTÉRISATION ET L’ACCAPAREMENT des MOYENS PUBLICS AU SERVICE d’UNE IDÉOLOGIE

Après l’exposition anti-police de la place de Verdun, c’est un degré supplémentaire dans la provocation qui serait franchi le 2 décembre prochain. Peut être même un changement de nature dans l’hystérisation et l’accaparement des moyens municipaux au service d’une idéologie mortifère. Si Eric Piolle avait un brin de pragmatisme il écouterait le conseil de François Tarantini qui lui demande «un peu de décence et de sobriété «  en annulant l’opération.
Il pourrait de plus, utilement affecter les crédits à la propreté de la ville…

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *