CENTRE VILLE : LES VANDALES SUIVENT L’EXEMPLE DE E.PIOLLE

LUNDI à 17 h30 "ENTERREMENT de la DÉMOCRATIE PARTICIPATIVE" DEVANT la MAIRIE
INCENDIE de la GENDARMERIE: GRENOBLE BRÛLE T IL ?

 

Après les dégradations des Rouges/Verts rue de la République, les vandales suivent l’exemple et embrayent le pas. Pourquoi se gêneraient ils pour taguer le sol et le mobilier urbain de la place Grenette puisque Piolle et sa bande se sont donné le droit de taguer la rue de la République ? Pourquoi n’auraient-ils pas eux aussi le droit de dégrader le patrimoine alors que le Grand Timonier l’a déjà fait avec du mobilier de pic-nic des pays de l’est communiste ?

L’EMBELLISSEMENT PAR LA LAIDEUR

C’est le concept que la municipalité a développé dès les premiers jours, avec ses totems sur les places, dans les rues, et jusque dans les jardins.

>>> PANIQUE : LES TOTEMS HIDEUX REMPLACÉS AVANT LES MUNICIPALES ?

La suite est là sous les yeux de tous rue de la République et à côté de la fontaine de la place Grenette, symbole de Grenoble. C’est chaque jour que les grenoblois peuvent, dans le cadre des journées de la dégradation du patrimoine, admirer la parfaite alliance des totems avec les tags de la municipalité et des vandales.

ENLAIDISSEMENTS TEMPORAIRES ?

la municipalité et les vandales sont en harmonie pour la dégradation du patrimoine

Face au ras le bol généralisé, la pauvre Lucille Lheureux déclarait encore il y a quelques mois (DL, 16/04/2017) que les totems étaient du temporaire. Avec l’aplomb des menteurs qui s’entendent mentir, elle avait ajouté très sérieusement « On vient juste de terminer le diagnostic dont on avait besoin pour nous lancer. On sait maintenant quels sont les besoins d’expression des Grenoblois. » Les totems sont toujours là, besoins d’expression des Grenoblois où seule parle la municipalité. Ils sont temporaires depuis trois ans.

>>> POUR RIRE : D’AUTRES MENSONGES DE L. LHEUREUX

Bien entendu, les installations en planches de la rue de la République sont également temporaires. La recette pour tromper les grenoblois est bien au point.

L’EMBELLISSEMENT PAR L’ABANDON DE L’ENTRETIEN

la réalité place Grenette

Plutôt que de réparer les dalles en pierre de la place Grenette, Piolle et ses sbires ont tagué le sol rue de la République. Pourquoi entretenir quand c’est moins cher de dégrader ?

Et puis le puzzle des dégradations oranges de la rue de la République est tellement en harmonie avec celui des tâches de goudron noires de la place Grenette. Toujours ce concept d’embellissement par la laideur.

On a hâte que Lucille Lheureux refasse une de ses déclarations.

>>> PLACE GRENETTE : LA PUBLICITÉ MENSONGÈRE D’ERIC PIOLLE

Soutenez le collectif : partagez cet article et faites découvrir le site à vos proches !

Un commentaire

Ajouter un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *