« PIÉTONISATION »: les PIÉTONS SACRIFIÉS sur LES QUAIS AUSSI

BRADAGE du PATRIMOINE: Martine JULLIAN ADJOINTE (Verts/PG) CLAQUE AUSSI LA PORTE
BRINK'S REFUSE de SE RENDRE à GRAND PLACE : LA POSTE DOIT DÉMÉNAGER !

Sur les quais comme rue Lesdiguières, pour tenter de réduire les embouteillages qui explosent du fait de la fermeture du centre-ville, E. Piolle sacrifie les piétons.

Et on s’en doutait, il n’a aucun mal à se servir de la complicité de son factotum C. Ferrari (PS) pour la mise en œuvre de sa tactique.

« AMÉLIORER LA QUALITÉ DES PARCOURS PIÉTONS »

PUB mensongère d’E. Piolle sur la « piétonisation »

Sans surprise, la réalité de la « piétonisation » est à l’opposé des luxueuses plaquettes de propagande qui annonçaient en technicolor « Les objectifs et les piliers du projet » de fermeture du centre-ville.

Des piliers, rien que ça, dont celui ci : « améliorer la qualité des parcours piétons qui sont aussi une vitrine du centre-ville ». Avouer la mise en danger des piétons rue Lesdiguières et sur les quais aurait été conforme à l’honnêteté due aux citoyens grenoblois, mais ça n’était probablement pas assez séducteur …

Un accident s’est déjà produit le 23 septembre à l’intersection Lesdiguières/ Casimir Brenier comme en a témoigné une grenobloise   dans les commentaires de notre page.  Les responsables sont clairement identifiés et les grenoblois sont invités à nous informer des accidents qui ne manqueront malheureusement pas de se répéter.

C’est en fait avec le même cynisme que « repenser et embellir les espaces publics » annonçait la dégradation de la rue de la République, avec des tags au sol et l’installation d’une zone de pic-nic sur un modèle directement importé des aires d’autoroute de l’est communiste.

>>> LES BACS QUI EMBELLISSENT LA RUE DE LA RÉPUBLIQUE

LES FEUX PIÉTONS DISPARAISSENT, AVEC MÉTHODE ET EN SILENCE

En première passe, les feux de la rue Lesdiguières ont d’abord été recouverts de sacs poubelle, laissant croire à une opération temporaire. Ce n’était qu’une étape vers leur élimination discrète, prévue dans un deuxième temps. Chose faite depuis, sans prévenir ni informer, sans distribution en masse d’un de ces rutilants dépliants sur la « piétonisation » portant les logos de la Ville et de la Métro.

>>> « PIÉTONISATION »: E. PIOLLE SUPPRIME DES FEUX PIÉTONS !

Le feu au bout de la passerelle piétonne Saint Laurent est toujours là pour l’instant, inutile puisque passant en permanence pour les bus et les voitures. Il clignote à l’orange et le bouton d’appel a été désactivé pour les piétons. Pensez donc, ils pouvaient, avant la « piétonisation » demander l’arrêt des voitures puis tranquillement traverser. Impensable dans le cadre de « l’amélioration des parcours piétons » à la façon de E. Piolle et Y. Mongaburu ! Alors, après la désactivation, pour quand l’étape suivante : la suppression en catimini de ce feu aussi, comme rue Lesdiguières ?

PIOLLE : « NOUS INVENTONS UNE NOUVELLE FAÇON DE VIVRE LA VILLE »

Quais Saint Laurent. Le bouton d’appel pour les piétons a été désactivé.

La « piétonisation » des Rouges/Verts se moque cyniquement des piétons. Car seul compte pour eux le dogme sacré de l’élimination à tout prix de la voiture. La fermeture du centre-ville fait exploser la circulation là où le trafic est déporté ? Qu’importe, pour réduire les embouteillages on met les piétons en danger, en premier lieu les enfants et les personnes âgées.

Piolle avait pompeusement osé déclarer en fermant le centre-ville : « Nous inventons une nouvelle façon de vivre la ville » (Le Point, 5/5/17). Supprimer des feux piétons dans la ville, c’est effectivement nouveau. Il suffisait d’y penser, Piolle le fait, et sans hésiter. Mais cette fois sans qu’on l’entende en parler, ni à la presse ni à personne.

>>> 100 000 € DE COM’ POUR LA « VILLE EN TRANSITION »(!)

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *