FERMETURE de GRENOBLE : RECORDS de POLLUTION au CŒUR de MÉTROPIOLLE

DÉLINQUANCE : Les HABITANTS de la rue M.RIOLLET MANIFESTENT CET APRÈS MIDI
La BÉTONISATION MONTE JUSQU'A BRIÉ et ANGONNES

Fermeture de Grenoble : depuis 6 mois la pollution a constamment monté. Du jamais vu.

La hausse de la pollution est permanente depuis la fermeture de Grenoble. Au lieu de baisser cet été, en deux mois le niveau a dépassé la fin d’année ! Un record digne de la formidable stature de Kim Eric Piolle, le Grand Timonier qui nous ouvre les portes de l’Avenir. Pétrifié d’admiration, le peuple grenoblois l’adjure de graver Son exploit dans les annales de l’histoire de Grenoble, au sommet de Ses plus grandes réussites. C’est dire.

>>> « TRANSITION »: LE 30 MARS GRENOBLE FÊTE SON GUIDE BIEN AIMÉ

DEPUIS 6 MOIS LA POLLUTION A CONSTAMMENT MONTÉ !

Dans un long dossier sur CVCM 6 mois après (17/10/2017), place Gre Net révèle l’information : ce que leurs poumons disaient aux grenoblois, les stations de mesures d’Air Rhône Alpes l’ont enregistré. Le verdict est sans appel : non seulement la fermeture du centre ville augmente la pollution,  mais elle aggrave aussi le dépassement du maximum toléré par la loi sur l’environnement, la française comme l’européenne. Sans surprise aucune, la transparence sur les chiffres ne vient ni du clan Piolle (Verts/PG) ni de la Métro que C. Ferrari (PS) a bien placée sous couvercle. C’est l’association Grenoble à Cœur qui s’est chargée de leur travail à leur place en faisant parler les chiffres d’Air Rhône Alpes.

Dans le même temps, les CCI (Conseils « Citoyens Indépendants ») n’ont évidemment rien vu non plus. L’argent qu’ils reçoivent des Rouges/Verts y serait-il pour quelque chose ? Ou peut être parce qu’ils ne traitent que du plus urgent : expo anti police avec buffet offert à l’ancien musée de peinture, légalisation du cannabis, l’Orangerie transformée en garage à vélos.

>>> PLACE DE VERDUN : LE SCANDALE DE L’EXPOSITION ANTI POLICE D’E.PIOLLE

DÈS LA PREMIÈRE SEMAINE : +70% À +160% POUR LES PICS DE POLLUTION !

première semaine de fermeture de Grenoble : les pics de pollution ont doublé

Dès la première semaine de la fermeture de Grenoble, l’augmentation de 70 à 160% des pics de pollution, rien que ça…, avait poussé l’association Grenoble à Cœur à immédiatement tirer la sonnette d’alarme : “Fermer des artères force les voitures à se reporter sur des trajets plus longs et plus encombrés, le cumul de ces deux facteurs étant doublement négatif pour la pollution.”

Comme toujours, Yann Mongaburu (Verts/Ades) ne s’était pas gêné ensuite pour oser déclarer au DL que tout se passait très bien, et même mieux que ce qu’il avait prévu de mieux !  Des éléments et prévisions dont aucun grenoblois n’a jamais eu connaissance, et lui non plus bien entendu…

Dans la dernière conférence de presse dont le DL a rendu compte (17/10/17), il annonçait une baisse de « 2 à 3 % du trafic ». Où se reportent les 97 % ? On a vraiment hâte qu’il continue, pour rire encore en l’entendant commenter l’augmentation sans précédent de la pollution suite à la transformation du centre ville en cul-de-sac par son Patron Éric Piolle.

LES RIVERAINS SONT EN DROIT D’ATTAQUER LES ÉLUS

Un élu PS oublié, Jean-Marc Uhry, avait démissionné début 2013 de son mandat de Vice-Président en charge de l’Environnement.  Il avait confié au DL que « surtout, je n’ai pas en­vie d’être celui qui n’a rien dit. Se taire, c’est porter une res­ponsabilité. En Grande­ Breta­gne, un collectif d’habitants a déjà attaqué des collectivités sur la protection de l’air… ».

Alors que la France est sous le coup d’un avis motivé de Bruxelles qui la menace  de procédure pour dépassement des seuils de pollution en particulier à Grenoble (place Gre Net, 15/02/2017), les riverains victimes de l’augmentation de la pollution sont en droit de demander des comptes aux élus, y compris par voie de justice. Les actions collectives en responsabilité sont en effet possibles.

LE CHOIX SELON PIOLLE : LE VIDE, OU PLUS DE POLLUTION

Le premier vide, c’est le désert de Kim Eric Piolle. Son autoroute à vélos est un fiasco monumental. Personne n’y passe en semaine, même aux heures de pointe du trajet domicile travail. Pareil le samedi, le plus gros jour des achats, c’est l’autoroute de la solitude ce jour là aussi.

L’autre vide, c’est celui des commerces fermés du centre ville, devenu inaccessible. Dans la zone piétonne, que la fermeture de la rue de la République a achevé de transformer en parfait cul-de-sac, les murs vides donnent aux rues le visage de l’abandon. Cela porte préjudice à tout Grenoble.

>>> GRENOBLE, JEUDI À 8H30 : LE DÉSERT DE E. PIOLLE

LE CHOIX SELON PIOLLE : PLUS DE POLLUTION, OU LE VIDE

La pollution, c’est partout autour du désert de Kim Eric Piolle. Les riverains des rues où le trafic s’est déporté savent depuis des mois, tout simplement par l’air qu’ils respirent, que la pollution a augmenté.

La liste est longue : rue Ampère, place Championnet, rue Condillac, rue Condorcet, rue Eugène Fauré, porte de France, Bd Gambetta, tous les Grands Boulevards, rue Hoche, place Hubert Dubedout, les quais de l’Isère des deux côtés, cours Jean Jaurès, rue Lesdiguières, rue Nicolas Chorier, rue de Turenne, d’autres encore sans doute.

JUSQU’OÙ IRA PIOLLE POUR IMPOSER L’ABSURDE ?

L’augmentation de la pollution n’est que la suite d’une longue liste de décisions idéologiques et insensées, toutes prises selon la loi du plus fort. Jusqu’où ira E. Piolle sans rien voir ni entendre ?

1) JUSQU’À NE PAS ÉVALUER L’IMPACT ENVIRONNEMENTAL

C’est non seulement prévu par la loi, mais c’est avant tout un évident devoir moral pour tout élu responsable : l’impact sur la santé et l’environnement doit être évalué. Sauf que pour fermer le centre ville ça ne s’applique pas à Kim Eric Piolle. Il a, du haut de son écologie du XXIème siècle, demandé la dispense d’étude d’impact environnemental… Mais lorsque Lui n’est pas le responsable du projet, par exemple le désengorgement de l’A480, alors la multiplication des études Lui est évidemment due.

2) JUSQU’À IMPOSER SA PROPRE LOI

Il a fermé Grenoble sans même attendre la décision du Tribunal Administratif. Il n’avait pas capté par antennes, c’est impensable, que le Tribunal de Grenoble botterait en touche vers un jugement toujours en attente. En forçant le fait accompli sans se soucier du jugement à venir, c’est jusqu’à imposer sa propre loi qu’il est bel et bien allé, au mépris du rôle de la justice.

>>> E.PIOLLE FERME GRENOBLE AVANT LA DÉCISION DU TRIBUNAL DE JEUDI

3) JUSQU’À IMPOSER DE LOURDS TRAVAUX OPPORTUNISTES ?

Tous les moyens semblent bons. Hakim Sabri (Verts/Ades) l’Adjoint aux Finances qui cumule aussi avec la Présidence de la Compagnie de Chauffage, a justifié la fermeture du Bd Agutte Sembat par l’urgence de réparer les canalisations. Très obéissant, il a vite oublié sur injonction de son Chef que les fuites sont décelables par caméras thermiques, et que leurs réparations sont rapidement faisables avec perturbation minimale de la circulation. Dans le Grenoble du XXIème siècle, ce qui avait été facilement réalisé en décembre dernier rue Albert Reynier (DL 06/12/2016) n’a soudainement plus été faisable quelques mois plus tard Bd Agutte Sembat. Bizarre, vous avez dit bizarre, comme c’est bizarre…

>>> CANALISATIONS AGUTTE SEMBAT : OÙ EST LE PROBLÈME ?

4) JUSQU’À SUPPRIMER LES FEUX POUR LES PIÉTONS

Nous l’avons fait apparaitre au grand jour, E. Piolle n’hésite pas à supprimer les feux de traversée pour les piétons, sans le dire et en le cachant sous un déluge de com’ sur la « piétonisation ». Agir à l’opposé d’un beau discours est permanent chez les Rouges/Verts, mais on atteint là un record. Sacrifier les piétons pour tenter de réduire les embouteillages causés par la fermeture du centre ville, il suffisait d’y penser,  E. Piolle et C. Ferrari (PS) l’ont fait ! On le voit un peu partout : rue Lesdiguières, rue Ampère, sur les quais de l’Isère, cours Berriat, où encore ?

>>> « PIÉTONISATION » ANTI PIÉTONS : COURS BERRIAT AUSSI !

5) JUSQU’À AUGMENTER LA POLLUTION

C’était prévisible, la liste vient de s’allonger d’un nouvel et particulièrement lourd épisode : l’augmentation de la pollution. Tout le bataclan de la com’ à outrance est certainement déjà prêt pour dire aux grenoblois qu’il n’en est rien : totems à bascule, achats publicitaires dans les média, enfumages en technicolor dans Gre Mag, discours sur la vignette Crit Air, réunions citoyennes sur deniers publics, avis d’experts aux ordres, etc.

Pour pérorer et enfumer, il faut s’attendre à voir tout le clan Piolle monter sur le pont, accompagné de ses valets de la Métro, à commencer par C. Ferrari (PS) et le chanteur-Vice-Président L. Bustos (PS). Voilà enfin un domaine où la compétence ne leur manque pas.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

3 Commentaires

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *