DÉGRADATION du CENTRE VILLE: les GRENOBLOIS SE MOBILISENT avec Alain CARIGNON

« PIÉTONISATION»: RUE AMPÈRE AUSSI, 2 FEUX PIÉTONS SUPPRIMÉS
ESPLANADE : ATTENTION CECI EST UNE PUBLICITÉ de PIOLLE

 

Entre 150 et 200 Grenoblois sont venus échanger jeudi soir pendant deux heures sous la halle du marché de la place aux Herbes, devant le restaurant  » L’Epicurien ».  Alain Carignon, des membres du collectif Grenoble, le Changement, des militants LR, des citoyens , des usagers, des commerçants… tous étaient venu exprimer leur « ras le bol » et dialoguer sur les moyens de sortir de cette spirale infernale d’une « ville tirée vers le bas » comme l’a résumé Alain Carignon.

A partir de 18H30 et jusqu’à 20 h30 de nombreux témoignages sont parvenus : la saleté, le bruit, l’insécurité, la paupérisation , l’espace public… tout y est passé.

PERTE de la VALEUR des BIENS, COMMERCES EN GRANDE DIFFICULTÉS 

Les conséquences sont connues: perte de la valeur des biens, commerce en grande difficulté, perte massive d’emplois. Il s’agit d’une spirale négative. Plus les familles quittent le centre ville, moins les consommateurs à forte contribution ne le fréquentent, plus l’occupation des habitations comme des rues s’en ressent . Il semble qu’elle soit sans fin et chacun de citer autour de lui un exemple négatif et inquiétant.

GAUCHE et VERTS: LA COURBE des SUFFRAGES PROPORTIONNELLES à la DÉGRADATION 

Il ne s’agit pas du « Grenoble-Bashing  » mais bien d’une réalité qui est due – voulue- à une politique de peuplement qui a des conséquences électorales. La courbe des suffrages de la gauche et des Verts est proportionnelle à la dégradation des quartiers. Une politique cynique .

Alain Carigon très sollicité, très questionné a dialogué avec chaque Grenoblois répondant aux interrogations de chacun. Dans une brève intervention il a donné l’espoir indiquant que des solutions existaient et que Grenoble disposait des atouts et des ressorts pour rebondir vers le haut.

DOTER LA VILLE DE NOUVELLES RECETTES POUR SÉCURISER et EMBELLIR 

Par exemple en dotant la ville de nouvelles recettes par des appels d’offres internationaux pour des éléments du patrimoine, en particulier commercial et non pas un « bradage à la sauvette à quelques amis comme décidé par la municipalité. Avec ces moyens nouveaux la ville serait en capacité de mettre les moyens pour lutter contre la délinquance, embellir le centre et les quartiers, assurer la propreté et les services de proximité ».

INSTALLER le MAIRE, les  SERVICES MUNICIPAUX et les SIÉGES des ORGANISMES DANS LES QUARTIERS 

Pour l’ancien Ministre « il faut aussi rétablir le vivre ensemble, ce qui passe par la présence municipale dans tous les quartiers . Nous installerons le Maire et les bureaux de la mairie à Villeneuve, les mariages s’effectuant à l’ancienne mairie, au jardin de ville, nous répartirons les services installés au siège de la banque du Crédit Agricole – que nous vendrons- et  tous les siéges des organismes para municipaux, GEG, Eau de Grenoble, CCAS seront installés dans les quartiers afin de rétablir la mixité qui passe par l’activité, nous vendrons à  leurs occupants un maximum de logements sociaux, nous ferons un moratoire sur la bétonisation de la ville,… « 

RÉTABLIR L’ÉQUILIBRE SOCIAL ROMPU 

Pour Alain Carignon le redémarrage de Grenoble passe par un vaste plan sur lesquels nombre de collectifs citoyens travaillent avec lui afin que chaque mesure soit en synergie avec les autres pour passer à un cercle vertueux. «  ça peut aller très vite »  a t il dit confiant  » car dés que des investisseurs annonceront leur venue ,engageront des travaux , l’image sera modifiée , l’immobilier se ressaisira d’autant qu’en parallèle nous rétablirons l’équilibre social qui a été rompu » .

A.CARIGNON : UN PLAN GLOBAL de LUTTE CONTRE LA DÉLINQUANCE 

Sur la délinquance et la violence  Alain Carignon a rappelé les solutions préconisées  qui passent par la vidéo-protection reliée 24h sur 24 à la police, le captage des numéros minéralogiques pour repérer les voitures volées, le renforcement et l’armement de la police municipale, les amendes pour les familles qui ne respectent pas la tranquillité publique, autant de mesures  » qu’Eric Piolle a refusé de soumettre à pétition «  .

Puisqu’Eric Piolle ne le veut pas « le prochain Maire devra prendre toutes ces mesures et demander à voir le Président de la République avec le Préfet et le Procureur afin que l’Etat s’engage derrière la ville qui prendra la tête de la lutte pour faire reculer la délinquance et les mafias » .

UN CRITÉRE DE TRANQUILLITÉ PUBLIQUE DANS L’ATTRIBUTION DE LOGEMENTS 

Sinon à terme les quartiers et Grenoble devront être gérés directement par l’Etat les élus locaux n’ayant pas le courage – ou étant trop liés électoralement- de mener cette lutte.

Pour lui il faut aussi un critère de « tranquillité publique  » dans les attributions de logements, un engagement à respecter les règles de la ville en contre partie de chaque prestation. «  Rétablir la ville des droits et des devoirs ».

Les usagers , habitants commerçants du centre ville ont ensuite échangé longuement avec lui et les membres du collectif présents certains exprimant un véritable  » ras le bol »  face à la politique municipale. D’autres annonçant leur  décision de quitter Grenoble la mort dans l’âme.

Au fur et à mesure de ces échanges c’est un espoir qui nait: les grenoblois comprennent qu’un autre politique est possible.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *