LUNDI à 17 h30 « ENTERREMENT de la DÉMOCRATIE PARTICIPATIVE » DEVANT la MAIRIE

MATRAQUAGE des SENIORS : les ÉLUS Verts et ADES LE DOS AU MUR
CENTRE VILLE : LES VANDALES SUIVENT L’EXEMPLE DE E.PIOLLE

 

Les usagers, les 4500 grenoblois qui ont signé la pétition du collectif « Touchez pas à nos bibliothèques » ne se sont pas laissé endormir par la décision unilatérale prise par Eric Piolle de refuser la votation sur les bibliothèques au conseil municipal de Juillet.

Depuis lors le collectif  et au-delà de nombreux Grenoblois heurtés par ce manque d’éthique par rapport à ses engagements, des membres démissionnaires de la majorité municipale demandent à Eric Piolle de respecter au moins le processus compliqué qu’il a mis en place pour empêcher les grenoblois de prendre une décision contraire à celle de la majorité municipale. Mais qui permet au moins de porter sur la place publique les manquements de la municipalité à ses engagements.

Même les membres démissionnaires du collectif ont interdit publiquement à Eric Piolle d’instrumentaliser leur position pour refuser la votation. C’est dire si le Maire est isolé avec son clan municipal réduit aux acquêts. La défense toujours à côté de la plaque de Corinne Bernard (Verts/Ades) n’a pas contribué a améliorer la position de la municipalité.

4500 Grenoblois ont signé  la pétition du collectif « Touchez pas à nos bilbiothèques » qui demandait « une réouverture de Hauquelin et Prémol ainsi que le maintien de l’Alliance et du personnel permettant son fonctionnement« .

Le Conseil municipal du 25 septembre doit entériner la décision arbitraire de refuser le vote auquel les grenoblois ont droit.

C’est pourquoi le Collectif a décidé pour dénoncer l’annulation abusive de la pétition BILIBOTHEQUES de convier tous les Grenoblois à :

l’enterrement de
la Démocratie participative
et de la Lecture publique
lundi 25 septembre à partir de 17h30
devant le parvis de l’Hôtel de Ville

Il appelle tous ceux qui sont attachés à « la culture du service public et à la morale en politique » a se rendre devant la mairie avant le Conseil Municipal. Les grenoblois ne se laisseront pas manipuler en silence. D’ailleurs des voies de recours existent certainement contre cette décision arbitraire contraire aux règles édictées par la majorité municipale elle-même. Souhaitons qu’elles soient utilisées.

En attendant rendez-vous devant la mairie lundi pour rappeler à Eric Piolle que les Grenoblois ne sont dupes ni de ses manipulations quant aux fausses consultations, ni de ses larmes de crocodile s’agissant des manquements de l’Etat sur les emplois aidés : il fait bien pire.

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *