OPÉRATION ANTI-POLICE place de VERDUN : la DÉBANDADE APRÈS les RÉVÉLATIONS

JARDIN de VILLE : L'INCENDIE ÉTAIT CERTAINEMENT CRIMINEL
ARBRES : L'HÉCATOMBE de la RUE HÉBERT

L’opération anti-police de la place de verdun aura été la goutte de trop dans l’occupation des rues et places de Grenoble pour la promotion de l’idéologie de la majorité municipale. Car personne ne s’y trompe : Christèle Bernard  est le faux nez de l’affaire : militante de gauche, ex conseillère municipale d’Echirolles, très proche des Rouge/Verts. Elle est tout sauf une citoyenne « indépendante ».

DES LEURRES POUR SATURER L’ESPACE EXCLUSIVEMENT sur les THÈMES de la MUNICIPALITÉ

Elle figure dans la liste des Modan Benyoub, Samuel Mennetrier, Christian Bailly,  Béatrice Bonacchi, Guillaume Lager ou Florence Mahrez capable de faire avec E.Piolle une conférence pour condamner les paradis fiscaux ! Le pouvoir municipal utilise des leurres pour porter les sujets et saturer l’espace afin que le « débat » porte exclusivement sur le thèmes déterminés par la municipalité elle-même et en des termes qu’elle maîtrise totalement. Un système groupusculaire a été mis en place à l’échelle d’une ville avec les moyens du contribuable.

CONTRÔLE AU FACIÈS: UN CLIN D’ŒIL QUI SERA COMPRIS PAR CEUX AUQUEL IL S’ADRESSE 

De ce fait elle entend évacuer tout ce qui fâche : niveau des impôts locaux, délinquance, déséquilibre social, malpropreté, déplacements, attractivité, emplois … aucun de ces sujets n’est porté par aucune des marionnettes qui s’agitent sur la scène.

On voit mal d’ailleurs une municipalité mettre à disposition une place aussi emblématique que la place Victor Hugo a des inconnus dont elle ne partagerait pas les thèses. Eric Piolle avait donc décidé de donner un signe supplémentaire, l’un de ces clin d’oeil bien compris par ceux auxquels il s’adresse, en organisant une exposition pour condamner les éventuels contrôles au faciès de la police .ça ne va pas faire baisser la délinquance.

UN PANNEAU AVEC UNE STATISTIQUE ETHNIQUE 

On pouvait y lire des témoignages de haut niveau de la part d’acteurs arabes ou noirs se plaignant en termes châtiés du comportement de la police. Pas exactement dans la forme de ce qu’on à l’habitude d’entendre ou de lire sur les murs de la ville…  On y trouvait même une statistique ethnique selon laquelle les noirs et les arabes sont plus contrôlés que les blancs. Ainsi suivant qu’elles servent ou desservent elles peuvent être utilisées.

AUCUN TÉMOIGNAGE NE RÉCLAME L’EXEMPLARITÉ de SA COMMUNAUTE D’ORIGINE …

Mais parmi ces témoignages aucun ne réclame que sa communauté d’origine soit plus exemplaire que toutes les autres afin de déjouer ces sombres manoeuvres de l’Etat Français et de ses sbires de la police. Ne serait ce pas un bon tour à leur jouer ? Être irréprochable, mettre en avant les valeurs de la République, exprimer en toute occasion sa fierté d’être Français. Respecter l’autorité au point de lui faire honte.

LES 7000 VICTIMES GRENOBLOISES SUPPLÉMENTAIRES de la DÉLINQUANCE SONT OUBLIÉES

Bien entendu l’exposition ne traite pas des 7000 victimes grenobloises supplémentaires d’actes de délinquance  par rapport aux  villes comparables, lesquelles auraient besoin de plus de police, de plus de contrôles, de plus d’interventions et de présence sur le terrain. Un chiffre qui date de 2015 et s’est beaucoup aggravé depuis puisque le Procureur de la République Jean-Yves Coquillat a déclaré en juillet dernier qu’il « n’avait jamais connu de sa carrière une ville plus pourrie et gangrenée… » 

A première vue très succincte, il ne semble pas que ce soit à cause les contrôles au faciès. Aucun  » conseil citoyen » ne réclame une exposition afin de montrer la détresse de ces milliers de victimes et les graves conséquences sur leur existence.

E.PIOLLE SOMBRE DANS LA PROVOCATION ET AFFAIBLIT les FORCES de L’ORDRE

Dans ce contexte ou deux gendarmeries brûlent, des actes de violence mettent quotidiennement en danger la vie des grenoblois, la municipalité Piolle, tout à son dogmatisme infernal,  a préféré sombrer dans la provocation et affaiblir un peu plus les forces de l’ordre dont les grenoblois ont besoin.

E.MARTIN (Verts/PG) VENAIT de CONFIRMER QU’ELLE DEMEURERAIT INERTE sur la DÉLINQUANCE

Après le rappel récent par Elisa Martin devant les habitants de Foch/aigle/Libération qu’en matière de lutte contre la délinquance la municipalité ne lèverait pas le petit doigt et resterait totalement inerte cette exposition tombait bien mal.
Le syndicat de police Alliance a organisé une manifestation sur place pour protester contre sa tenue. Dés le départ, Alain Carignon avait demandé au Maire de la stopper.

C.BERNARD MILITANTE de GAUCHE et VERTS PEUT ÊTRE PAS GRENOBLOISE 

Mais dans le DL (3/11/17) Célia Amphoux ne fait pas allusion à la position exprimée par l’ancien Maire de Grenoble et traite du « conseil citoyen » indépendant » comme s’il existait. Pensez donc, selon le « conseil citoyen indépendant (C.Bernard) « la place de Verdun était un lieu particulièrement pertinent pour installer l’exposition ». On pouffe de rire en imaginant Erwan Lecoeur le communicant de Piolle et le Maire décidant de cette expo et de son lieu. On n’a d’ailleurs vu seulement  Christele Bernard -qui n’est peut être pas même grenobloise-  pour faire semblant de porter  l’opération. Tout est bidon. Sauf son financement étrangement assuré par le milliardaire prédateur…  Georges Soros.

C’EST Georges SOROS QUI FINANCE L’EXPOSITION ITINÉRANTE …

Nos Rouge/Verts  locaux ne crachent pas sur l’argent de la pire des finances. Il y a un intérêt commun  à faire sauter les résistances et les valeurs des vieilles Nations entre ceux qui veulent du profit sans obstacles  et ceux  qui veulent faire la révolution. Plus la société se délite, moins les règles sont observées, plus un multiculturalisme exacerbé est promu, mieux ils se portent. Financièrement pour les uns, électoralement pour les autres. Les victimes sont connues. Ce sont ces grenoblois qui doivent supporter un quotidien violent et dégradé.

LA MUNICIPALITÉ S’INTERDISAIT de TRAVAILLER avec UNE BANQUE QUI A UNE FILIALE dans un PARADIS FISCAL 

Au passage on est loin des règles d’éthique et de transparence promises dans les engagements de la liste Piolle qui ne devait même pas travailler avec une banque ayant une filiale dans un paradis fiscal ! Cette semaine encore Florence Mahrez et les faussaires d’Alternatiba allaient faire la sarabande dans une filiale grenobloise de la BNPParibas !  Mais les mêmes montaient une opération avec Georges Soros. On imagine à quel niveau ce type de décision peut se prendre et la part d’un « conseil citoyen » indépendant ». Une grosse farce.

Issa COULIBALY: « L’EXPOSITION DATE de « NUIT DEBOUT » 

Cette exposition -révèle d’ailleurs Issa Coulibaly dans le même article-  « date en gros de Nuit Debout ». On retrouve cette culture gauchiste ultra minoritaire qui n’a eu aucune prise sur la société, qui n’a sorti aucune idée neuve sinon répéter les poncifs faux sur le libéralisme, à laquelle la municipalité Piolle avait apporté son entier soutien. Effectivement ce qui a été  montré place de Verdun est bien dans la continuité de « Nuit Debout ».

LA PROPAGANDE MUNICIPALE SUR TOUTES LES PLACES ET RUES

Des Grenoblois sont visiblement venu dire ce qu’ils en pensaient. Des panneaux trop provocateurs ont été mis à terre. Chrystelle Bernard y voit le « symbole d’une liberté d’expression piétinée » (!). Plus c’est gros…

Ainsi de la place Victor Hugo à la rue Félix Poulat en passant par la rue de la République pour arriver place de Verdun le grenoblois moyen a été interpellé ces dernières semaines par tous les thèmes de la propagande municipale. Dont une exposition sur le 30 eme anniversaire du Tramway déguisée en anniversaire des zones piétonnes afin que le nom du Maire qui a organisé le référendum sur le tram, dont l’équipe a entièrement conduit les travaux des premières lignes, qui a imposé le premier tram au monde accessible aux handicapés et qui l’a lui -même inauguré,  ne soit pas cité.

ELLE OCCUPE TOUT L’ESPACE PUBLIC POUR S’EMPARER du TEMPS de CERVEAU DISPONIBLE 

Mais c’est la liberté d’expression qui est piétinée par… les autres. Qu’Eric Piolle et son équipe poursuivent dans ces opérations alors que Grenoble réclame une action et des mesures pour lutter sérieusement contre la délinquance en dit long sur la dérive municipale. Mais les faibles leurres qu’elle se choisit pour occuper l’espace public et le temps disponible du cerveau des grenoblois sont de plus en plus souvent éventés.

La municipalité a de la chance que les observateurs locaux acceptent encore le discours officiel et ne posent pas de questions sur les intervenants : la fiction du « Conseil Citoyen Indépendant » qui répercute la demande prioritaire des grenoblois à savoir que soit posée la question des contrôles au faciès (!) volerait vite en éclat.

LE CUMUL des LEURRES, FICTIONS, MANIPULATIONS  a TROUVÉ SA LIMITE place de VERDUN 

Le montage politique avec Inna Hollo de l’open society de Georges Soros est évident. « L’exposition » ira ensuite dans la Mairie du X ème arrondissement de Paris dont   Alexandra Cordebard (PS) est le Maire. Bref on demeure entre soi avec l’argent du milliardaire.

Le cumul des leurres, des fictions et des manipulations pour imposer une idéologie ultra minoritaire a trouvé sa limite place de Verdun. Plus la municipalité multiplie ces excès, plus les grenoblois -y compris ceux qui ont voté pour elle- découvrent avec stupéfaction a qui ils ont vraiment à faire.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *