BD GAMBETTA : 400 000 € en FUMÉE, Les ARBRES ABATTUS POUR RIEN

ESPLANADE : V.FRISTOT (Verts/Ades) VEUT DÉPLACER INTERMARCHÉ pour BÉTONNER !
E.PIOLLE COUPE L'ÉLECTRICITÉ AUX FAMILLES qui OCCUPENT la RUE JAY !

Yann Monbaburu le Président (Verts/Ades) du SMTC avait envoyé les bulldozers et les bûcherons pour abattre sans ménagement les arbres qui bordaient le bd Gambetta entre l’avenue Alsace Lorraine et le cours Berriat.

Suppression revendiquée de places de stationnement grâce à un panneau l’annonçant, réalisation à grands frais d’un nouvel arrêt de bus des deux côtés du cours au grand dam des commerçants, on allait voir ce qu’on allait voir. Le petit marquis de la Cour Piollesque qui a laissé s’évaporer le financement des transports collectifs grenoblois pendant qu’il était à Istanbul, qui voudrait impressionner  le gogo en citant le faux exemple du co-voiturage à Djakarta,  ne s’arrête pas à la dépense.

EN METTANT GAMBETTA à DOUBLE VOIE, L’ARRÊT BUS EST INUTILISABLE 

Ce n’est pas si vieux: en octobre 2014 la municipalité décidait de modifier les circuits de bus et installait ce nouvel arrêt Gambetta. Elle n’avait pas intégré son projet de fermeture de Grenoble,  lequel en effet ne figurait pas parmi ses 120 engagements.

En mettant le bd Gambetta à double sens -créant au passage une pollution jamais vue à cause des embouteillages- elle est contrainte de supprimer cet arrêt de bus quelle a créé ! Le ridicule ne tue pas. L’argent public est jeté par la fenêtre dans une ville reconnue comme au bord de la mise sous tutelle.

800 000 € QUAI de FRANCE, 400 000 € Bd GAMBETTA : le PETIT MARQUIS JONGLE avec l’ARGENT des AUTRES

On se souvient déjà que Yann Mongaburu, Quai de France, refusant d’écouter les solutions proposées par les habitants, avait imposé un coût de  800 000 € pour 250 mètres de piste cyclable !

Cette gabegie et cette irresponsabilité de la part de donneurs de leçons commence à irriter fortement les grenoblois: ils constatent de leurs yeux les incohérences, les fautes de gestion qui ne sont jamais reconnues. Il n’y aura pas de multiples  panneaux d’information dans la ville pour signaler ce chaos municipal.

DE QUOI REFAIRE LA PLACE de METZ 

Pendant qu’on amuse les grenoblois avec les budgets participatifs -cache misère de la dégradation-, pendant qu’on leur demande de voter ce qu’ils veulent pour savoir s’ils préfèrent ou non les nichoirs à chauve souris, l’argent public est perdu sans compter par incompétence crasse. Les seuls 800 000 € pour 250 mètres de piste cyclable, 400 000 € pour un arrêt de bus abandonné représentent  plus de la moitié de tous les fonds des budgets participatifs d’une année.

C’est le montant qui permettrait de réparer la place de Metz dont la chaussée dégradée est une honte pour le centre ville. Antoine Back (Verts/PG) avait annoncé que la municipalité ne ferait rien pour elle pendant tout le mandat. 

POUR LES ARBRES ABATTUS, LA FAUTE EST IRRÉMÉDIABLE 

Boulevard Gambetta il est aussi des victimes de la bêtise municipale pour lesquelles la faute est irrémédiable : les arbres abattus, de grands et beaux sujets. Combien de pollution en plus par la perte d’oxygène ? Voilà une question que les conseils citoyens  » indépendants » ne risquent pas de poser.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *