CENTRE VILLE : les HABITANTS RÉPONDENT à E. PIOLLE

50% de HLM dans les IMMEUBLES : POURQUOI GRENOBLE EXPLOSE
RUE HÉBERT: Les ARBRES VONT ÊTRE ABATTUS

«M.Tout va bien «a reçu une réponse circonstanciée et cinglante sous forme d’une nouvelle pétition lancée par Madame Cohen-Viollet dont nous avons reçu copie.
Alors qu’Eric Piolle, Christophe Ferrari, Yann Mongaburu et leurs affidés, Ludovic Bustos et Guy Jullien se congratulent, elle met sur la table la réalité de ce que vivent habitants et commerçants.

« SANS AUTRE AVIS QUE LE VOTRE… » 

«Depuis quelques mois et sans autre avis que le votre, vous avez décidé de couper le grand axe Genève-Grenoble-Lyon-Marseille pour y faire une «autoroute à vélos»
Elle en décrit les conséquences : «embouteillages énormes partout ou les voitures continuent à circuler, même les taxis, les bus et surtout le SAMU«  sont en difficultés

LES POLLUTIONS SONT EN AUGMENTATION à DEUX CHIFFRES 

«La pollution au CO2 et particules sont en augmentation à 2 chiffres (des enquêtes ont été menées). C’est un comble pour une mairie «écologique»
«la ville de Grenoble est devenue inaccessible pour la population venant de l’extérieur, soit de la grande agglomération, soit des villes avoisinantes. Tous renonçant à venir au centre historique de Grenoble. »

UNE ÉNORME PERTE d’ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE 

La pétition rappelle que «l’U2 (la rocade sud NDLR) étant toujours bloquée par la circulation, sa dérivation était le grand axe du centre qui vient d’être coupé ». Elle souligne aussi, au risque d’être accusée de «  Grenoble-Bashing » (!)  «l’énorme perte d’activité économique car on ne compte plus les commerces qui ferment leur porte avec licenciements à la clef. Pour ceux qui n’ont pas encore fermé, poursuit elle, la baisse de la fréquentation est très importante déjà avec les risques de licenciements économiques et de chômage accrus. Même les marchés de Sainte Claire et de l’Estacade sont en pertes graves».

« M.le MAIRE VOUS ÊTES EN TRAIN de FAIRE MOURIR LE COEUR de VILLE » 

«Monsieur le Maire vous êtes en train de faire mourir le cœur de la ville, avec ses petits commerçants, ses artisans, ses professions libérales, donc un lieu de rassemblement, de mixité sociale, enfin un poumon économique de Grenoble au profit des grandes surfaces extérieures. Pour une mairie écologiste c’est curieux !

TOUS CES RISQUES POUR QUELS RÉSULTATS ? 

«Beaucoup de villes en France connaissent ces problèmes de désertification des centres villes avec les conséquences que l’on sait : perte d’animation et perte d’âme. Jusqu’à vous ce phénomène touchait surtout les villes de 50 à 70 000 habitants, vous êtes en train de réussir pour la première fois sur une agglomération de 400 000 habitants !»«  Bravo
«Et tous ces risques pour quels résultats ? «une autoroute à vélos «dont nous n’avons nul besoin. (Grenoble à Cœur a proposé l’alernative par Gambetta NDLR)

« NOUS VOUS DEMANDONS de REVENIR SUR CETTE DÉCISION QUI MÈNE à la CATASTROPHE » 

«Nous pourrions ajouter la saleté de la ville, les parcmètres hors de prix (4 € les 2 heures), le manque d’animation du centre ville même pendant les fêtes de Noël. Les plaintes sont nombreuses.

«Nous vous demandons donc de revenir sur cette décision qui nous mène à la catastrophe«
A peine lancée autour d’elle la pétition a recueilli immédiatement une cinquantaine de signatures y compris «d’une active cycliste».

RUE PAR RUE LES INITIATIVES SE MULTIPLIENT POUR DÉNONCER le ROULEAU COMPRESSEUR 

Rue par rue les initiatives se multiplient pour dénoncer le rouleau compresseur municipal. On a vu le mail d’un cadre qui a demandé sa mutation après un an passé au centre ville, une habitante de la rue Raoult Blanchard contrainte de loger à l’hôtel, les habitants de l’avenue Alsace Lorraine inquiets des deux immeubles HLM supplémentaires qui vont remplacer le Touring Hôtel  et les bâtiments municipaux de la rue Jay.

L’asphyxie du centre ville conjuguée à sa paupérisation, à sa dégradation et à son absence d’entretien produit une nouvelle chute de la valeur des biens et une fuite des familles comme l’a dénoncé Gérard Hudault  le Président de l’Union de Quartier Notre Dame.

Il n’est pas possible que la municipalité ne prenne pas conscience des dangers de cette évolution : veut elle que tous les commerces ressemblent à celui qui a été mitraillé à la kalachnikov rue des Clercs ?
Elle ne s’y prendrait pas autrement. Mais que sera la population qui acceptera de vivre dans un tel environnement ?

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

5 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *